Photo du film LA NONNE 2
Crédits : Copyright 2023 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

LA NONNE 2, suite oubliable d’un mauvais film oublié – Critique

Nous souhaitons recueillir votre avis sur votre façon de nous lire. Merci de prendre 2 minutes de votre temps en cliquant ici !


LA NONNE : LA MALÉDICTION DE SAINTE-LUCIE sort cinq ans après un premier film déjà peu mémorable. Et malheureusement, aucun miracle n’a lieu. L’univers étendu de Conjuring continue de s’enliser dans un marasme de productions horrifiques opportunistes et superficielles.

Une suite en retard

Après Annabelle en 2014, l’univers étendu de Conjuring avait continué de grandir en 2018 avec La Nonne. Oubliable et sans grand intérêt, le film avait peiné à se hisser à la hauteur du grand divertissement populaire offert par les deux premiers volets de la saga Conjuring. Malgré des retours critiques passables, le succès avait pourtant bel et bien été au rendez-vous avec un box-office mondial de plus de 365 millions de dollars. Loin de vouloir tuer la poule aux œufs d’or, New Line Cinema avait donc annoncé la mise en chantier d’une suite dès 2019. Or, la crise sanitaire mondiale a depuis eu le temps de retarder considérablement le projet. D’où cette sortie tardive en 2023.

Photo du film LA NONNE 2
Crédits : Warner Bros. Entertainment Inc.

Qu’on se le dise, LA NONNE : LA MALÉDICTION DE SAINTE-LUCIE se révèle loin des attentes que l’on aurait pu placer – sait-on jamais – dans ce nouveau film. On ne peut nier toutefois, qu’à le comparer au rendu cheap du premier opus, il s’en sort tout de même un petit peu mieux que son prédécesseur. En effet, certains décors et créatures témoignent tout de même d’une plus grande ambition esthétique, même si l’ensemble manque néanmoins de consistance physique. En effet, le numérique s’avère bien trop palpable, malgré l’ambition d’apporter davantage de substance à ces images.

Trop et pas assez

D’un point de vue scénaristique, LA NONNE 2 choisit de nous livrer une forme hybride de suite et de spinoff. En effet, si la religieuse chargée d’enquêter sur certaines morts mystérieuses au sein du clergé est toujours bien présente, le film nous donne, en premier lieu, l’illusion de suivre plutôt le devenir de son compagnon d’infortune du premier volet. Désormais employé dans un pensionnat pour jeunes filles à Aix-en-Provence (oui), il semble avoir emporté le démon avec lui. Bien que prometteuse, la mise en situation se révèle malheureusement laborieuse et les deux intrigues pourtant connexes peinent à s’y imbriquer.

Photo du film LA NONNE 2
Crédits : Warner Bros. Entertainment Inc.

D’autant que LA NONNE : LA MALÉDICTION DE SAINTE-LUCIE se perd dans un trop-plein de personnages. Car, en plus de Sœur Irène – la religieuse incarnée par Taissa Farmiga – et de son ancien side-kick interprété par Jonas Bloquet, on suit également les histoires d’une jeune pensionnaire et de sa mère professeure. Ainsi que celle d’une seconde religieuse, Debra, employée pour soutenir Irène. À nouveau, les différentes sous-intrigues générées par cette nouvelle galerie de personnages peinent à cohabiter. En une durée de pourtant près de deux heures, le film ne parvient qu’à effleurer du bout des doigts toutes les thématiques qu’il brasse.

Un coup d’épée dans l’eau

En ressort une œuvre superficielle, sans grands enjeux et manquant cruellement de subtilité. Les ficelles tirées restent grossières, malgré quelques idées intéressantes égrainées deci delà. En effet, LA NONNE 2 réfère notamment à la véritable Sainte-Lucie, sainte patronne des aveugles, représentée le plus souvent les orbites vides dans l’imagerie catholique. Une figure avec un fort potentiel dans le contexte d’un film d’horreur. Or, sa légende n’est évoquée qu’aux trois quarts du récit, bien qu’il s’agisse d’un arc central du scénario. De même, la capacité de la nonne à se manifester à travers des représentations religieuses n’est que partiellement exploitée, si l’on excepte l’apparition d’un bouc enragé parmi les idées les plus plaisantes.

Photo du film LA NONNE 2
Crédits : Warner Bros. Entertainment Inc.

Le manque de lisibilité du film est, par ailleurs, imputable à la sortie tardive de cette suite, près de cinq ans après son premier volet. Les spectateurs n’ont gardé de La Nonne premier du nom qu’un souvenir lointain et confus. Or, ce type de productions horrifiques consommables et oubliables aussitôt se destinent à une exploitation rapide. LA NONNE : LA MALÉDICTION DE SAINTE-LUCIE arrive donc bien trop tard pour intéresser encore son public cible. De plus, malgré son succès honorable en salles, le troisième volet de Conjuring sorti en 2021 avait généré 120 millions de dollars de moins que son prédécesseur au box-office. Peut-être le signe de l’essoufflement inévitable de cette saga et de la lassitude quant à son univers étendu.

Lilyy Nelson

Note des lecteurs3 Notes
1.5
Osef

Auteur·rice

Nos dernières bandes-annonces

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Michel REGNIER
Michel REGNIER
Invité.e
22 septembre 2023 21 h 08 min

Allez ! Dernière critique qu’on ne retrouve pas sur les autres sites dédiés au cinéma et à ce film : la « maman » ne se pose jamais de questions (et nous non plus) sur la relation entre sa fille et l’homme à tout faire…Derrière l’idylle Hamiltonienne, on a quand même surfé sur la lame tranchante de la pédophilie! Mais ouf, ça passe. De toute façon c’est un démon…

Michel Dr REGNIER
Michel Dr REGNIER
Invité.e
22 septembre 2023 3 h 45 min

Avec pas mal de pauses chips, café très fort, arrêts toilettes, j’ai finalement aimé la musique d’Ennio Morricone, la chasse au trésor avec les yeux laser du bouc à la mode Indiana Jones et la fin qui montre bien que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé : sinon, le reste est risible de nullité, quand on ne s’endord pas et qu’on renonce à comprendre qui est qui et fait quoi

Michel REGNIER
Michel REGNIER
Invité.e
21 septembre 2023 2 h 53 min

Que faut-il commenter ? Dans le doute, allons-y pour la Nonne 2. J’ai dû rater un train, c’est franchement incompréhensible, une suite de scènes sans intérêt, et même sur le Net je n’arrive pas à trouver une explication comme on le fait maintenant pour les films trop bor…liques ! Visiblement, il faudrait se repasser la saga Conjuring en intercalant un film ou deux au milieu pour voir qui est qui et fait quoi. Franchement, drôle ou d’épouvante, même dramatique, le cinéma n’est pas fait pour se vriller des neurones !

3
0
Un avis sur cet article ?x