Bienvenue dans l’univers ahurissant et totalement déjanté d’Anders Thomas Jensen, de retour cette année avec MEN AND CHICKEN. Forcément très attendu après les réjouissants Adam’s Apples et les Bouchers Verts, le metteur en scène danois nous plonge – cette fois ci – dans une fratrie où l’on se tabasse à coup de poulets et de marmites en fonte. Le pitch reste en effet assez étrange : À la mort de leur père, Elias (Mads Mikkelsen) et Gabriel (David Dencik) apprennent qu’ils ont été adoptés et que leur père biologique travaille sur une île, coupé de toute civilisation. C’est arrivés sur place qu’ils découvrent la singularité des lieux et prennent toute la mesure de l’opacité du mystère.

D’emblée, MEN AND CHICKEN affiche sans complexes son ton décalé et politiquement incorrect. On débarque au milieu d’une communauté et d’un lieu de vie totalement surréalistes. Anders Thomas Jensen ne se refuse rien : entre zoophilie assumée et absurdité permanente, la première partie du métrage séduit. Plutôt fun, MEN AND CHICKEN impose des moments à l’idiotie jubilatoire et quelques saynètes bien senties. Cela dit, le concept s’essouffle quelque peu passé la moitié du métrage et laisse l’impression d’un surplace qui sera néanmoins vaincu à quelques dizaines minutes de la fin, lorsque l’éclaircie scénaristique nous sort de notre semi-léthargie.

© Urban Distribution

Par ailleurs, la mise en scène proposée par Anders Thomas Jensen ne se restreint qu’à raconter l’histoire du point de vue d’Elias – dans un cadrage plus tremblotant que dérangeant. Quelques plans démonstratifs permettent de saisir l’émotion des personnages comme, par exemple, un coucher de soleil en contre-jour dévoilant les silhouettes obscures des “héros”. Le cheminent narratif  nous fait donc comprendre avec facilité le dénouement de cette fresque surnaturelle avant même d’y parvenir. Avec les quelques indices plus ou moins subtilement exposés, le final de MEN AND CHICKEN déboule avec ses gros sabots. Quel dommage aussi que la dernière scène soit aussi appuyée, explicative et à la limite du bon sentiment, comme si le spectateur n’avait pas les moyens de comprendre seul l’universalité du message porté par le danois.

“Aussi inégal que déjanté, MEN AND CHICKEN est un objet de cinéma à l’image de ses protagonistes : d’apparence affreuse et repoussante, il s’y cache pourtant une attachante fable sur l’existence et l’acceptation de soi”

Mads Mikkelsen en tête, les interprètes sont tous impeccables. Anders Thomas Jensen va nous dessiner un portrait de frères au physique plus ingrat les uns que les autres, tout droit sortis d’un film de David Lynch ou d’Ettore Scola (Affreux, Sales et Méchants1976). Ceci étant, par la force de l’incarnation de ses acteurs, c’est du cœur de l’horreur qu’il  ressort la touchante joie de vivre de ces personnages. Toujours à la recherche de l’appartenance, de l’amour, des liens familiaux et de la chaleur humaine, cette fratrie – aussi ubuesque soit-elle – ne laissera pas indifférent. Réunissant la crème du cinéma nordique, MEN AND CHICKEN nous touche par cette galerie de personnages, interprétée avec une modeste sensibilité.

Alternant les tons, entre rire et drame, le dernier long métrage d’Anders Thomas Jensen joue subtilement avec les genres malgré un passage à vide en moitié de film. Aussi inégal que déjanté, MEN AND CHICKEN est un objet de cinéma à l’image de ses protagonistes : d’apparence affreux et repoussoir, il s’y cache pourtant une attachante fable sur l’existence et l’acceptation de soi.

Sofiane

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?

INFORMATIONS

mac1

Titre original : Men and Chicken
Réalisation : Anders Thomas Jensen
Scénario : Anders Thomas Jensen
Acteurs : Mads Mikkelsen, David Dencik, Nicolas Bro
Pays d’origine : Danemark
Sortie : 25 Mai 2016
Durée : 1h44 min
Distributeur : Urban Distribution
Synopsis : À la mort de leur père, Elias et Gabriel découvrent qu’ils ont été adoptés et que leur père biologique, Evelio Thanatos, est un généticien qui travaille dans le plus grand secret sur une île mystérieuse. Malgré leur relation houleuse, ils décident de partir ensemble à sa rencontre…
BANDE-ANNONCE