Jordan Peele, réalisateur de l’oscarisé Get Out, revient avec US, un film d’horreur qui s’avère être loin de la claque attendue.

Dans US, nous suivons la famille Wilson lors de leurs vacances en Californie. Un soir, ils aperçoivent d’étranges gens figés devant leur maison et tentent de les faire partir.

Jordan Peele, qu’on surnomme le nouveau Hitchcock, revient après l’injustement récompensé Get Out. Pourtant, ce dernier avait fait fureur avec son caractère ultra-politique. Avec US, Peele décide de replonger dans la formule qui a déjà fait ses preuves, tout en y changeant les doses : moins de politique – mieux dissimulée du moins – et plus de clichés horrifiques. En fait, le réalisateur américain a tout simplement décidé de faire ici un film grand public, si tant est que l’on puisse dire cela d’un film d’horreur. Pourtant, il est en effet constatable que de nombreux traits d’humour sont faits pour dédramatiser un stress caractéristique au genre, et que la création d’un background permet au spectateur de réfléchir plus que de réellement saisir l’opportunité d’avoir peur.

Difficilement classable, US s’avère être entre le thriller, le drame, la satyre et l’horreur. Si autant de styles peuvent être traités dans un même film, c’est au détriment d’une quelconque profondeur qu’il n’arrive jamais à instaurer, sans jamais arriver à créer un univers dans lequel le spectateur rentre pleinement. Pourtant, son nouvel essai contient de nombreuses idées qui ont de quoi intriguer et effrayer, mais elles sont aussi mal exploitées que dans le premier film du réalisateur.

Malheureusement, le scénario (aussi écrit par Jordan Peele) compte sur un spectateur totalement passif pour arriver à le surprendre ou donner l’impression d’un propos réellement bien amené et développé. Or le film donne une quantité faramineuse d’indices pour comprendre un argument politique totalement binaire, qui correspond par la même occasion à la clé de compréhension du film.

Ainsi, toute la dialectique développée durant le film autant que les pseudo-rebondissements cessent vite de surprendre, au profit d’une lenteur et d’un ennui regrettable pour une oeuvre loin d’être totalement dénuée de qualités. Si jamais le spectateur n’avait pas encore la certitude totale d’avoir compris le film, Peele prend le soin de le prendre pour un idiot en lui expliquant, vers la fin, l’intégralité du mystère entourant l’histoire, au cours d’un monologue cliché, le fameux qui se doit d’être prononcé par tout grand antagoniste qui se respecte.Photo du film USMalgré cela, on ne peut contredire que l’univers créé est formidable mais il semble cependant que le scénario ne s’attarde pas sur le bon élément de l’histoire, tant le dernier quart du film apporte les composants les plus intéressantes du scénario, dont tout le monde se doutait bien évidemment, mais dont on ne présente aucun développement. En réalité, le film tarde trop à dévoiler son vrai potentiel pour laisser place à de trop nombreux codes du genre horrifique, véritables banalités affligeantes qui font soupirer plus qu’elles ne font sursauter. Le développement de l’histoire est sans aucun doute totalement inutile, et ne sert ici qu’à combler le vide notoire d’idées. Éliminer la moitié du film n’aurait rien changé car tout l’intérêt ne repose que sur les vingt premières minutes et les vingt dernières.

Jordan Peele s’avère être à mille lieues des grands cinéastes auxquels on le compare, avant tout par son incapacité à produire une quelconque subtilité dans ses films. Ses deux premiers longs-métrages prouvent que sa démarche artistique se base sur la publicité mensongère, en laissant croire à un renouveau du film d’horreur et du film politique, ce qui semble en réalité loin de ses préoccupations. US ne fait pas exception et propose un travail de surface, une puissance faussement présente.Photo du film USSans effrayer ni véritablement interroger le spectateur, US semble échouer à tous les objectifs qu’il s’était fixé, devenant l’exemple parfait du film aux bonnes idées mais qui oublie d’utiliser correctement son medium, dépolitisant au passage tous les propos du film. Utilisant mal les codes cinématographiques, Peele se rapproche plus du blockbuster fade et sans intérêt que du grand film qu’il nous vendait à l’origine. Loin d’être une véritable purge cinématographique, US reste tout de même une immense arnaque manquant cruellement d’âme. 

Terence

Votre avis ?
US, le nouveau Jordan Peele, est une immense arnaque - Critique
Titre original : Us
Réalisation : Jordan Peele
Scénario :Jordan Peele
Acteurs principaux : Lupita Nyong'o, Winston Duke, Evan Alex, Shahadi Wright Joseph
Date de sortie : 20 mars 2019
Durée : 2h01min
1.5Raté
Avis des lecteurs 1 Avis

4
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
3 Comment threads
1 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
http://www.selenie.frNinaYannickBryan Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Bryan
Invité
Bryan

Franchement, je respecte l’avis de chacun et je suis parfaitement conscient que chaque personne à des goûts différents mais…. venant d’une page qui fout des 4/5 à Captain Marvel… Ça fait pas très crédible.

Yannick
Rédacteur

À moins que Marie-Célia – qui a écrit CAPTAIN MARVEL – soit la même personne que Terence, qui a écrit cette critique, ton commentaire est tout sauf crédible.

Nina
Invité
Nina

Honnêtement je trouve la crtique un peu dur…je trouve que ça mérite au moins un 2

http://www.selenie.fr
Invité
http://www.selenie.fr

100% d’accord avec toi ! Un film très surestimé en général…

US, le nouveau Jordan Peele, est une immense arnaque – Critique

4