Avant tout, retenez ce nom : . Il s’agit de la co-directrice de SONY America, et elle est au cœur de la plupart des évènements collatéraux au piratage du 24 novembre.
Notre critique de THE INTERVIEW, en dernière partie de dossier.

L'affaire

Tout a commencé avec THE INTERVIEW.

Le film, produit par SONY, est réalisé par Evan Goldberg et Seth Rogen. Le pitch du film est la base de toute cette discorde :

deux journalistes sont embauchés par la CIA pour assassiner le président Nord-Coréen, Kim Jong-un. Avec Rogen et Franco en tête d’affiche, tout indique une comédie potache mais fine, dans l’esprit de leurs précédents films. Seulement voilà. En voulant inscrire leur scénario dans un contexte politique précis et sensible, ils ont ouvert la boite de Pandore.

Piratage de Sony

Le gouvernement nord-coréen ne veut pas de THE INTERVIEW. Dès les premières bande-annonces, il fait savoir au  monde et à SONY, qu’il y aura rétribution si le film arrive en salles.

Le 24 novembre 2014, est donc victime d’un vaste piratage de leurs serveurs et ordinateurs.
Les hackers, se faisant appeler « Guardians of Peace« , récupèrent et balancent sur internet non-seulement des films à venir (dont THE INTERVIEW), mais également pas mal d’informations plus ou moins compromettantes sur les employés, dirigeants et œuvres du studio.

« On finira par mettre SONY en faillite » #GOP

On rappelle qu’il s’agit du second piratage de grande envergure de SONY… En avril 2011 le Playstation Network avait été la cible de hackers et 77 millions d’utilisateurs avaient vu leurs informations confidentielles volées.

Impact et révélations sur la production des films

Quelques films récents ont été mis en ligne par les hackers comme Fury de David Ayer ; le film est en fin de carrière ciné ; il ne s’agit pas forcément d’une grande perte pour le studio. Par contre, Annie (comédie musicale, reboot du film éponyme de 1982), Mr Turner de Mike Leigh, Still Alice avec Julianne Moore ou encore To Write Love on Her Arms, au moment du piratage, n’étaient pas encore sortis en salles. Leur mise à disposition de l’internaute moyen aura un impact certain sur les recettes des films.

Les budgets de différents films ont été dévoilés, notamment Spectre, le prochain James Bond qui se verrait doté d’un budget hallucinant de 300 M$, soit moins que les 387 M$ d’ Avatar, mais deuxième ex-aequo avec Pirates des Caraibes 4, et au dessus de Lone Ranger (275 M$),  Raiponce (260 M$) ou des Hobbit (250M$ chacun). Le scénario du film a également été dévoilé…

THE INTERVIEW par ailleurs, aurait couté 44M$.
Une somme comprenant les différents salaires de l’équipe, dont 6.5 M$ pour James Franco ; 8,4 M$ pour Seth Rogen (producteur, scénariste, acteur ET réalisateur quand même), le budget effets spéciaux et une enveloppe spéciale caméos (5000$ pour [SPOIL] : Kevin Federline).
À noter la présence d’un tout petit budget drogues et culottes !!! 250$, seulement, mais très politiquement incorrect.

Une révélation qui a probablement motivé Franco et Rogen à dévoiler leur intimité, en réponse au hack !

franco8f-1-web

Scoops

Puis, quelques scoops, comme le fait que Sony ait sérieusement envisagé un cross-over entre les franchises Jump Street et Men In Black révélé par une correspondance entre Jonah Hill et Amy Pascal.

22 jump street MIB

Men In Black V  ??Jump Street … Qui a parlé d’ inception ?

Concernant l’ultra-attendu GHOSTBUSTERS 3, de Paul Feig
Le dévoile quelques infos quant aux filles qui composeront l’équipe « nouvelle génération ».
Ainsi, Amy Pascal rappelle à Ivan Reitman dans un mail du 8 octobre 2014, les ambitions du nouveau film. Elle confirme ainsi les volontés de Jennifer Lawrence, Melissa McCarthy (confirmée), Emma Stone, Lizzy Kaplan et Amy Schumer, d’apparaître dans le film.
Plus surprenant, Ryan Gosling pourrait incarner un personnage important !

Moins fun, Sony pense à forcer légalement Bill Murray à re-jouer son rôle de Peter Venkman dans GHOSTBUSTERS 3 !
L’acteur avait en effet, signé un contrat stipulant sa participation à trois épisodes de la franchise.

Les-grandes-manoeuvres-de-SOS-Fantomes-3_portrait_w322

Quant à Spider-Man
Andrew Garfield nous avait déjà prévenu : il n’est pas fan de l’orientation prise par sony avec ses deux (très mauvais) derniers épisodes. L’acteur prédisait ainsi de gros changements dans la franchise, Peter Parker y compris !

En fait, de son coté, Sony avait carrément cherché à revendre la licence à Marvel ! Une transaction qui s’est soldé par un échec.
Dommage, cela aurait été plutôt cool : Spider-man aurait ainsi pu apparaître dans le troisième épisode de Captain America, Civil War, comme c’est le cas dans le comics.
Marvel aurait d’un autre coté, relancé une troisième fois la franchise (!!!), avec un héros plus mature… Interprété par Ryan Gosling !

Desktop72

mails et données... compromettantes

D’abord, les informations personnelles de près de 4000 employés de Sony. En plus de leurs salaires, ce sont leurs noms, adresses et numéros de sécus qui se sont retrouvés en libre accès.
Le hack révèle ainsi, les salaires des hauts dirigeants de Sony America :

 

spreadsheet
* une femme sur 17 salaires de plus de 1M$

 

Certains mails envoyés et reçus par les dirigeants de SONY, sont extrêmement compromettants. Et révélés par le hack !
Ils dévoilent des conversations particulièrement cyniques, racistes ou dégradantes, motivées – sans surprise – par le profit…

Principaux intéressés :
Amy Pascal : co-directrice de Sony Entertainment ; salaire : 3M$ annuels, au cœur de chaque scandale !
Michael Lynton : CEO de Sony Entertainment

Scott Rudin – gros gros partenaire de Sony ; producteur indé des Anderson (Wes et P.T.A.) ou des Coen (no Country for Old Men)
Clint Culpepper : Directeur distribution/diffusion chez Sony
Kazuo « Kaz » Hirai : PDG international de Sony – toutes divisions confondues. Le big boss, quoi.

Par exemple, à propos du président Barack Obama :

Amy Pascal :   » Qu’est ce que je pourrais demander au président ? »
Scott Rudin :   » S’il aimerait financer des films »
A.P. :  « J’en doute ; Est-ce que je lui demande s’il a aimé Django ? »
S.R. : « 12 Years« 
A.P. : « ou le Majordome. Ou Think Like a man »
S.R. :  « Ride Along. Je parie qu’il aime Kevin Hart« 

Un embarassant email faisant état des goûts obligatoirement afro-américains du président. Kevin Hart mentionné dans l’échange, sera le sujet d’autres emails douteux :
Clint Culpepper se référera à l’acteur comme la « pute d’hollywood » suite à sa demande d’un paiement pour chaque tweet lié au film produit par Sony – en plus des 3-4 millions de salaire reçus.

Autre cible de mails du même acabit, Denzel Washington.
Bien que ce mail ait été envoyé par un « simple » producteur anonyme à Michael Lynton, son contenu est assez choquant, bien que probablement reflet d’une certaine réalité.
Ici, on retranscrit la substance du mail, le producteur usant d’énormément de pincettes pour enrober son discours (source : RadarOnline):
Selon lui, « pour pouvoir maximiser le succès mondial d’un film, Sony devrait éviter de caster des acteurs afro-américains, car le public international est raciste – en général. » citant l’exemple de Denzel Washington et Equalizer. Hmmm. Moyen.

Des échanges probablement coutumier entre agents, acteurs et producteurs mais qui passent particulièrement mal en ces temps de scandales raciaux – celui de Ferguson, missouri, notamment, qui a récemment été le théâtre d’émeutes raciales suite au meurtre d’un jeune noir par un policier blanc. Policier non inculpé pour son crime.

Plus people, plus gratuit, plus rigolo, plus méchant :

David Fincher a écrit à Amy Pascal, qu’ « Adam Driver était un très mauvais choix de casting pour Star Wars 7 » (lol, complètement gratos)

David Fincher est également au centre de l’affaire Cléopâtre ; un film que souhaite co-produire Angelina Jolie avec Rudin et Pascal. L’actrice veut être Cléopâtre, et souhaite que Fincher réalise. Elle engage des négociations dès 2013 mais ne fait qu’agacer les deux producteurs, par trop d’exigences, comme différents reports liés à la réalisation de ses autres projets comme Invincible. Scott Rudin finira par traiter l’actrice de « gamine pourrie-gâtée sans talent » (minimally talented spoiled brat).
JOLI.

George Clooney à Amy Pascal, suite à la mauvaise réception de son exécrable Monuments Men :
« j’ai besoin de me cacher de ces mauvaises critiques. J’en ai pas dormi depuis 30 heures » 
Boohoo, pauvre George.
puis :
« Je t’adore Amy, tu es la seule productrice qui aime le cinéma… J’ai peur de t’avoir laissé tombé, c’était pas mon intention – j’en suis désolé, j’ai juste perdu le truc. Qui aurait pu le prévoir ? Ça n’arrivera plus. »
Une bonne grosse lèche suivie d’une auto-flagellation… Surement pour assurer la prod de son prochain film, Hack Attack (sur des hackers #IRONIE)

Michael De Luca (Président de la production ciné) écrira à propos de Michael Fassbender visant le rôle principal de Jobs, que l’acteur (nu dans Shame) ne fait que donner le complexe de l’appareil-génital-normalement-constitué.
(lol)

Michael_Fassbender_Shame_000121

Dans un registre encore plus léger :
Channing Tatum, envoie un mail hilare (et hilarant) à Amy Pascal, suite aux excellents résultats du premier jour d’exploitation de 22 Jump Street sur le sol américain (devant Ted, mais derrière Very Bad Trip 2)  

F*** YOU TED !!!! SECOND OF ALLLL TIMMMMME BEEEOTCH!!!!
COME ON JUMPSTREETERS WE GOT CATE BLANCHETT WIT DIS BOX OFFICE BITCHES!!!!!!!!

AAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH
AHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHA
HAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHAHHAAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAHHAAHAHHAH
AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAAA
AAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHHAHAAHHAHA
HAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHA, et ça continue comme ça pendant encore trois pages.

Quand le hack de Sony déborde du seul univers cinématographique

Une correspondance entre Evan Spiegel, fondateur de Snapchat, et Michael Lynton (CEO de Sony Entertainment et membre du conseil d’administration de Snapchat) nous apprend que le premier comptait racheter discrètement trois start-up pour étendre les fonctionnalités de son application : Vergence Labs (conception de lunettes connectées), Scan.me (exploitation des QR Codes) et AddLive (fonctions de chat en vidéo).
Aussi, Evan Spiegel est peut-être très jeune (24 ans), mais il est également patient et fin stratège. Ainsi, il refusait méthodiquement les offres de rachats (dernière proposition : 3 Milliards de dollars, proposés par Facebook), considérant que cela rajoutait de la valeur à sa boite.
Voyant son plan de domination économique du monde si gratuitement dévoilé, Evan Spiegel déclarera à BBC News : «J’ai eu envie de pleurer toute la matinée».

Madonna sera également une victime collatérale du hack, puisque son prochain album s’est retrouvé sur le net.
L’artiste se dira victime d’un « viol artistique »

madonna_louis_vuitton_meisel2

Menaces et répercussions

 

Les 25 et 27 septembre 2014, une série de mails – ironiquement révélés par le hack – entre Kazuo Hirai et  Amy Pascal puis entre celle-ci et Seth Rogen montre que l’impact de THE INTERVIEW dépasse vraiment le cadre cinématographique.

Kazuo Hirai, grand patron de Sony (Japon, U.S.A., et internationnal) demande à Amy Pascal d’intervenir quant à une séquence clé du film, mais problématique, politiquement parlant :
La [SPOILER : Mort de Kim Jong-Un], jugée trop violente.

Pascal demande ainsi à Rogen d’édulcorer la scène. Rogen détaille les changements [SPOILERS] :

« nous l’avons rendue moins gore : Nous avons enlevé trois des brulures sur son visage, 50% des flammes dans ses cheveux, L’explosion de sa tête ne peut être moins dissimulée par les flammes, sinon la blague ne fonctionnera pas »
« Est-ce que ça va vous aider ? Cela suffit-il ? »

la scène en question, version light, est visible ci-dessous :

On rappelle que le Japon et la corée du Nord, sont en négociations pour un accord diplomatique, depuis le lancer de missiles de juillet 2014.

5 décembre 2014 : Guardians of Peace a franchi un pas dans les pressions contre le film et le studio en envoyant des menaces directes à certains employés de SONY.
Leur revendication : que les employés signent une sorte de déclaration les faisant adhérer à la cause des GOP. Dans le cas contraire, « vous et votre famille serez en danger« .

le 13 décembre, les hackers préviennent :
« nous préparons un gros cadeau de noël : d’encore plus grandes et intéressantes quantités d’informations. Cela laissera sony dans un état pitoyable.“
Le cadeau en question sera mis-en-ligne le 16 décembre 2014 et s’avère être des correspondances entre les différents dirigeants de Sony.

Entre temps, plusieurs cinéma, suite aux menaces, décident de ne pas projeter les avant-premières de THE INTERVIEW
Certains, pensent même projeter Team America, autre film particulièrement controversé (Saddam Hussein s’y faisait torturer/assassiner, entre autres)

le 16 décembre 2014, Sony annule toute promotion à propos de  THE INTERVIEW 

Mais c’est ce message des hackers qui achève d’effrayer Sony :

« Bientôt le monde entier saura quel horrible film SONY Pictures Entertainment a créé. Le monde aura peur : souvenez-vous du 11 septembre 2001. Nous vous recommandons de vous tenir à distance des salles de cinéma à ce moment-là.« 

le couperet tombe donc le 17 décembre 2014 : la distribution et l’exploitation en salles ou en vidéo de THE INTERVIEW  est SUSPENDUE, de façon indéterminée !


CONCLUSION (momentanée)

HAHAHA, THE INTERVIEW  hors circuit, les pirates ont gagné. L’industrie fait la gueule.
Voici la réponse des hackers « Guardians of Peace« , en ce vendredi 19 décembre 2014 :

« Voilà une sage décision. »
« Maintenant, nous voulons que ce film ne soit JAMAIS diffusé, distribué, ou leaké sous une quelconque forme. Pas même DVD ou piratée. »

On à l’impression que les mots piratés et leakés sont assez ironiquement utilisés ici.

Bref. Cette affaire, probablement pas terminée, est une belle démonstration de comment placer les couilles* d’une major dans un étau géant nommé hacking.
Sans parler d’éventuelles « rançons » demandées par les hackers.

ou ?

Il s’agit du marketting viral le plus élaboré EVER.

19/12 : réaction du président OBAMA

« Nous ne pouvons pas vivre dans une société dans laquelle n’importe quel dictateur peu imposer sa propre censure chez nous, aux États-Unis. Car si quelqu’un est capable de nous intimider, pour empêcher la diffusion d’une comédie satirique, imaginez ce qu’il pourrait faire en voyant un documentaire qu’il n’aime pas, ou des reportages journalistiques qu’il n’aime pas. Cela ne nous ressemble pas. L’Amérique ne fonctionne pas comme ça. »

« Je compatis aux ennuis auxquels ils font face (SONY, ndlr)
Ceci dit, OUI, je pense qu’ils ont fait une erreur.
Il vaut mieux éviter ce genre de polémique incontrôlable dans ce genre de Business »

 

Michael Lynton, président de SONY America indique par ailleurs, la position du studio vis à vis de THE INTERVIEW  :

Nous n’avons pas abandonné. Nous persévérons, nous ne nous sommes pas couchés. Mais nous ne contrôlons pas les cinémas. »
la majorité des chaines de cinéma – France y compris – a en effet, refusé drastiquement de diffuser le film.

« Nous espérons toujours que quiconque veuille voir ce film ait l’opportunité de le faire »

Tout n’est donc pas perdu. La prise de position du président vis à vis de ce qu’il semble considérer comme une attaque terroriste, semble assez claire.
Le film devrait finalement sortir, soutenu par le gouvernement et un IMMENSE buzz. Ce n’est qu’une question de temps !



21/12/14 : finalement, SONY distribuera le film !

L’avocat du studio David Boies a déclaré que SONY distribuerait finalement THE INTERVIEW 
Sans savoir toutefois, de quelle manière, les principales chaines de cinéma et de distribution ayant refusé de diffuser le film.
Le studio s’en remet ainsi au gouvernement pour débloquer la situation.

23/12/14 : situation débloquée.

THE INTERVIEW  sera distribué, comme prévu, ce 24 décembre 2014.
300 salles allouées au film au lieu de 3000, mais un sacré buzz entourant le film.
La prise de position de SONY est certaine, malgré les menaces.

 

CONCLUSION : 25/12/14 - THE INTERVIEW est visible partout, et par tous (sauf à priori, la Corée du Nord)

La véritable conclusion de l’histoire sera donc notre critique du film par notre rédacteur MAXIME, à lire intégralement ICI


 (…)  THE INTERVIEW n’est rien d’autre qu’une grosse blague inoffensive de la part de trentenaires encore adolescents mentalement. Ils ne tentent pas de critiquer la figure tyrannique Kim Jong Un et d’en faire un film mordant. Ils préfèrent s’amuser avec cette figure en lui faisant faire n’importe quoi comme des enfants avec leur nouvelle figurine. Le point plus réjouissant dans tout ça reste la liberté de tons. Digressions à foison, James Franco show omniprésent, blagues lourdingues, passage d’un genre à l’autre. Cette liberté dépasse le cadre purement filmique lorsque Sony décide de ne pas céder en sortant le film ou quand le duo Rogen/Franco se moque de la censure en dévoilant, lors d’un show assez drôle, des (fausses) photos de leur intimité. Seth Rogen, James Franco et Evan Goldberg seront certainement contents, tout est en place pour que THE INTERVIEW  laisse une marque indélébile dans le folklore de la pop-culture dont ils sont issus. On ne doute pas une seule seconde que ces rigolos doivent déjà discuter, autours de dizaines de bières et un joint à la bouche, de leur prochaine farce. Dans quelques années, lorsqu’il s’agira d’évoquer le film rétrospectivement, il ne sera même pas nécessaire de l’avoir vu pour en parler. Il suffira simplement de connaître l’histoire qui a précédé sa sortie. Et c’est probablement ce qui pouvait lui arriver de mieux.

 

 

INFORMATIONS

L'Interview qui tue



CRITIQUE
CONTRE CRITIQUE
SONY GATE / THE INTERVIEW

Titre original :
Réalisation : Seth Rogen et Evan Goldberg
Scénario : Dan Sterling, Seth Rogen et Evan Goldberg
Acteurs principaux : James Franco, Seth Rogen, Lizzy Caplan
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 28 janvier 2015
Durée : 1h52min
Distributeur : Releasing France
Synopsis : Un animateur de talk show et son producteur se retrouvent impliqués dans un complot meurtrier à l’échelle internationale.

BANDE-ANNONCE