D’après le site Variety aurait donné son feu vert pour lancer la production de ce projet des plus improbables, dont nous avions eu connaissance suite au hack massif des serveurs de (notre article) fin 2014.

Dans les faits, ce crossover MEN IN BLACK / 23 JUMP STREET devra servir à relancer les deux franchises grâce à une vision plus jeune couplée à la densité et la variété d’un univers science-fictionnel. À ce titre, les héros de ce projet seraient le duo – , alors que et ne reprendront pas leurs rôles de J et K (pas d’infos au sujet de ).

21 jump Street, reboot qui s'affranchit vraiment de l'original

21 Jump Street, adapté de la série TV policière des 90’s avec Johnny Depp, narrait les aventures et enquêtes d’agent du FBI infiltrés en tant qu’étudiants, dans un lycée (puis à la fac). Les auteurs et avaient dynamisé le concept original par moult propositions de mise en scène ainsi qu’un humour légèrement subversif. Mais surtout, il y avait ce cachet méta parfaitement assumé, marque de fabrique des deux réalisateurs-auteurs. Lord et Miller, comme dans leur précédent film Lego Movie, pointaient constamment du doigt l’absurdité et l’opportunisme du phénomène « franchise », à travers un second degré parfaitement maîtrisé. On se souvient d’ailleurs, de ce fantastique générique de fin annonçant DÉJÀ les improbables 50 suites de 22 jump Street.

22-jump-street-blogrolljpg-e97812_1280w

Men in Black, SF sans conséquences mais fun

La licence repose sur un postulat de science-fiction propice à développer un univers presque infini : K & J sont deux agents chargés de protéger le quotidien des terriens des intrusions d’espèces alien diverses et variées, plus ou moins pacifiques.

Il y avait une véritable ambition de spectacle décomplexé riche d’une fantastique direction artistique et servi par une vraie sympathie pour la figure de l’extra-terrestre, qui rappelait subliminalement que Steven Spielberg est à l’origine de cette licence. Coté casting, si Will Smith apportait sa fraîcheur et sa coolitude, et si Tommy Lee Jones (et par extension Josh Brolin) contrastait Smith par sa rigidité tout aussi cool, difficile de savoir ce que deviendra la franchise sans ces deux-là.

On avait par ailleurs apprécié l’audace du dernier film, qui laissait légèrement de côté l’aspect découverte pour adopter le complexe gimmick du voyage spatio-temporel.

men-in-black-4

MIB est ainsi une franchise populaire sans être absolument lucrative, contrairement à celle de 21 jump street, parfaitement rentable ; 22 jump street a rapporté plus d’argent (190M$ pour un coût de 50M$) que MIB 3 (170M$ pour 225M$ de budget), sur le territoire U.S.

Relancer les deux franchises, en théorie, devrait cumuler deux publics (très) différents et assurer d’un succès assez conséquent, qui devrait de plus, bénéficier du buzz lié au cachet WTF de l’entreprise.
Lord et Miller occupés avec leur spin-off Lego Star Wars centré sur Han Solo, impossible pour eux d’assurer la réalisation du crossover. On comprend toutefois leur choix de se faire remplacer par , qui avait en quelque sorte fourni un boulot assez similaire au leur avec les films des Muppets. En attendant MEN IN BLACK V 23 JUMP STREET, on pourra juger du travail de Bobin hors de l’univers Muppets, avec Alice au pays des merveilles 2. Qu’il s’agisse du Disney ou de ce crossover, on espère qu’il saura se montrer aussi audacieux que le duo de réalisateurs.

Bref, un projet définitivement à suivre !

Georgeslechameau

 

Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
  S’abonner  
Me notifier des