S’il nous avait particulièrement donné envie avant sa sortie, Man of Steel s’était avéré au final être une grande déception. Raté en bien des points, le film avait surtout le don d’épuiser le spectateur avec des combats interminables. En dépit de ses défauts, le public avait répondu présent, offrant à Man of Steel un joli succès au box-office. Il était donc fort logique de retrouver Zack Snyder aux commandes de cette suite. Étrangement, c’est justement l’action, pourtant si appréciée par Snyder, qui manque désormais cruellement à BATMAN V SUPERMAN.

L’idée de départ n’était pourtant pas loin d’être intéressante, ou du moins originale. Snyder choisissant de construire son film directement autour des événements de Man of Steel. Rejouant la destruction massive provoquée par le combat entre Superman et le Général Zod (bonne réussite du film), mais d’un point de vue différent. Celui de Bruce Wayne (Ben Affleck, qui se contente de peu mais évite le ridicule), aux premières loges pour vivre ce qui s’apparente à un nouveau 11 septembre – la symbolique des gratte-ciels qui s’effondrent est encore plus appuyée par le brouillard de fumée dans lequel il s’engouffre. Assistant impuissant à l’effondrement de la tour Wayne Entreprise, il voit en Superman le responsable de ces événements tragiques, et est bien décidé à le mettre hors d’état de nuire. Pour autant, on pourrait trouver grandement à redire du projet même de BATMAN V SUPERMAN. En effet, quel intérêt se dira-t-on à regarder deux colosses se taper dessus durant des heures, tout en rasant tout ce qui se trouve autour d’eux ? Certains pouvant y trouver leur plaisir, on ne jugera pas. Cependant, la déception reste d’autant plus forte que le combat dantesque annoncé n’a finalement jamais lieu, et laisse place à un ennui abyssal provoqué par un scénario trop imparfait et sans rythme.

Photo du film BATMAN V SUPERMAN : L'AUBE DE LA JUSTICE

© Warner Bros. France

BATMAN V SUPERMAN apparaît comme la réunion des défauts ponctuels de son réalisateur, dont les bonnes intentions, une fois réalisées, s’avèrent rarement à la hauteur. Le film se perd déjà dans les symboliques lourdingues et les trop nombreuses références bibliques portées sur l’opposition entre les Hommes et les Dieux. Tout cela pour tenter de justifier un affrontement inutile. En effet, Zack Snyder (on pourrait également l’imputer aux scénaristes) ne semble jamais trouver comment opposer ses deux super-héros. On comprend évidemment le point de vue de Bruce Wayne qui, comme le spectateur devant la fin de Man of Steel, a du mal à considérer Superman en vrai héros. Il est d’ailleurs intéressant de voir la mise en place d’une commission pour juger les actes de l’extraterrestre. La volonté de Batman de s’attaquer à lui est ainsi parfaitement louable et compréhensible, mais coïncide étrangement avec celle de Lex Luthor (Jesse Eisenberg en roue libre), dont on ne comprend malheureusement jamais les motivations. Même incompréhension devant l’un des employés de Bruce Wayne, victime lors de l’effondrement de la tour, qui déplore que son patron ait « abandonné sa famille ». Mais pourquoi et en quoi ? Il ne faut pas trop chercher à comprendre, et Snyder ne s’en embarrasse pas. Celui-ci semble plutôt se perdre dans diverses thématiques souvent amenées sans raison ou exploitées maladroitement.

“BATMAN V SUPERMAN : L’AUBE DE LA JUSTICE ? Pas le combat dantesque annoncé et d’un ennui abyssal.”

Le pire reste du côté de Superman (à nouveau campé par Henry Cavill, efficace en armoire à glace, risible dans ses émotions) dont rien ne justifie la colère envers le Chevalier noir. Ce dernier fait bien quelques arrestations de criminels un peu trop musclées. Mais venant de quelqu’un qui a causé autant de dégât et qui n’a pas trop hésité à briser la nuque de son ennemi (Zod, toujours), c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité. C’est donc bel et bien scénaristiquement que BATMAN V SUPERMAN pêche le plus. A nouveau, pas forcément dans les intentions – on apprécie d’avoir un Batman en place depuis 20 ans qui évoquera avec finesse ses anciens adversaires, ou bien ce questionnement autour de Superman, vrai ou faux dieu, peut-il être jugé par les hommes ? -, mais dans le manque de profondeur apporté et donc de crédibilité. Dès lors, le réalisateur se contente de faire se succéder des scènes de discussion sans jamais y trouver d’utilité, rendant le rythme du film désastreux. Une grosse partie se résumant à un blabla incessant et sans intérêt.

Photo du film BATMAN V SUPERMAN : L'AUBE DE LA JUSTICE

© Warner Bros. France

Quand bien même on parviendrait à faire acte d’indulgence sur cet aspect scénaristique, on ne trouve même pas de quoi se divertir dans les scènes d’actions, trop mal maîtrisées. Leur nombre réduit n’étant en soit pas forcément pour nous déplaire, on regrette surtout de grosses faiblesses en termes de réalisation. Soit de mauvais goût lorsqu’il s’agit de suivre Superman, soit difficilement visible lorsque Batman entre en scène. On distinguera par exemple bien mal ce qu’il se passe lors d’une poursuite en Batmobile. Ceci résultant à la fois d’une image trop sombre – Snyder n’a toujours pas compris que pour présenter des personnages « sombres » dignes de DC comics il ne suffit pas de baisser la luminosité – et de mouvements de caméra trop brouillons. Et ce n’est pas ce final, véritable pétard mouillé limité à une débauche d’effets numériques sans saveur (quelques explosions de lumière orange-électrique, entrecoupées des bons sentiments entre Lois et Clark), qui fera exception. D’autant plus décevant qu’il succède à un duel fort attendu entre les deux super-héros, mais finalement évacué avec une facilité déconcertante. Faisant preuve de trop d’imperfections et d’approximations, BATMAN V SUPERMAN évite le mal de crâne de son prédécesseur mais laisse décidément avec un arrière-gout amère.

Pierre Siclier

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?

INFORMATIONS

Affiche du film BATMAN V SUPERMAN : L'AUBE DE LA JUSTICE

Titre original : Batman v Superman: Dawn Of Justice
Réalisation : Zack Snyder
Scénario : Chris Terrio, David S. Goyer
Acteurs principaux : Ben Affleck, Henry Cavill, Jesse Eisenberg
Pays d’origine : U.S.A
Sortie : 23 mars 2016
Durée : 2h33min
Distributeur : Warner Bros. France
Synopsis : Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…

BANDE-ANNONCE