L
e jeu vidéo et le cinéma sont des arts similaires qui n’arrêtent pas de s’inspirer mutuellement. Les deux disciplines se ressemblent de plus en plus et sont amenées à travailler davantage ensemble grâce à un savoir faire visuel ainsi qu’une volonté artistique commune qui les tirent, l’un et l’autre, vers le haut : réalisme toujours plus poussé, technologies proches, une mise en scène au service d’un catalogue varié, musiques, scénarios, acteurs…

Les portes s’ouvrent et les gens du milieu se rencontrent : les opportunités de collaborer s’accentuent. Il est plaisant de voir, lors d’événements « geeks », des gens comme Hideo Kojima (créateur de Metal Gear Solid) papoter avec Guillermo del Toro et  ou encore voir un message de Steven Spielberg adressé aux fans d’ en pleine conférence. D’ailleurs en parlant d’Hideo Kojima et Guillermo del Toro, les deux complices ont réalisé une sorte de trailer jouable répondant au nom de P.T. et s’avérant être les prémices du prochain Silent Hills sur consoles, on y retrouve d’ailleurs Norman Reedus de The Walking Dead… (un extrait : ici)

Kojima-London-2014-Nicolas-Winding-Refnsteven-spielberg-halo-odst Kojima-and-Del-Toro-Comic-Con-2014

L’année dernière, on a même eu le privilège de voir certains acteurs donner de leur personne pour le jeu Beyond Two Souls avec Ellen Page et Willem Dafoe. Plus récemment, Kevin Spacey incarne un personnage dans le prochain Call Of Duty ou encore Peter Dinklage (Tyrion de Games Of Thrones) prête sa voix dans le futur hit Destiny. Un pas à été franchi et certaines personnalités du petit et du grand écran se laissent tenter aux joies du jeu vidéo. On espère que ce genre de collaboration arrivera plus souvent et poussera les genres à se surpasser d’un point de vue technique et artistique.

Le jeu vidéo n’est plus ringard et s’impose clairement comme un poids lourd du divertissement visuel. Un véritable empire qui n’a pas à rougir d’Hollywood. Les moyens d’aujourd’hui nous permettent désormais de transfigurer assez aisément l’univers d’un jeu en une véritable œuvre cinématographique, ce qui relance l’intérêt pour passer du joystick à la pellicule. Malheureusement, si l’on déjà vu par le passé quelques rares bonnes adaptations de films ou séries en jeu (les TellTale Game Trad, Star Wars, la licence Lego ou l’ancien Golden Eye), l’inverse n’a pas encore fait preuve d’une franche réussite. Pour n’en citer que quelques uns :

Cas à part : Uwe Boll, réalisateur qui aime frapper les gamers en plein cœur en leur proposant des adaptations volontairement nulles (Far cry, BloodRayne, etc.).

Bref c’est pas joli tout ça mais il ne faut pas perdre espoir, d’ailleurs certains films n’ont pas été si mauvais ou irrespectueux envers l’oeuvre de base (Silent Hill notamment). D’autant plus que vous n’avez pas fini de voir des adaptations de jeu au grand écran comme cette liste de projets en cours qui ne cesse de s’agrandir :

  • Assassin’s Creed avec et produit par Michael Fassbender (qui n’a toujours pas joué au jeu).
  • Warcraft, l’énorme projet du studio Blizzard.
  • The Last Of Us qui sera produit par Sam Raimi avec Maisie Williams (Arya Stark) convoitée pour le rôle de Ellie.
  • prévu pour le 10 Juin 2016 et réalisé par Seth Gordon
  • Halo : une série produite par Ridley Scott sortira en cette fin d’année (suivi d’une autre produite par Steven Spielberg l’année prochaine, si tout se passe bien)
  • Sonic : le hérisson bleu aura droit à son film mêlant prises de vue réelles et animations.
  • Ratchet and Clank  en 2015 : http://www.youtube.com/watch?v=FDDHd-reopY#t=15
  • Sly Cooper en 2016 : http://www.youtube.com/watch?v=nbXEKZVonko

Le gamer et le cinéphile sont faits pour s’entendre et partagent sûrement quelques fantasmes geek sans le savoir. Du coup on s’est amusé à imaginer qui pourrait réaliser telle adaptation de tel jeu. Evidemment certains réalisateurs revenaient plus souvent que d’autres mais on essayé de varier.

 

 

HALO :

576182pre1393582875halo4masterichiefcutscene

Qui ? / Steven Spielberg / Neil Blomkamp

Casting du Masterchief : Nobody.

Imaginez un jour la musique d’Halo retentir dans une salle de cinéma et voir, après une introduction de plans spatiaux à tomber, surgir un wharthog rouler à toute blinde dans une vallée de vert vêtue et envahie par les Covenants et les Spartans en plein affrontement.

Grands amoureux de la SF, James Cameron et Steven Spielberg sont des maîtres du cinéma dit « grand spectacle » et correspondraient parfaitement aux critères pour devenir réalisateurs d’une adaptation de la saga Halo ; le FPS (First Person Shooter) culte de Microsoft est une licence au grand potentiel cinématographique et à l’univers travaillé qui pourrait donner un space opéra épique. Steven Spielberg est d’ailleurs le producteur d’une future série live qui verra le jour lors de la sortie du très attendu Halo 5.

Cette série de jeux a déjà tenté pas mal de réalisateurs comme Neil Blomkamp qui souhaitait réaliser le film il y a quelques années. Mais à cause de différents avec Microsoft, le projet fut avorté. Pour compenser sa frustration, le cinéaste a réalisé Elysium qui nous a bien frustrés…

Même sort pour Peter Jackson qui, lui aussi, dut abandonner l’idée d’en faire une adaptation en plein début de tournage.

Et on pourrait aussi mettre comme candidat, en témoigne ce spot publicitaire d’Halo 4 qu’il a produit lui-même.

 

 

GEARS OF WAR :

gears_of_war_3_3d1

Qui ?

Pour la finesse et la subtilité de Michael Bay : des dialogues aux cascades, tout est délicat, comme dans Gears of War ; l’un des grands TPS des deux dernières générations de console où l’on suit l’épopée du patibulaire Marcus Phoenix combattant les locustes avec son équipe de molosses enragés : de grands intellectuels engagés pour la survie de l’humanité. Les gros bras, avec Michael Bay, faut que ça luise donc c’est parfait…

Petite pépite du jeu : « Scientifiquement parlant, il faut qu’on lui explose la cervelle en passant par le cul ». What else ?

Par contre je vous laisse imaginer le casting (Dwayne Johnson ?)…

 

HOTLINE MIAMI :

46c490931a63844ea58ae0d80a2e4862_large

Qui ? Nicolas Winding Refn

Casting du « taré » : Ryan Gosling

Après ces petit bijoux d’esthétisme que sont Only God forgives et Drive, Nicolas Winding Refn semble le candidat idéal. Il aime utiliser la violence de façon visuelle et en connaît toutes les subtilités. Son style s’accorderait parfaitement avec l’oeuvre rétro de Deventon Games : un petit hit hardcore et gore mais très addictif à l’ambiance fascinante.

Des barres fluos, de la musique de taré, un masque d’animal et de la baston sans retenue, tout pour faire un film digne du cinéaste. Et Ryan Gosling pour orchestrer le bain de sang, évidemment.

 

 

OKAMI :

okami-wii-166

Qui ? Isao Takahata

Parce que le jeu et le dernier film d’animation de Isao Takahata évoquent tout deux les légendes du japon et revêtent un même trait caractéristique dans l’esthétique de leurs oeuvres.

Le cell shading correspond aisément à l’animation du vieil homme et la comparaison entre les oeuvres s’imposait en visionnant Le conte de la princesse Kayuga. On retrouve d’ailleurs Princesse Kayuga dans les deux oeuvres. Voir gambader le toutou Amateratsu et son compagnon pervers Issun pourrait donner quelque chose d’intéressant au cinéma d’animation sous les pinceaux du réalisateur malheureusement à la retraite (?).

 

 

MIRROR’S EDGE :

516161

Qui ? Joseph Kosinksi

Casting de Faith : Rinko Kikuchi / Lucy Liu /

Joseph Kosinski semble aimer les défis esthétiques comme on a pu le voir dans Tron et y arrive plutôt bien même si les défis scénaristiques lui font encore défaut. Avec lui, nul doute que l’univers futuriste du jeu au design très épuré, lisse et froid pourrait être soigneusement retranscrit avec une bande son aérienne, surtout quand on voit les qualités visuelles de son dernier film Oblivion porté par la musique de M83. Il faudra juste trouver une actrice sportive ou une cascadeuse adéquate… Mirror’s Edge serait la possibilité de voir un yamakasi futuriste.

 

 

GTA V :

GTA-V-trailer-2

Qui ?

Casting de Trevor : Jack Nicholson jeune

Casting de Michael : Michael Madsen

Casting de Franklin : Omar Sy

Quoi de plus évident ? Don Scorsese possède encore toute sa vivacité comme on a pu le voir dans le furieux Le Loup de Wall Street. Parler des mafias, il connait bien et ça lui a toujours réussi. Pourquoi pas une dernière folie en adaptant ce jeu qui lui rend parfois hommage. Manque plus que Jack Nicholson rajeunisse pour jouer Trevor.

 

 

ALAN WAKE :

alan-wake-360

Qui ? John Carpenter / David Lynch

Casting d’Alan Wake : Patrick Dempsey /Chris Pratt / John Cusack / Sam Neil

Déjà que le jeu s’inspire librement des univers de Stephen King et de David Lynch, ce dernier et John Carpenter (grand fan de l’écrivain ayant déjà réalisé plusieurs adaptations de ses romans) représentent justement deux opportunités évidentes d’adapter les mésaventures hallucinées de l’auteur Alan Wake qui ne sait vraiment pas choisir ses lieux de vacances… Le choix des deux réalisateurs coule de source, c’est leur rayon.

 

 

DEAD SPACE :

February 7th, 2010 @ 00:34:11

Qui ? La famille Cronenberg / David Fincher

Casting d’Isaac Clarke : Michael Fassbender / Christian Bale / Hugh Laurie / Jake Gyllenhaal.

Le jeu fut le renouveau du survival-horror, tenant tête aisément aux plus gros concurrents du genre et apportant la fraîcheur que la série Resident Evil peinait à retrouver sur ces derniers épisodes. Nouvelle référence immédiate du genre, Dead Space est un jeu à l’ambiance tétanisante, très violent et gore à souhait, qui ravira les amateurs de boyaux flottant hors gravité.

Moins visuel et plus cérébral depuis quelques films, David Cronenberg n’en reste pas moins un spécialiste du rayon « dégueulasse » et son univers malsain pourrait donner quelque chose d’intéressant et de viscéral à une adaptation du jeu justement développé par Visceral Games. Sinon on peut toujours se retourner sur le fils comme réalisateur :  Antiviral nous a prouvé que Brandon Cronenberg est le digne descendant de son père et qu’être dérangé, c’est une affaire de gènes (tant mieux). Puis pourquoi pas un projet familial bien glauque à souhait tant qu’on y est ?

Un Dead Space dans nos salles obscures serait l’occasion de retrouver l’angoisse spatiale qu’on a un peu perdu ces derniers temps (Prometheus ne nous ayant pas assez rassasié), le jeu étant lui même un descendant d’Alien, le côté boucherie en plus – le héros Isaac Clarke étant l’équivalent masculin d’Ellen Ripley.

En parlant des xénomorphes, si David Fincher veut retenter l’expérience d’un huis clos futuriste après sa traumatisante entrée dans le monde du long métrage (Alien 3 reste un sale souvenir pour le réalisateur), on est preneur. La plastique sombre, la photographie parfaite, la noirceur de ses oeuvres et la précision du cinéaste pourraient donner de véritables frissons.

En plus, on sait que les scènes hors gravité ne seront pas tant un problème : l’impressionnant Gravity nous a ouvert la porte.

John Carpenter avait déjà fait savoir par le passé son intérêt pour adapter le jeu.

 

 

F.E.A.R. :

fear

Qui ? James Wan

Le surprenant F.E.A.R. de l’époque était un FPS mélangeant habilement action et épouvante, tout en possédant une IA convaincante. Une référence en la matière qui offrait de véritables moments de stress grâce à son côté paranormal, chose que James Wan affectionne particulièrement ces derniers temps.

Sans forcément révolutionner le genre, le cinéaste prolonge l’angoisse de façon plus ou moins convaincante sur grand écran. Pourquoi pas rendre les choses un peu plus explosives tout en continuant à donner la chair de poule ? F.E.A.R. serait la bonne occasion de donner au cinéma un bon gros trip d’assaut qui tourne au cauchemar et lorgnant du côté fantastique. J’aimerai bien voir la rencontre avec le gros rouquin du jeu ainsi que la dernière scène qui clot l’aventure…

 

 

CONKER’S BAD FUR DAY :

wallconker3

Qui ? Le duo Chris Miller – Phil Lord

L’un des derniers chefs d’oeuvre de l’âge d’or du studio Rare et la conclusion déjantée de la Nintendo 64.

Oeuvre complètement barrée au ton inhabituel pour le Nintendo gentillet de l’époque – dont le Logo sera maltraité à chaque allumage du jeu, Conker’s bad Fur Day est bourré de références cinématographiques qu’il parodie (Le jour le plus long, Orange Mécanique, etc.). Le jeu est une petite perle d’humour bien osé et un véritable n’importe quoi maîtrisé. Pour vous donner un aperçu du niveau : l’un des boss du jeu est un caca géant qui donne de la voix et dont vous devez vous débarrasser en lui lançant des rouleaux de PQ dans la tronche…

Vu l’efficacité du duo Chris Miller / Phil Lord pour parodier les genres et diriger efficacement une équipe d’animation (Lego Movie) ou pour laisser exploser leur folie (22 Jump Street), on verrait bien les deux compères s’occuper d’adapter sur grand écran les aventures du mignon mais pas tant Conker, l’écureuil qui se mettait des cuites. Ce serait un film trash, corrosif, débile et jouissif.

 

 

RESIDENT EVIL 4

406236

Qui ? Alexandre Aja

Casting de Leon : Nikolaj Coster Waldau / Madds Mikkelsen /

Casting de Ashley : / Chloé Moretz / Britney Spears (lolilol)

Casting de Ada : Kristin Kreuk

Casting de Luis : Viggo Mortensen

Véritable révolution à l’époque et monument du jeu d’action/épouvante,  le précurseur du TPS marqua aussi un changement dans l’esprit de la série Resident Evil (n’en déplaise aux puristes). Nouveau décor, nouvelles ambiances, nouveau gameplay, nouveaux zombies et que ça tronçonne !

En adaptant ce quatrième opus, ce serait l’occasion d’oublier l’acharnement de Paul Wes Anderson à ne pas rendre hommage à la saga zombiphile.

Alexandre Aja, nouveau talent de la scène gore/horreur, semblerait être le parfait maître de cérémonie pour organiser le séjour linguistique de Leon S. Kennedy au cinéma. Son style et son dynamisme pourraient donner un véritable survival-horror, pétrifiant et rythmé. Le cinéaste connait la recette (La colline à des yeux, Haute tension) et pourrait très bien retranscrire l’ambiance poisseuse de ce village espagnole peu accueillant. Avec un telle substance que ce jeu d’anthologie, on pourrait espérer avoir quelques scènes cultes : une entrée au village aussi mémorable que celle du jeu ?

 

 

MASS EFFECT :

248376

Qui ? J.J. Abrams

Casting de Shepard : Matthew Fox

Casting de Schepardette : ?

En ce moment le mec réactualise les deux plus grandes sagas de science fiction du cinéma Star Trek et Star Wars. Autant qu’il s’occupe d’adapter cette licence développée par Bio Ware dont l’univers est similaire à ses deux autres homologues du 7ème art.  (malgré une fin de trilogie critiquée), comme Halo, a tout pour donner le space opéra ultime au cinéma, passionnant déjà des millions de joueurs.

 

 

METROID :

Samus Aran

Qui ? John Woo /

Casting de Samus Aran : Amber Heard / Scarlett Johansson / Charlize Theron

On a longtemps cru qu’un film Metroid verrait le jour sous la direction d’un des maîtres asiatiques du cinéma d’action : John Woo. Celui-ci souhaitait se charger de l’adaptation du jeu vidéo, dur à croire n’est-ce pas ? Finalement, en 2007, le projet tombe à l’eau… Qui sait peut-être qu’un jour…

La traque aux méduses volantes serait une adaptation très très audacieuse compte tenu de l’univers et du bestiaire que le jeu présente : difficile de s’imaginer un film traitant de la chasseuse de primes la plus célèbre de la galaxie et ce malgré l’ambiance unique (trop ?) qui se dégage de la série. Un véritable sentiment de solitude laissé au joueurs qui offre de véritables moments d’explorations intenses. Guillermo Del Toro, en bon geek, pourrait peut-être relever le défi. On a vu sa capacité à varier les personnages et les décors dans ses Hell Boy ainsi que son impressionnante mise en scène coup de poing dans Pacific Rim, hommage à tout un genre du cinéma japonais. Why not ?

 

 

HALF LIFE

2588613-25808-half-life-half-life-2-gordon-freeman

Qui ? Alfonso Cuaron.

Casting de Gordon Freeman : Gary Oldman / Bryan Cranston / Tom Cruise

Castinf de G-Man : Ty Burrell

Pour raconter le désastre de Black Mesa au cinéma, on verrait parfaitement Alfonso Curaon à la réal. Un vrai fantasme quand on sait la virtuosité du cinéaste et la légende que représente Half Life pour les gamers : une véritable pièce historique du jeu vidéo, l’un des FPS les plus importants de sa génération. Son solo marqua son temps grâce à son ambiance immersive ainsi que sa mise en scène très novatrice pour l’époque. Sans oublier son scénario, pas forcément original mais bien amené, ne laissant jamais le joueur s’ennuyer en proposant multitudes de décors et apportant des frissons inconnus pour l’époque. Adapter ce monument du jeu au cinéma pourrait donner un film de science fiction tout simplement génial sous les griffes d’un si bon réalisateur qu’Alfonso Cuaron avec son sens du rythme, son intelligence de la mise en scène et son visuel recherché, n’oublions pas l’exploit visuel que représente Gravity ainsi que le très propre Les fils de l’homme.

 

 

UNCHARTED

Uncharted

Qui ? Steven Spielberg, évidemment.

Casting de Nathan Drake : Channing Tatum

Le cinéma de Steven Spielberg pourrait se définir sommairement, par le talent du réalisateur pour peaufiner autant l’aspect esthétique, que l’art du Story-telling ou la mise en scène. Ses films sont une source d’inspiration pour nombre d’artistes, mais bien peu ont su retrouver ce qui faisait la moelle de son cinéma. Les fils spirituels de Spielberg se comptent sur les doigts d’une main : Zemeckis, Shyamalan(avant de se perdre), JJ. Abrams, avec son Super 8, A. Cuaron (Les Fils de l’Homme, Gravity) et… Naughty Dog.

En 2007, le studio Naughty Dog réalisait Uncharted, un premier épisode qui posait les bases, sympathiques, d’une bonne série d’aventures. Un pastiche de Tomb Raider, joli, rythmé, ce qu’il faut de spectacle, et sans prétention. Uncharted 2 en 2011, frappait un grand coup : le jeu possède cette mise en scène absolument phénoménale, s’inspirant des plus grands morceaux de bravoure du cinéma de Spielberg, tout en les transcendant, par l’interactivité. C’est aussi cette empathie spéciale, envers Nathan Drake, qui rend ses mésaventures d’autant plus prenantes, qu’on s’attache à lui. À ce common-guy, courageux mais un peu con, tiraillé entre ses envies de mystères, et les femmes de sa vie.
C’est également un dosage du rythme dément… Une progression alternant contemplatif, dynamisme et aventure, parsemée de climax, jusqu’à ce finish ultra spectaculaire !
Le troisième volet, lui, sera un quasi copié collé du second, donc avec exactement les mêmes qualités, et le défaut de ne plus surprendre.

« Papa » Spielberg réalisant un film Uncharted…. AH ! Un de nos réalisateurs préférés revenir à un genre qu’il à quasiment crée, le film d’aventure !
Ça serait… Ça serait comme… Comme un Ouroboros culturel : avoir vu l’influence du réalisateur prendre de la valeur, se redéfinir, et terminer par inspirer le maître lui même… Une nouvelle expérience cinématographique ! Souvenez vous de ce fameux plan-séquence de Tintin ; imaginez le, interactif comme une expérience « Oculus Rift » du cinéma 4D… WOOOOW ! Bref. Un rêve de gamer, comme de cinéphile.

Pour se sortir du fantasme : un film Uncharted est en chantier, réalisé par un type qui n’a jamais rien prouvé dans le domaine du cinéma d’action, Seth Gordon (Comment tuer son Boss ?)

La suite bientôt !
N’hésitez pas à nous faire part de vos rèves/envies/fantasmes !