Faire un numéro deux semblait bien inutile. Et pourtant, MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN prouve le contraire. Les aficionados de la comédie musicale auront un grand plaisir de retrouver l’univers guimauve et coloré de cette histoire, ainsi que la toute-puissance des morceaux du groupe Abba.

Mamma Mia ! Mais quelle mouche a bien pu piquer les studios pour produire une suite à cette comédie musicale au succès planétaire, à Broadway comme dans les salles de cinéma, si ce n’est la bonne odeur de la money money money ? C’est vrai quoi !, le happy end débordant d’amour de paillettes et d’eau fraiche était suffisant. Et on ne voit pas ce qu’il y a à dire de plus dans cette histoire. D’autant qu’on a de quoi se cacher sous le lit si on se réfère aux suites que d’autres films musicaux ont subi : par exemple Grease 2 avait de quoi nous abattre, et Dirty Dancing 2 nous achevait tout aussi facilement. La mi-suite mi-prequel MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN d’Ol Parker, a-t-il tous les ingrédients pour nous tuer ?Photo du film MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAINEh bien,  surprise… Non. Il faut dire que le pouvoir des claviers d’Abba est plus puissant que tout. Dix ans plus tard, Sophie (Amanda Seyfried) est de retour. Dans l’hôtel grec de sa mère Donna (Meryl Streep) qu’elle a fini de rénover, c’est la fête d’inauguration qui s’annonce. Entre préparation de la soirée et flashbacks ramenant aux moments où Donna a connu les trois pères potentiels (Pierce Brosnan, Colin Firth et Stellan Skarsgård) de Sophie,  MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN nous fait glisser sur des toboggans de guimauve.

Car soyons clair. C’est tout aussi cucul la praline, niais, mièvre, mielleux, que le premier. Mais si les personnes qui ont détesté le premier s’étrangleront tout autant devant le deuxième, celles qui ont adoré ne seront pas déçues. Ou si peu.

Sans tomber dans un trop-plein de réchauffé, MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN s’inscrit en totale lignée du premier.  Il suffit de se laisser aller une nouvelle fois dans cet univers de carton-pâte où “tout le monde il est beau tout le monde il est gentil” pour sortir de la salle de projection avec des papillons dans les yeux, à sautiller comme au pays des Schtroumpfs, à avoir un sourire de gros bêta ou les oreilles fumant du Abba. On tombe dans le panneau encore plus rapidement lorsqu’on est fleur bleue, ne serait-ce qu’un chouia. Car, évidemment, Mamma Mia! exalte le rêve d’un amour sans soucis, où tout est bien qui finit bien dans le meilleur des mondes possibles.

Dans MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN, Pierce Brosnan chante toujours comme une méduse, Colin Firth a encore sa tête à faire de la peine (comme dans tous ses films) tandis que les deux amies de Donna (Christine Baranski et Julie Walters) offrent quelques répliques bien rigolotes. Le plaisir est donc toujours intact de retrouver ce royaume de la kitcherie assumée. Le rôle de Cher, la grand-mère de Sophie, en est d’ailleurs le parfait exemple du no prise de tête. Si on peut débattre sur sa réelle utilité dans l’histoire (et surtout sur l’anachronisme de l’âge : sa fille serait Meryl Streep… 3 ans de différence donc. Bravo, c’est cohérent), on pardonne vite cette bizarrerie quand on remarque avec quel degré d’autodérision la chanteuse de 72 ans se fourgue dans l’aventure Mamma Mia !.Photo du film MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAINOn pourrait chipoter sur le fait que le scénario, faible, n’est qu’un prétexte pour aligner les chansons de l’un des plus grands groupes de tous les temps, mais le côté flower powerful prend le dessus. Quelques incontournables – aussi bien du répertoire que de l’histoire du premier volet – sont encore là pour nous piéger (Mamma Mia, Dancing Queen, Take A Chance On Me, Waterloo…) tout autant que des moins connues (When I Kissed The Teacher, The Name Of The Game,…) et les oubliées du premier (Fernando, Knowing Me Kwowing You) donnent de l’intérêt à ce film qui détaille sur deux heures ce qui avait été évoqué dans le 1, à savoir les idylles passées de Meryl Streep avec trois beaux garçons. Le public regrettera le peu de présence qu’accorde ce deuxième volet à l’actrice d’Out of Africa, mais sera ravi de Lily James (Cendrillon). Pétillante et enjouée, la jeune Donna donne le tonus qu’il faut. Mis à part leur gueule d’ange à faire craquer les jeunes filles en fleur, on ne peut pas dire que ses trois coéquipiers Jeremy Irvine, Hugh Skinner et Josh Dylan fassent réellement sensation. Les jeunes amies de Donna sont quant à elle tout aussi amusantes que les plus âgées.

Il n’empêche que MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN arrive sans grande difficulté à couper l’herbe sous le pied à ses détracteurs qui, légitimement, pouvaient penser que cette suite allait être tout aussi inutile que décevante. Malgré ses défauts, malgré le fait que le premier restera toujours le meilleur, Mamma Mia 2 n’a pas à rougir. Emportée par l’efficacité des morceaux d’Abba, la comédie déborde d’un charme absolu qui nous dit « laisse tomber tes problèmes, viens avec nous danser ».

Le plaisir est finalement si grand de retrouver la joyeuseté de Mamma Mia ! qu’on serait presque tentés de fredonner « Gimme, Gimme, Gimme un troisième film » mais ce serait tout de même une mauvaise idée. Avec MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN, la fête se prolonge sans débordements. En remettre une couche serait, pour le coup, la gâcher.

Yohann Sed

Votre avis ?

Nous signaler une erreur dans l’article ?
Sélectionnez le texte (140 caractères maximum) en question et appuyez sur Ctrl+Entrée.

MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN, la guimauve surpuissante - Critique
Titre original : Mamma Mia Here We Go Again
Réalisation : Ol Parker
Scénario : Ol Parker
Acteurs principaux : Meryl Streep, Amanda Seyfried, Lily James
Date de sortie : 25 juillet 2018
Durée : 1h57min
3.5Revigorant
Avis des lecteurs 0 Avis

MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN, la guimauve surpuissante – Critique

1

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :