8 individus, tous de parfaits inconnus les uns des autres, se mettent soudainement à ressentir des liens inexplicables et incroyablement forts entre eux, tout en étant dispersés aux quatre coins de la planète. Sans avoir à se déplacer, il peuvent se parler, se déplacer dans le lieu où se trouvent les autres membres de leur “cercle” et peuvent même habiter le corps de l’un d’entre eux afin de lui prêter des facultés plus ou moins exceptionnelles. Tout au long de cette première saison, on suit donc la vie de huit jeunes adultes qui possèdent tous des compétences précises en fonction de leur pays d’origine (une koréenne experte en art martiaux, un flic américain, une hackeuse transexuelle américaine et recherchée par la NSA, un Kenyan à la joie de vivre à toute épreuve, etc.)

Après les échecs au box office de Cloud Atlas et Jupiter, leur deux derniers films, les Wachowski étaient attendus au tournant avec la sortie de la nouvelle série originale signée Netflix (DaredevilOrange is the new black, Bloodline)C’est donc un nouvel univers produit de toutes pièces par les créateurs de l’hyper-culte Matrix avec l’aide de Michael Straczynski (Babylon 5) que l’on peut découvrir au travers des 12 épisodes de cette première saison. Le sujet est ambitieux: 8 personnages, pour 4 continents et 7 pays. Et pour ajouter à cela une dimension réaliste, les tournages ont eu lieu dans les villes d’origine de chaque personnage. Ajoutez à cela un synopsis très accrocheur, et les amateurs de science-fiction attendait avec envie le 05 juin la mise en ligne de tous les épisodes de la saison 1. Si l’histoire est particulière, il n’est pas sans rappeler celui de Cloud Atlas à qui on avait reproché son trop plein de personnages et d’histoires dans un format finalement si court. Mais si la série reprend les (très) bonnes idées de ce dernier, elle n’est pas sans défaut et accuse notamment d’une certaine naïveté voir de lourdeur dans ses dialogues censé être les plus profonds. Malgré cela, il est également aisé de faire le rapprochement entre l’univers surprenant de SENSE8 et celui de Matrix (un petit groupe isolé se défend, le grand méchant omniscient et tout puissant possédant les même faculté que les héros n’est pas sans rappeler un certain Agent Smith, …).

© Netflix

© Netflix

Il est intéressant de pouvoir observer le travail des Wachowski dans un format plus long, ce qui leur permet de développer le récit et d’installer leur univers en prenant leur temps et en posant des bases solides. Ce qui est le plus intéressant dans cette première saison, c’est le montage précis et impeccable qui nous est proposé. De nombreuses scènes rendent hommage aux différents genres de cinéma, comme une fusillade sans son aux allures de cinéma hongkongais du début de XXe siècle, à un tournage de film d’action mexicain ou une scène de comédie musicale à la Bollywood lors du mariage de l’Indienne. Ces mélanges de genres sont bien orchestrés et permettent aux réalisateurs de créer des scènes splendides où la musique transcende le moment et la connexion inter-personnages. Ces séquences musicales sont un des grands atouts de la série, et c’est surement en partie du à celles-ci que le spectateurs se sent réellement impliqué dans la série.

“Plutôt construite comme une saison-pilote, la série met en place, non sans défauts, l’univers qui la rend terriblement attrayante.”

Malheureusement, ce qui a déjà pu faire défaut aux Wachowski par le passé resurgit encore notamment au travers des dialogues, souvent trop lourds et manquant parfois cruellement d’écriture. On assiste donc parfois à des scènes cherchant une portée “philosophique” mais ces dernières s’emmêlent et tombent même parfois dans le pathos. Dommage car le scénario, s’il n’est pas parfait, tient bien la route et permet d’espérer de belles choses pour la suite. Pour ce qui est de la réalisation, on retrouve bien le style des Wachowski, avec une caméra en mouvement, des ralentis en veux-tu en voilà, et des effets parfois un peu lourds.

En clair, il est encore un peu tôt pour juger SENSE8, tant cette première saison pose les bases d’un univers complexe et développé que l’on a hâte de voir évoluer et ses personnages, malheureusement souvent porteurs de stéréotypes un peu flagrant, ont encore de nombreuses choses à offrir.

INFORMATIONS

© Netflix

© Netflix

Saisons : 1
Showrunners: Andy Wachowski, Lana Wachowski, J. Michael Straczynski
Nombre d’épisode: 12
Format : 42 minutes
Avec :Daryl Hannah, Naveen Andrews, Joe Pantoliano, Brian J. Smith, Tuppence Middleton, Jamie Clayton, Miguel Angel Silvestre, Tina Desai, Doona Bae, Aml Ameen, Max Riemelt, Terrence Mann, Freema Agyeman, Alfonso Herrera , Erendira Ibarra, Adam Shapiro, Ness Bautista
Distributeur: Netflix
Première diffusion : 05 juin 2015
Synopsis :Huit individus éparpillés aux quatre coins du monde sont connectés par une soudaine et violente vision. Désormais liés, ils se retrouvent capables du jour au lendemain de se voir, de se sentir, de s’entendre et de se parler comme s’ils étaient au même endroit, et ainsi accéder aux plus sombres secrets des uns et des autres. Les huit doivent dès lors s’adapter à ce nouveau don, mais aussi comprendre le pourquoi du comment. Fuyant une organisation qui veut les capturer, les tuer ou faire d’eux des cobayes, ils cherchent quelles conséquences ce bouleversement pourrait avoir sur l’humanité.

BANDE-ANNONCE