EVERYTHING SUCKS! est l’une des dernières sorties des écuries Netflix. Écourtée par ces derniers après une seule saison, la comédie de Ben York Jones et Michael Mohande mérite-t-elle cette sanction ? Verdict !

Après le succès de ses séries pour public adolescent (Riverdale, 13 Reasons Why, Atypical, etc.), la société dirigée par Reed Hastings continue sur sa lancée en proposant EVERYTHING SUCKS!, une nouvelle «romance à l’école». Précisément, il s’agit de l’histoire de Luke O’Neil et de ses deux amis pas très importants pour la suite, qui reviennent dans leur lycée « Boring » pour une nouvelle année en classe supérieure. Luke tombe amoureux de Kate Messner, la fille du principal du lycée. La jeune fille est homosexuelle mais accepte de jouer la petite amie du jeune garçon suite à un montage vidéo gênant et à la pression sociale qu’elle subit. Après quelques rebondissements, le vrai faux couple rend inutilisable le gymnase du lycée qui aurait dû servir de plateau pour la pièce de théâtre tant attendu de Boring High School. Luke propose d’écrire et réaliser un film, dans lequel tous les membres de la troupe de théâtre auront un rôle, pour remplacer la pièce qu’il a saboté. Et ainsi commence l’intrigue d’EVERYTHING SUCKS!.Photo du film EVERYTHING SUCKS!En général, il est assez énervant qu’une œuvre dont l’intention est de piocher des inspirations ailleurs trahisse ces dernières. Mais ce n’est rien comparé au niveau de frustration que l’on ressent en regardant cette série. EVERYTHING SUCKS! est une tentative embarrassante de jouer la même fibre nostalgique que Stranger Things. Entre lecteur VHS, Walkmans, caméras, références pop-culture des années 90, bicyclettes comme seul moyen de transport, etc. Tout y est, en théorie, pour que les personnes ayant grandit entre 1980 et 2000 puissent revenir en enfance. Finalement, tout est simplement indigeste. Quoiqu’on pense de la série, Stranger Things a une ambiance particulière qui épouse l’univers rétro mis en place. A l’inverse EVERYTHING SUCKS! sonne totalement faux.

La série est tellement concentrée sur le fait de recréer l’atmosphère d’antan qu’elle en oublie tout le reste. Par exemple le fait qu’elle est sensée être une comédie. Problème, ce n’est pas drôle, parce que tout le potentiel comique est désarmorcé d’entrée de jeu par les personnages des amis de Kyle, Tyler et McQuaid. Le premier est une sorte de Chandler adolescent dont 98% des blagues tournent autour de relations sexuelles qu’il n’a pas encore eu. L’autre, une représentation clichée à souhait des geeks à l’époque où le phénomène était naissant, digne d’Elie Semoun dans Cyprien.Photo du film EVERYTHING SUCKS!On pourrait aussi dire qu’il est difficile d’arriver à faire rire quand les acteurs sont si mauvais. Si les adultes se dépatouillent difficilement avec leur peu de temps de présence et leurs intrigues amoureuses dénuées de sens, chez les adolescents, personne ne rehausse le niveau. Mention spécial à Jahi Winston qui est atroce du début à la fin. C’est d’autant plus grave que EVERYTHING SUCKS! a tout d’une série contemporaine novatrice et marquante. Elle met en scène un héros noir, talentueux et sans problèmes de comportement, dans un rôle principal. La série aborde la question du réalisateur dans une oeuvre cinématographique. Et surtout, elle parle d’homosexualité ouvertement dans un format attractif aux jeunes adolescents.

La sexualité est le centre névralgique de la série. Tous les personnages se posent des questions sur leur orientation sexuelle et sur comment ils doivent agir en conséquence. Seulement, la thématique de l’homosexualité est traitée maladroitement à travers la relation entre Kate et Emaline qui, en plus d’être fade et sans profondeur, est totalement hors propos. Alors que les scénaristes ont partiellement réussi l’utilisation du jeune âge des personnages pour expliquer leurs maladresses et incertitudes, ils échouent au moment de leur résolution.

L’esthétique de la série ne sauve pas les meubles sans pour autant être immonde. Toujours rien de transcendant du côté réalisation dans les séries Teen de Netflix. L’image est dans une logique de télévision datant d’avant The Wire. On tourne vite, rapidement et de façon efficace.
Nous ne sommes pas en attente de plans révolutionnaires, mais au moins de quelque chose qui ferait exister le réalisateur dans autre chose que l’exécution d’un découpage technique.

L’annulation de la série par Netflix, sans me réjouir, ne me choque pas. Il y a la faible audience d’une part mais aussi l’incapacité narrative à étendre la série. A la fin de la saison 1, il ne reste rien pour relancer la machine. Uniquement des bribes de situations encore non résolus qui ressemblent plus à des faiblesses au scénario qu’à de volontaires pistes narratives.

Avec son histoire pratiquement vide à l’image de sa réalisation, on ne retiendra pas grand chose d’EVERYTHING SUCKS!. À part, peut être son titre.

Kensley JULES

Votre avis ?

EVERYTHING SUCKS!, un titre annonciateur - Critique
Titre original : EVERYTHING SUCKS!
Créateur : Ben York Jones & Michael Mohande
Scénario : Ben York Jones & Michael Mohande
Acteurs principaux : Jahi Winston, Peyton Kennedy, Quinn Liebling, Rio Mangini & Claudine Mboligikpelani Nako.
Date de sortie : 16 Février 2018
2.0Raté
Avis des lecteurs 0 Avis

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
BéatriceOrlannDenis Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Denis
Invité
Denis

Mauvaise foi much?
En plus d’être un excellent “period piece” (on nous “flashe” les références aux années 90 que dans le premier épisode, assez volontairement, pour ensuite les intégrer plus subtilement au récit. Mis à part la trame musicale, généralement “on point” avec l’action, je n’ai jamais trouvé qu’on essayait de me forcer dans la gueule le côté retro.) Le jeu des jeunes comédiens et comédiennes est ce qui fait la force de la série (et c’est l’avis de la majorité des critiques ciné lues partout sur le web, en anglais comme en français). Le casting est atypique et leur jeu est particulièrement nuancé, ajoutant à la richesse des personnages. (Ce qui me fait me demander si tu as vraiment écouté l’ensemble des épisodes, parce que tous les personnages m’ont surpris à un moment où à un autre). L’autre particularité de la série est le traitement de l’homosexualité de Kate Messner, qui, en plus d’être très crédible, est tout à fait raccord avec l’époque où la série se situe (tellement raccord qu’il y a eu une déferlante de témoignages de jeunes femmes ayant découvert leur orientation sexuelle dans les années 90 et qui se reconnaissaient totalement en Kate) La sensibilité de la série est au poil, les émotions sont complexes et c’est ce qui rend ce genre de série plus intéressante que la plupart des comédies de situation se déroulant durant l’adolescence.
Les 10 épisodes s’écoutent plutôt d’une traite et jamais je n’ai eu l’impression que l’action était forcée, sauf une fois, alors que le responsable du AV Club ***spoiler alert*** se tape la gardienne du parc national (même si j’y ai vu un clin d’oeil à Revenge of the Nerds). Pour ce qui est de la saison, je ne vois d’abord pas de quelle manière tu peux attribuer la finale ouverte à une erreur ou une faiblesse scénaristique : le décor était planté pour ce genre de finale.

Orlann
Invité

Je ne pense pas que vous avait regardez toute la série, ou en tous cas pas avec la bonne ouverture d’esprit! L’époque dans la quelle se passe l’histoire est totalement adapté ! Pourquoi? C’est simple, la mentalité, des gens, de nos jours a énormément évolué sur le point de vue de l’orientation sexuelle. L’histoire de Kate et de Emaline est donc plus intéressante en vue de l’environnement dans la quelle elle se développe. Etant donner
que cette série est attribuer plus au “Teens”, elle montre comment pouvait avoir lieu une relation homosexuelle; avec les regardes, les réflexions, les critiques et autre dans les année 90.
J’ai trouver, et je ne suis pas du tous la seul, les acteurs très talentueux! Ils sont arriver à exprimer tous les sentiments de leurs personnages de la bonne manière !

Béatrice
Invité
Béatrice

On voit dès le début de ta critique, ma foie très négative, que l’ouverture d’esprit était partie très loin. Peut-être qu’elle est restée dans les séries que tout le monde regarde?

Je sens que tu ne vas pas apprécier mon commentaire. But I don’t care. Je considère que j’ai le droit de dénigrer et rabaisser ton «travail» comme tu amoindris et rabats le travail d’une jeune personne.

Une chance que tu es caché derrière ton ordinateur et non devant une caméra professionnelle avec tout plein qui attendent que tu dises ta réplique. Parce que je suis sûre que tu ne serais pas capable d’aligner deux phrases sans bégayer. Everything sucks est une «propriété» de Netflix et comme avec toutes les autres séries, les acteurs doivent passer un audition pour pouvoir jouer dans l’émission.

Les comédiens jouent le rôles de personnes d’environ quinze ans. C’est vers cet âge que l’être humain se questionne sur sa sexualité. Les hormones font que le sexe est une «priorité» dans la vie.

De plus, je trouve que tu insulte la communauté LGTB+. Peut-être es-tu homophobe? Peut-être n’a-tu pas encore trouvé ton orientation?On ne sait pas. On ne le saura jamais