En novembre 2012, Canal + démarrait la diffusion des Revenants. Une réussite ! Cette création originale de Canal + était alors remarquée par la critique et le public. Comme pour bien d’autres avant elle, la chaîne cryptée avait mis du temps avant de mettre en route la production d’une deuxième saison. Si Hard, Kaboul Kitchen (on attend toujours de voir si une troisième saison verra finalement le jour), Braquo ou encore Engrenages ont réussi à garder leur public malgré parfois plus de deux ans d’interruption entre chaque saison, Les Revenants allaient constituer la première grosse désillusion de la chaîne.

En diffusant sa saison 2 trois ans plus tard (2015) la série connaît un véritable flop avec des audiences réduites de moitiés – Maison Close, pourtant excellente sur ses deux saisons, avait déjà connu une lourde baisse d’audience et s’était conclue après deux ans. Il y a bien sûr la qualité pour le moins en baisse qui pourrait expliquer cet échec, mais surtout le sentiment qu’en trois ans les spectateurs ont eu le temps de passer à autre chose et se retrouvaient bien perdus en se replongeant dans les mystères des Revenants. Néanmoins, après cette première grosse claque, Canal + a retenu la leçon.

Il n’aura fallu attendre qu’un an avant de retrouver LE BUREAU DES LÉGENDES. Une norme à l’international, un exploit en France ! Et c’est tant mieux. Car il ne faut pas longtemps devant les épisodes de cette saison 2 pour comprendre qu’on tient là une des meilleures séries du moment.

Photo de la série LE BUREAU DES LEGENDES - Saison 2

© Jessica Forde / CANAL+

Cette fois la production n’a pas traîné. Comme nous l’expliquions dans notre critique de la saison 1, c’est durant le tournage de celle-ci qu’Éric Rochant – qui officie comme un showrunner à l’américaine – et ses scénaristes se sont attelés à l’écriture de la saison 2. De même quand réinvestissant la Cité du Cinéma de Saint-Denis, où la série est écrite, tournée et montée (encore une fois, méthode de studio américain encore trop peu utilisée en France), la production a obtenu un gain de temps considérable (et on suppose financier, permettant d’envisager plus tôt un renouvellement). Une obligation, notamment en vue des intrigues du BUREAU DES LÉGENDES, parfois complexes et qui nécessitent une pleine concentration. Bien heureux d’être remis à jour à l’aide d’un long résumé de la saison 1 en introduction du premier épisode de cette nouvelle saison, on ose imaginer dans quel brouillard on aurait été à plus d’un an d’intervalle.

Nous revoilà donc au sein de la DGSE et du fameux département appelé le Bureau des légendes (BDL) chargé de gérer les agents du service de renseignement extérieur français ; les « clandestins ». Guillaume Debailly, alias « Malotru » (Mathieu Kassovitz) joue les agents doubles auprès de la CIA dans le but de faire libérer Nadia el Mansour (Zineb Triki), la femme qu’il aime, retenue en Syrie. Dans chacune de ses actions et décisions, Malotru nous laisse indécis. Des traîtrises, des mauvais coups envers ses amis ou collègues, tout en ayant parfaitement conscience des conséquences (présence de sa voix off), tout cela à cause d’une histoire d’amour… Difficile de prendre entièrement son parti ou non, car le personnage de Malotru se révèle de plus en plus ambigu (déjà le cas durant la saison 1), avec des failles et en même temps en gardant un contrôle sur lui-même et sur les situations les plus compromettantes. Toujours plus fascinant, il offre à son interprète, le toujours excellent Mathieu Kassovitz, davantage de variété de jeu.

“Il ne faut pas longtemps devant les épisodes de cette saison 2 pour comprendre qu’on tient là une des meilleures séries du moment”

A côté, l’on retrouve Marina Loiseau (Sara Giraudeau, à nouveau parfaite avec ses faux airs de fille naïve) qui poursuit comme clandestin sa mission à Téhéran. Avec elle la série continue de remonter délicatement l’échelle du terrorisme. Chaque contact qu’elle fera (un premier lui ayant permis de se retrouver à Téhéran) la mènera vers un plus gros poisson, et ainsi de suite. Evidemment le tout se fera de manière subtile et sur la longueur, rappelant l’écriture précise et maîtrisée de la part de Rochant. Le showrunner parvenant même au passage à inclure dans chaque épisode des touches d’humours, des moments de légèreté qui ne tombent jamais dans la lourdeur ou ne détonnent.

Mais surtout, pour cette saison 2, LE BUREAU DES LÉGENDES est plus que jamais ancré dans le réel. Directement confrontés à un djihadiste et à l’Etat islamique, entre la Syrie, l’Irak ou le Liban, les différents agents se retrouvent en plein dans notre actualité. D’autant plus perturbant lorsqu’on sait que le tournage de la série s’est déroulé en novembre 2015, lors des attentats terroristes à Paris. Il ne s’agit donc pas de jouer les opportunistes, LE BUREAU DES LÉGENDES est simplement, par son sujet, impacté, voire influencé, par ce qui l’entoure. Et notre regard porté sur les personnages et leurs interprètes l’est tout autant.

Photo de la série LE BUREAU DES LEGENDES - Saison 2

© Jessica Forde / CANAL+

En suivant ce fil d’actualité, la série nous plonge dans un suspense constant. On avait déjà noté son approche réaliste durant sa première saison, mais par l’évolution scénaristique qu’elle opère, apparaît une élégance digne de l’excellente série The Americans, ainsi que la puissance des meilleures saisons d’Homeland. LE BUREAU DES LÉGENDES viendrait alors former avec celles-ci un trio des meilleures séries d’espionnages (et peut-être davantage encore) du moment. Car c’est bien simple, cette saison 2 ne commet pas la moindre fausse note. Jusque dans de courts passages oniriques, pourtant casse gueule sur le papier, mais qui apparaissent parfait à l’image, comme ce parfait dernier plan de l’épisode 1 où se retrouvent Nadia et Malotru. LE BUREAU DES LÉGENDES reste dans la lignée de sa première saison – avec un rythme lent qui ne tombe pas dans l’ennui, la série est dans la réflexion, la montée crescendo d’une tension dramatique, jusque dans ses scènes d’actions qui évitent l’hystérie -, elle se perfectionne (oubliée la direction d’acteurs parfois approximative) et se permet d’agrandir son champ d’action (sous-intrigues captivantes). La série passe aisément le cap de la saison 2, paraît naturelle, évidente, toujours plus passionnante, et est tout simplement essentielle désormais.

Pierre Siclier
D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?
BANDE-ANNONCE

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Palmier Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Palmier
Invité
Palmier

Saison 2 exceptionnelle ! Une saison haletante et réaliste. Des comédiens incroyables, même les seconds rôles sont remarquables et les petits nouveaux aussi ! Rarement vu autant de bons comédiens réunis, quel plaisir !! Sara Girardeau est magique. J’ai pris un pied de dingue à regarder cette nouvelle saison, et Dieu sait si je ne suis pas fan d’espionnage, mais là, chapeau bas à tous ! Ne nous laissez pas trop longtemps dans l’attente de la nouvelle saison ! Merci, merci, merci