[CRITIQUE] TERMINATOR GENISYS

Mise en scène/Rythme
3
Scénario
3
Casting
2
Lisibilité de l'action
5
Musique
4
Intérêt
2
Note lecteurs16 Notes
4.2
3.2

Depuis l’annonce de son existence, suivie de celle de son casting, ce nouveau TERMINATOR était placé sous le signe du doute. Une réalisation finalement confiée au yes-man Alan Taylor qui ramène sa pote Emilia Clarke de Game of Thrones et le retour un rien forcé de notre bon vieux “mais pas obsolète” Schwarzie. Passée la découverte des bandes-annonces, le doute a très vite été remplacé par bien d’autres réactions : le rire, la peur, la consternation, l’incompréhension d’où une certaine curiosité peut-être. Contraint d’aller s’humilier dans les rues de Los Angeles en T-800 pour rehausser une promotion forcément bancale, Arnold ne nous a pas fait l’honneur de sa présence en France. Nous avons eu droit en guise de consolation, à un petit message de James Cameron himself sur nos affiches nationales pour achever définitivement de nous convaincre de tenter l’expérience. “Vous allez adorer TERMINATOR GENISYS” qu’il disait. Le souci, c’est qu’on a beau chercher ailleurs sur toute l’affiche, impossible de trouver une autre phrase du genre “Comme moi j’ai adoré”. Pas si bête le bougre.

© 2015 Paramount Pictures. All Rights Reserved.
© 2015 Paramount Pictures. All Rights Reserved.

Le film s’ouvre sur un prologue nous assénant d’emblée sa litanie d’effets pyrotechniques qui parsèmeront les intrigues. Des effets assez laids et lisses car dopés au numérique. Soit la désagréable impression d’assister à un jeu vidéo mal compressé. De laideur il n’en sera hélas pas seulement question concernant les effets spéciaux… Il suffira de découvrir assez vite les nouveaux personnages pour tirer une nouvelle moue de dégoût, mention spéciale au duo John Connor (Jason Clarke)/Kyle Reese. Ce dernier se voit ici incarné par le tout musclé Jai Courtney et sa tête d’abruti, la même qu’il trimballait dans le tout dernier Die Hard (aussi raté que ce GENISYS, tiens). Dur dur quand on repense au charisme de Michael Biehn ou au très cool Edward Furlong en ado John du Jugement Dernier. Dommage aussi d’assister tristement aux quelques répliques du pourtant excellent JK Simmons (Whiplash), venu se fourvoyer dans ce naufrage.

« La saga Terminator se pare, avec Genisys, d’un retour indigeste et ennuyeux, laid et assez bête. »

Si j’ai évoqué un peu plus haut les intrigues du film, c’est parce que le scénario de cet opus bâtard s’avère être un hybride bien indigeste des 3 premiers Terminator. On se laisserait presque séduire, pleins de nostalgie que nous sommes, par la première partie qui nous emmène à nouveau dans le Los Angeles de 1984 du mythique premier film, avant de déchanter rapidement. Nos héros version 2015 se baladent ensuite dans l’univers des deux autres films afin de « sauver le monde » (une des répliques du film), le tout enveloppé par des tirades insipides et interminables, dont on finit par se foutre complètement, ainsi que des rebondissements atterrants de ringardise. Se voulant généreux et décomplexé, TERMINATOR GENISYS s’aventure parfois du côté de la comédie pour un résultat tout bonnement embarrassant et quelques gags tombant complètement à plat. Bon. Il reste les cascades musclées et autres courses-poursuites pour se refaire, non ? Eh bien en fait, non.

© 2015 Paramount Pictures. All Rights Reserved.
© 2015 Paramount Pictures. All Rights Reserved.

Ce divertissement tellement réchauffé qu’il en est cramé joue la carte de la fainéantise absolue, copiant-collant les faces-à-faces et autres poursuites de toute la saga en mode pilote automatique. La mise en scène est d’une platitude désolante, rendant les scènes d’action assez ennuyeuses, à l’instar de la séquence du Bus School jaune héritée du 3éme film, au passage assez injustement sous-estimé. Comparez-la simplement avec son modèle et vous aurez toutes les raisons de définitivement regretter un bon artisan tel Johnatan Mostow (réalisateur de Terminator 3 donc, mais aussi U-571 et Breakdown, deux grands moments peu connus des années 90-2000), sans parler des noms qui circulaient avant celui d’Alan Taylor : Denis Villeneuve et Rian Johnson (le très bon Looper).

Inutile aussi de revenir sur la parabole nous avertissant des dangers (assez drastiques) auxquels s’expose l’homme quant à son addiction à la technologie. Toujours le même discours.

Au final, ce TERMINATOR GENISYS continue d’enfoncer la saga après un Renaissance très moyen, alors qu’il pouvait être l’épisode du renouveau. Son intérêt tutoie dangereusement le néant et son laxisme insolent passe très mal en 2015, à peine deux mois après la sortie d’un Mad Max Fury Road dont on se souviendra encore longtemps. Déjà obsolète donc.

@LorisQuinto

Les autres sorties du 1er Juillet 2015

INFORMATIONS


CRITIQUE
– TRAILER #2 & AFFICHES
TRAILER #1

Titre original : Terminator Genisys
Réalisation : Alan Taylor
• Scénario : Laeta Kalogridis et Patrick Lussier
• Acteurs principaux : Arnold Schwarzenegger, Jai Courtney, Emilia Clarke, Jason Clarke
• Pays d’origine : Américain
• Date de sortie : 1 juillet 2015
• Durée : 2h06min
• Distributeur : Paramount Pictures France
• Synopsis : Le leader de la résistance John Connor envoie le sergent Kyle Reese dans le passé pour protéger sa mère, Sarah Connor et préserver l’avenir de l’humanité. Des événements inattendus provoquent une fracture temporelle et Sarah et Kyle se retrouvent dans une nouvelle version du passé. Ils y découvrent un allié inattendu : le Guardian. Ensemble, ils doivent faire face à un nouvel ennemi. La menace a changé de visage.

BANDE-ANNONCE

Rédacteur
  1. Pas du tout d’accord ! Si cet opus ne surpasse pas les deux premiers, qui sont indétronables de toute façon, il est bien au dessus de Terminator 3.

    Un scénario original, de bons acteurs (A part l’interprète de Kyle Reese…) et un Schwarzy de nouveau au top. Ça nous donne un fil d’action musclé et assez fun niveau humour. C’est peut-être le moins dark des Terminator, mais il n’en reste pas moins efficace.

    On passe un vrai bon moment. Le public venu hier pour voir le film était enjoué à la fin.

    Je comprends pas ce qu’attendent les critiques d’un film comme celui là… Faut vraiment sortir un truc complètement à la marge à la Mad Max pour avoir de bons retours ?

    1. T5 est tellement lambda ! sa seule originalité est finalement la « skin » Terminator, propice au fan service hardcore et au repompage/mixage d’idées scénaristiques… Attends, mais non en fait, c’est même pas original, vu que tout le monde fait pareil.
      En fait, ce qui dérange, c’est plutôt cette volonté constante d’exploiter les licences jusqu’à l’os… MAis sans jamais parvenir (vouloir ?) y amener quoique ce soit de nouveau. Alors oui, ya Fury Road, qui renouvelle à la fois le genre du cinéma d’action, tout en prolongeant l’univers de Mad MAx et en faisant preuve d’une vraie personnalité et de fond. C’est effectivement ce genre de cinéma qu’on aimerait voir plus souvent.

      Il reste MI5, Spectre et Star Wars, espérons qu’il y aura du plus, du mieux.

      0
      0
  2. Une histoire d’avis. Les deux premiers indétrônables, je suis bien d’accord avec toi. Mais je trouve que même le 3éme opus, bien qu’un cran en dessous, pouvait néanmoins se targuer de disposer de séquences d’action emballées avec savoir-faire, une certaine inventivité parfois et un joli sens du spectacle, ce qui est aussi le cas du dernier Mad Max et finalement ce que j’attendais aussi et surtout de ce Genisys. Et si je peux me permettre, tu avoues aussi que quelque chose ne va pas dans le personnage de Kyle Reese…(le casting foireux étant pour moi l’un des problèmes majeurs de l’entreprise).

  3. Totalement d’accord avec l’avis de Julien C
    Je ne sais pas non plus pourquoi tout le monde s’efforce à comparer les nouveaux films avec leurs prédécesseurs mais ça commence à lasser sérieusement.
    Qu’on aime pas, je peux le concevoir tous les goûts sont dans la nature mais de là, à dire qu’il est laid et indigeste, il ne faut pas pousser. Il y a beaucoup d’originalité dans ce TG et le choc temporel est vraiment bien pensé.
    Je suis une immense fan des films de Cameron, et j’ai vraiment adoré Genisys, l’un n’empêchant pas l’autre.
    Je ne critique nullement votre avis, vous avez évidemment le droit de ne pas aimer mais vos arguments sont assez faibles néanmoins.

    1. Impossible, Hélène, de ne pas comparer. Le film (et les autres remake/sequels/reboot qui « finissent par lasser ») ne fait que réutiliser, dans une association plus qu’absurde et opportuniste, les éléments issus des précédents films

      0
      0
  4. En fait je ne suis pas entièrement d’accord avec cette analyse (très complète d’ailleurs). Pour être assez jeune (30 ans) et ne pas avoir vu les autres terminators (ou seulement par bribes), j’ai bien aimé celui-là. Certes les effets spéciaux du début sont un peu nazes mais bon c’est un film qui se laisse voir… Par contre Emilia n’est absolument pas à sa place ! Je n’ai pas vu non plus Game of trones donc je ne sais pas ce que « vaut » cette actrice mais là ça le faisait pas du tout. Trop jeune, trop hargneuse genre petite peste, bof… J’ai trouvé les personnages trop lisses dans l’ensemble. A mon goût, il y a un peu trop de courses poursuites. Dès qu’ils se posent 5 min quelque part ils doivent à nouveau courir et tirer dans tous les sens (ça dure 15 minutes à chaque fois), c’est un peu lourd. Sans compter les morts, les voitures défoncées, les bâtiments détruits… Sinon dans l’ensemble c’est un film qui se laisse regarder…

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mise en scène/Rythme
Scénario
Casting
Lisibilité de l'action
Musique
Intérêt
Note finale

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
7500, Cockpit sous pression – Critique