Il y a très longtemps, à une époque oubliée, une force a détruit l’équilibre des saisons. Dans un pays où l’été peut durer plusieurs années et l’hiver toute une vie, des forces sinistres et surnaturelles se pressent aux portes du Royaume des Sept Couronnes. La confrérie de la Garde de Nuit, protégeant le Royaume de toute créature pouvant provenir d’au-delà du Mur protecteur, n’a plus les ressources nécessaires pour assurer la sécurité de tous. Après un été de dix années, un hiver rigoureux s’abat sur le Royaume avec la promesse d’un avenir des plus sombres. Pendant ce temps, complots et rivalités se jouent sur le continent pour s’emparer du Trône de Fer, le symbole du pouvoir absolu.

Note de l’Auteur

[rating:10/10]


Saisons : 2
Nombre d’épisodes : 20
Format : 52 minutes
Date de 1ère diffusion US : 17 avril 2011 (HBO)
Date de 1ère diffusion FR : 5 juin 2011 ()
Titre original : Game of Thrones
Création : David Benioff, Dan B. Weiss
Avec , , , ,

Bande-annonce de la série (VOST) :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Parfois, il y a des séries que l’on apprend à apprécier avec le temps, des séries que l’on prend le temps de disséquer car, tout en rentrant dans le vif du sujet dès les premières minutes, elles prennent le temps d’installer une intrigue aussi délicieuse qu’intelligemment amenée. Ce genre de séries se fait de plus en plus rare (OZ, , …) mais il faudra désormais y en ajouter une de plus au palmarès : Game Of Thrones.

Game of Thrones ne pourrait être qu’une adaptation de livres (une de plus) sur le petit écran parmi tant d’autres. Elle aurait pu être comme et The Walking Dead, c’est-à-dire ne suivre que les grandes lignes de leur matériel originel quitte à le dénaturer presque totalement. Game of Thrones a décidé quant à lui de respecter sa source, « A Sound Of Ice And Fire » de George R. R. Martin, de manière si étroite que même le plus pointilleux des fans ne pourra se lamenter d’un tel résultat.

Dès les premières minutes, la série apporte un travail magistral en nous livrant des personnages d’un charisme inépuisable tant au niveau de l’écriture que du jeu même des acteurs. Peter Dinklage est succulent avec ce nain plein d’esprit et de sarcasme, Emilia Clarke, (quel acteur !), Kit Harington, Jason Momoa, … tous sont absolument spectaculaires dans leurs rôles. Le département du casting a su choisir avec tact et finesse les différents rôles pour satisfaire les fans les plus dévoués du livre, tout en créant une distribution qui servirait du mieux possible le grand public. Dans ce procesus, Sean Bean a été la saucisse que les producteurs agitaient devant l’assemblée pour attirer les foules avant que son personnage ne prenne un tournant différent, très surprenant, en fin de parcours.

En parlant de Sean Bean, la série a également une étrange capacité à déséquilibrer le public, que ce soit avec la mort atroce d’un ête cher à Sansa dans le second épisode ou une scène plus subtile dans laquelle Ned Stark aka Sean Bean regarde sa plus jeune fille apprendre à manier l’épée . A chaque fois il ne s’agit pas d’un cliffhanger à proprement parlé mais il donne néanmoins le ton pour le reste de la série. Peut-être inconsciemment, cette forme de mise en scène nous a préparé à l’inévitable : cette série n’apporterait aucun cadeau, aucun moment de répis, à ses personnages. Un fait qui se fait de plus en plus violent au fil des épiodes et qui ne prête que du crédit à la puissance émotionnelle d’une série se refusant à faire des compromis vis-à-vis du livre.[pullquote]Game of Thrones ne pourrait être qu’une adaptation de livres (une de plus) sur le petit écran parmi tant d’autres.[/pullquote]

C’est essentiellement de cela qu’il faudra se rappeler de cette première saison, aucune concession n’a été faite et ni ce constat ni le dénouement final (l’un des meilleurs depuis de nombreuses années) ne viendra dire le contraire quand on affirme qu’il n’y a pas de spectacle qui ressemble à Game of Thrones, en tout cas il n’y en avait plus depuis plusieurs années.

Un seul désir nous ronge désormais, voir la suite et vite car celle-ci promet d’être encore plus dévastatrice.