GRETA : psychopathétique – Critique

Pour son dernier film, GRETA, Neil Jordan offre à Isabelle Huppert le rôle d’une psychopathe qui harcèle la naïve Chloë Grace Moretz… et c’est complètement raté !

Isabelle Huppert en méchante folle imprévisible dans GRETA, quelle drôle d’idée ! C’est pourtant celle qu’a eue le réalisateur irlandais Neil Jordan et on sait bien que c’est loin d’être le premier. Que notre Isabelle nationale inspire à ce point les réalisateurs dans ce type de rôle enfermant de femme froide et mystérieuse, qui ne sourit jamais  (Eva, Une jeunesse dorée ou Blanche comme Neige et dans une moindre mesure Elle) est incompréhensible… et qu’elle continue à les accepter, encore plus !

Et dire qu’on doit à Neil Jordan, créateur et showrunner de la récente série Les Borgias, les passionnants Entretien avec un vampire ou Michael Collins, il y a certes vingt-cinq ans !Photo du film GRETA

Le film a pour ambition de montrer un personnage terrifiant, proche de celui de Annie dans Misery… Mais on vous prévient tout de suite, GRETA n’atteint pas du tout son objectif et se révèle même un mauvais film sans surprise. La mise en scène est plus pitoyable qu’efficace et la musique plus de pacotille qu’anxiogène. Les situations sont tellement prévisibles et les acteurs sont tous dans un tel sur-jeu, qu’on se demande si on n’est pas dans une parodie de ce type de film. Tout cela est tellement pathétique et grotesque que ce n’est pas l’angoisse mais bien le rire qui s’empare de nous !

Isabelle Huppert est donc Greta Hideg, une femme qui laisse des sacs à main chics dans le métro en espérant qu’on les lui rapporte. C’est ce que fait Frances (Chloë Grace Moretz), une jeune serveuse très bien élevée. Elle est si gentille, la petite provinciale venue à New York, qui vient de perdre sa mère. Elle vit en colocation avec son amie qui ne lui ressemble pas du tout, la délurée Erika (Maïka Monroe). Et elle est un peu fâchée avec son papa qui n’a pas très bien géré le décès récent de son épouse.

GRETA est tellement pathétique que ce n’est pas l’angoisse, mais bien le rire qui s’empare de nous. Et on se demande si nous ne sommes pas dans une parodie du genre !

Il ne faudra pas moins de cinq minutes pour comprendre que les deux femmes vont se rapprocher parce que l’une a perdu sa mère et que l’autre ne voit pas assez sa fille qui vit de l’autre côté de l’Atlantique. Croire que le manque de membres de la famille et la solitude puisse rapprocher nécessairement les deux femmes qui n’ont absolument rien d’autre en commun et comble leur vide affectif est un parti pris de scénaristes et un absolu non-sens auxquels on n’adhère jamais. Car dès le début Greta est si froide et distante et Frances tellement naïve et nunuche qu’il est impossible d’acheter la suite de l’histoire pendant l’heure-et-demi qui reste.Photo du film GRETA

Tous les clichés de la panoplie classique du psychopathe sont si mal amenés dans le scénario qu’ils alourdissent toutes les tentatives du film à vouloir aborder le processus de harcèlement, de manipulation, d’emprise et de folie, qui ne manquait pourtant pas de piquant. Même l’histoire de Greta, distillée au fur et à mesure, n’a aucun intérêt ! Et les dialogues ne sauvent pas non plus GRETA, d’autant que la voix doublée en VF d’Isabelle Huppert… n’est même pas la sienne, privant ainsi le spectateur de cette part que l’actrice sait aussi rendre troublante.

Et quand Stephen Rea, acteur fétiche du réalisateur, fait sa courte entrée comme détective privé, on est déjà morts de rire. À sauver toutefois, une seule scène plutôt bien filmée et atteignant l’objectif de terreur de GRETA : celle dans laquelle Frances rêve qu’elle fait un cauchemar. Bref, vous qui souhaitiez avoir des frissons de terreur provoqués par la méchante Isabelle Huppert, passez votre chemin !

Sylvie-Noëlle

Votre avis ?

Note lecteurs1 Note
Titre original : Greta
Réalisation : Neil Jordan
Scénario : Neil Jordan, Ray Wright
Acteurs principaux : Isabelle Huppert, Chloë Grace Moretz
Date de sortie : 12 juin 2019
Durée : 1h38 min
1.5
Grotesque
Rédactrice
  1. Superbement joué… l’inquiétude monte au fur à mesure et la fin est inattendue ! Isabelle Huppert n’a rien perdu de son jeu d’actrice, quant à la jeune Chloë Grace Moretz, sa carrière est à suivre !

    1. Ah… nous n’avons pas eu le même ressenti ! Mais je partage votre avis sur le jeu de Chloë Grace Moretz… actrice à suivre en effet !

      0
      0
  2. Je viens d’aller voir ce film aujourd’hui et j’ai quitté la salle avant la fin, tellement je me suis fait chier !
    Je suis très déçue ! Pour moi ce film est un vrai navet que je ne recommande à personne !

      1. Mais peut-être plus attentive … : la voix d’Isabelle Huppert est bien la sienne dans la VF … Erreur surprenante pour une critique de cinéma …
        A part cette remarque, rien de remarquable dans ce film ou … téléfilm de l’après-midi sur M6 ou TF1?

        0
        0
  3. Le scenario est tres previsible avec une superbe erreur de scripte, avec des dialogues et un pathos impossibles qui indiquent bien que ça ne se prend pas au serieux mais ou chacune des comediennes font tout pour faire tenir l’ensemble. On comprend et on devine tout, tout de suite. Un thriller horrifique nanardesque ou Huppert s’y amuse, Neil Jordan aussi, niveau technique, sa mise en scene ne manque pas d’idée, le cineaste sait composer des plan de cinema. L’image y est élégante pour mettre en avant et sublimer l’actrice française. Ils ne sont pas idiots, à la vue du scenario ils savaient comment traiter l’engin pour en faire un nanar oui mais pas un navet pour autant. Je m’y suis pas mal amusé ayant compris dès la bande annonce on y va pas pour frissonner mais bien pour s’y amuser, Neil Jordan en matière de thriller plus conséquent et serieux il a deja donné (THE CRYING GAME et MONA LISA) là il voulu prendre une autre direction, celle du divertissement avec des folles furieuses en l’état elles sont bien servies. Certaines scenes ne trompent pas, le grand guignol est bien présent, sans doute pas suffisamment non plus. Huppert qui pousse des « beuhaaar » limite à cracher le liquide vert de l’Exorciste dans le restaurant àpres avoir fait valser la table, une outrance excessive cartoonesque. Par moment, juste sa presence, debout sur le trottoir sans rien dire est assez flippante. Quant à la scene gore dans la cuisine, je n’attendais que ça et de voir courir Chloé Grace Moretz avec un rouleau à patisserie dans les mains est à se tordre de rire. Ca vaut que ça vaut, c’est sur, oui c’est decevant aussi, le film ne va pas assez loin dans l’outrance ou dans la caricature, Huppert s’amuse dans son role. C’est un pop corn movie qui vaut sans doute bien mieux que pas mal de films d’horreur actuels. A defaut d’avoir un bon scenario betonné, j’y suis allé pour les actrices et le metteur en scene qui sait se servir d’une camera et sait poser son oeil sur ses comédiennes et sait se servir des décors. C’est ce qu’on appelle un plaisir coupable. J’y ai trouvé ce que j’y suis allé cherché, ni plus ni moins. Vu en vostf.

  4. Greta (2019)

    Un thriller lourdement dramatisé et maladroit.

    Un film qui flirte avec les films éprouvants façon serial killer et le films tordus de type psycho(patho)logique. Mais on reste dans l’entre deux, dommage !

    C’est du cinéma de «l’ancien monde » avec un déroulement mécanique, prévisible et sans génie.
    Sans compter l’inévitable accélération finale pied au plancher à la « ouh, ouh, fais moi peur ».
    Pour finir bien sûr par une sorte de happy-end semi-cathartique.
    On n’évite pas au passage les « elle n’est peut être pas ce que l’on croit »

    On nous inflige tout au long un fatras de rebondissements aussi improbables les uns que les autres.

    Huppert, Liszt et l’ambiance policière morne, voilà l’équation d’un mauvais Chabrol.

    On ne marche pas et donc le résultat est assez banal, voire ennuyeux.

    C’est vraiment dommage, car les acteurs comme Isabelle Huppert et Chloë Grace Moretz sont capables de grandes choses, si on leur donne un bon scénario.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Note finale

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
UN TRIOMPHE, une sacrée aventure carcérale – Critique