Nous avons été attendris par Fantastic Birthday, une première réalisation indé venu d’Australie, ce qui reste rare dans les réseaux de distribution. Cette fresque raconte le passage tourmenté d’une jeune fille, Greta, à l’âge adulte avec humour et onirisme. Nous avons eu la chance d’interviewer la réalisatrice, Rosemary Myers, et l’actrice, Bethanny Whitmore (jouant le rôle de Greta) pour leur parler du film et leurs influences.

Notre critique de Fantastic Birthday

 

Comment avez-vous été impliquée dans ce projet ?

B.W : Il m’a été demandé de faire un enregistrement en solo pour le rôle de Greta Driscoll sur la base du script qui m’a été donné en amont pour avoir une idée de la personnalité de Greta. Rosemary Myers et Matthew Whitte ont adoré et sont venus, ici à Melbourne depuis Adelaide pour me rencontrer et me tester avec Harrison Feldman (Eliott). Tout a fonctionné et j’ai eu la formidable opportunité de travailler avec eux.

 

fantastic birthday

Windmill Theatre / UFO Distribution

Pouvez-vous nous parler de votre ressenti sur le scénario et sa thématique principale ?

B.W : Fantastic Birthday raconte l’histoire d’une jeune fille de 14 ans qui se cherche une identité dans les années 70. Ce que j’aime dans ce film, c’est que Greta est une fille plus banale qu’une véritable beauté, et selon moi, c’est ce qui la connecte avec un grand nombre d’adolescentes. La transition vers l’âge adulte, surtout pour une femme, peut être effrayante quand on y pense et qu’on est forcé de sortir de sa zone de confort. Éclore en tant que jeune femme sûre d’elle est un pas qui est dur à franchir quand on a 15 ans et certaines y sont préparées en avance, c’est ce que le film raconte.

 

Votre physique vous permet de jouer la collégienne et la jeune femme, comment avez-vous géré ces deux facettes ?

B.W : Quand on s’immerge dans un rôle, il est crucial de comprendre le vécu du personnage et c’était le cas pour Fantastic Birthday. Au travers de sa vie quotidienne, Greta apprend sur elle-même et c’est ce qui fait aussi qu’elle devienne adulte. Je pouvais y mettre un peu de moi, car on a tourné quand je venais d’avoir 15 ans, j’avais changé d’école et de plus, j’étais persécutée par les filles populaires du collège. Nous étions les mêmes, Greta et moi, je la comprenais intensément.

 

Quel film emporteriez-vous sur une île déserte ?

B.W : Certainement la question la plus dure que l’on puisse poser à un cinéphile. J’ai perfectionné ma liste de films préférés et si je devais en choisir un seul, mon choix se porterait sur Donnie Darko. C’est un film hypnotique, qui conjugue la philosophie et une mise en scène sombre, cela concourt à créer une ambiance mystique où le récit devient déstructuré. J’adore aussi Requiem for a dream, Belles à mourir, Delicatessen, Bottle Rocket, Le Château ambulant, Stand by Me, Les Nouveaux Sauvages et Nocturnal Animals.

 

Avec quel metteur en scène souhaiteriez-vous travailler ?

B.W : Là aussi, il y en a énormément : Sofia Coppola, Tim Burton, Wes Anderson, Michel Gondry, Jean-Pierre Jeunet, Darren Aronofsky et Tom Ford. J’aime les films innovants qui sont la projection de notre société et qui explorent notre monde différemment avec une touche de bizarrerie. Ces réalisateurs ont aussi leur patte, reconnaissables entre mille, c’est ce que j’adore chez eux.

 

Quels projets dans les cartons ?

B.W : Je suis actuellement en tournage pour le remake de Piquenique à Hanging Rock, sous un format de mini-série pour FOXTEL TV. Je suis très heureuse de prendre part à une autre création originale. J’espère également tourner dans la saison 3 de The Family Law plus tard cette année, tout en passant mes examens de fin d’année, au lycée. Par la suite, j’étudierai le cinéma à Sydney, et plus particulièrement à devenir scénariste. À long terme, j’adorerais tourner en France, pour cela, je poursuivrais mon apprentissage de la langue de Molière.

Propos recueillis par Sofiane

Votre avis ?