ATLANTIQUE raconte, sans quitter la terre ferme, les périples avortés en pleine mer de ces milliers de personnes qui traversent les continents à la recherche d’une vie désirable.

Mati Diop

Tout comme Ladj Ly, Mati Diop présente sa première réalisation dans le grand bain Cannois. Il s’agit aussi d’un événement inédit pour le Festival puisque ATLANTIQUE est le premier film en lice pour la palme d’or réalisé par une femme noire, ce qui ne s’était jamais produit dans l’histoire de la Croisette.

Notre avis sur Atlantique

Dakar, des ouvriers travaillent péniblement sur le chantier d’une tour démentielle qui tranche avec le paysage avoisinant, truffé de constructions vétustes et impropres. Parmi eux, un visage angélique du nom de Souleiman s’éprend d’Ada, une jeune femme déjà engagée malgré sa volonté sur les voies du mariage. Mais lassé par les promesses inexistantes d’une vie insupportable, Souleiman ne résiste pas à l’appel de l’étendue marine et se dissout dans les abîmes de l’océan atlantique.

Le poids de l’absence, prend ici son envol, après une première heure, avouons le, laborieuse et plutôt somnolente. Dans ce second souffle, c’est l’onirisme, l’ésotérisme, qui viennent percuter le long métrage pour conduire ATLANTIQUE vers une forme de beauté depuis les entrailles d’un deuil à briser le cœur. Les âmes mortes de l’océan envahissent le monde des vivants, depuis l’horizon marin, où tout s’est achevé dans la plus grande des désillusions, avortée dans la recherche désespérée d’une vie enfin désirable. Mati Diop est parfois très douée avec sa caméra quand il s’agit de suspendre le scénario dans un cocon mélancolique, mais le film n’avance que trop peu d’arguments pour totalement nous ensorceler sur sa longueur.

Palmomètre

Si en projection officielle, les applaudissements et les félicitations on traversé l’orchestre avec fracas, l’ambiance était largement plus glaciale depuis les balcons où étaient entassés la presse et les festivaliers. Malgré des intentions aussi honorables, le niveau affiché par le long métrage est plus discutable pour prétendre triompher en compétition, une récompense semble compromise. A moins que le jury ne se soit laissé cueillir par la dernière demi-heure, nettement plus convaincante.

Critique publiée lors de l’édition 2019 du Festival de Cannes.

Sofiane

Votre avis ?

 

ATLANTIQUE, les âmes mortes de l'océan - Critique
Titre original : Atlantique
Réalisation : Mati Diop
Scénario :Mati Diop et Olivier Demengel
Acteurs principaux :Mame Bineta Sane, Amadou Mbow, Ibrahima Traore
Date de sortie Prochainement
Durée : 1h44min
2.0LE POIDS DE L'ABSENCE
Avis des lecteurs 0 Avis