THE FRENCH DISPATCH, le film à sketches de Wes Anderson – Critique

Après les brillants The Grand Budapest Hotel et L’Ile aux Chiens, le cinéaste houstonien s’offre un casting de stars pour élever considérablement son univers. Un film non-linéaire qui démontre, une fois encore, son talent irréfutable.

Wednesday, October 27, 2021

Arthur Howitzer Jr. (Bill Murray), le rédacteur d’un célèbre magazine américain décède. L’ensemble de la rédaction décide alors de lui rendre hommage en racontant chacun, une dernière histoire marquante. THE FRENCH DISPATCH met ainsi en scène un recueil d’histoires tirées du dernier numéro du magazine publié dans une ville française fictive du 20e siècle.

Crédits : The Walt Disney Company

Aux détours de ces courts-métrages raccordés, impossible de ne pas penser aux héritiers de l’Ecole de Bruxelles. Tout rappelle dans cette direction artistique – et de manière flagrante lors de sa séquence d’animation 2D – le célèbre courant de la ligne claire qui fut fureur après les années 70. Anderson y signe, un film entrelacé, parfois compliqué mais qui saura s’accrocher à plus d’un cinéphile. En plus d’être 100% Andersonien, THE FRENCH DISPATCH possède sa propre matrice. C’est étrange, mais Disney qui distribue le film, correspond à tous niveaux à cette étrange ville imaginaire d’Ennuie-sur-Blasé.

Crédits : The Walt Disney Company

Présenté lors du dernier festival de Cannes, le film estampillé Century Studios propose diverses pistes de lectures visuelles et narratives. Que ce soit par le passage de la couleur au noir et blanc, par le cadrage ou par la voix off, Wes Anderson sublime la ville d’Angoulême qui a accueillie le tournage durant de nombreuses semaines. Poussant ses fantasmes et sa patte au maximum, le cinéaste en fait d’ailleurs peut-être même un peu trop. Les fans du metteur en scène seront ravis de voir autant de décors et de personnages colorés, alors que le spectateur lambda pourra vite se perdre entre ces pages de papier glacés. En dehors de ces surdoses graphiques, THE FRENCH DISPATCH semblera déconcertant pour le plus large public tant il se veut film et sketches et film chorale à la fois. Dans le cinéma du réalisateur américain, les goûts et les couleurs foisonnent mais partageront encore une fois les foules en salles.

Crédits : The Walt Disney Company

Toujours accompagné de ses acteurs fétiches (Bill Murray, Tilda Swinton, Owen Wilson, Jason Schwartzman), Wes Anderson réalise un tour de force avec ce nouveau casting. Ainsi le jeune prodige Timothée Chalamet, Frances McDorman, Willem Dafoe, Adrien Brody, Elisabeth Moss ou encore les français Léa Seydoux, Lyna Khoudri et Mathieu Amalric prennent part aux histoire entremêlées de journalisme. Un livre d’images éblouissant qui ne cesse de rendre hommage et qui invite à un voyage cinématographique prenant. S’il peut sembler largement inférieur au Budapest Hotel, littéralement chef d’œuvre cinématographique du XXIe siècle, THE FRENCH DISPATCH nécessite plusieurs visionnages pour permettre une escapade complète et satisfaisante chez le metteur en scène. Anderson sait s’entourer de bons comédien(nes) mais également de techniciens et artistes incroyables dont il est important de souligner le travail. Notamment Alexandre Desplat et sa BO étincelante ou encore Simon Weisse et ses équipes maquettistes qui ne cessent de donner vie aux idées du réalisateur. C’est peut-être d’ailleurs cela qui fait la magie des films de Wes : le travail d’équipe et le respect mutuel des artistes de la lumière et de l’ombre. Tel est un magazine, un film est le produit d’un travail mutuel. Le cinéaste l’affirmait encore récemment : « L’une des premières raisons pour lesquelles j’ai voulu faire ce film, c’était parce que ça me donnait une chance de travailler avec des acteurs que je n’aurais pas pu sélectionner pour des rôles en anglais. (…) J’avais d’ailleurs déjà travaillé avec certains d’entre eux (…)mais ils ont cette fois-ci des rôles plus importants.« 

THE FRENCH DISPATCH se distingue donc du reste de la filmographie de l’Américain adulé des cinéphiles, noyant par moment, quelques idées majeures tout en offrant un buffet d’idées et de visions lumineuses. Entre les Illusions Perdues de Giannoli et ce film-ci, le mois d’octobre 2021 dans les salles françaises mystique la presse sur grand écran.

Robin for The French Dispatch – 149e Série, N°12

Note des lecteurs4 Notes
Titre original : The French Dispatch
Réalisation : Wes Anderson
Scénario : Wes Anderson
Casting : Timothée Chalamet, Léa Seydoux, Bill Murray
Date de sortie (France) : 27 octobre 2021
Durée : 1h48min
Genre : Comédie, Drame, Romance
Nationalité : Américain
4
INTRIGANT

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x