Par ses situations cocasses, Cherchez la femme se moque habilement de la déformation simpliste de la tendance radicale de l’Islam.

Il ne faut surtout pas se fier à l’affiche de CHERCHEZ LA FEMME, qui laisse à penser qu’il s’agit d’une énième comédie avec de bons gros rires gras. Loin s’en faut ! Bien sûr, il y a des rires, mais ce qu’il faut surtout retenir du premier long-métrage de la documentariste Sou Abadi, c’est l’authenticité et la subtilité du propos. Il est vrai que l’angle tragique des sujets portant sur la religion musulmane, le port du voile intégral et le chemin vers la radicalisation des jeunes a déjà été moult fois abordé – comme dans Made In France, Le Ciel attendra ou Noces. Mais pour la réalisatrice, rencontrée à Bordeaux aux côtés de ses comédiens Félix Moati et Camelia Jordana, le moment était venu de faire rire les spectateurs, après ces temps troublés. Elle revendique même une « comédie politique » et fait sienne ce que dit Costa Gavras, par ailleurs parrain de son film: « tout film est politique ».

Photo du film CHERCHEZ LA FEMME

La teneur du film est plutôt audacieuse puisque Armand (Félix Moati) a l’idée de revêtir un niqab pour pouvoir continuer à voir Leila (Camelia Jordana), séquestrée par son frère Mahmoud (William Lebghil), de retour du Yemen. Sou Abadi a voulu que « le ton menaçant de Mahmoud au début du film permette au spectateur de mieux accepter le travestissement ». Tout comme Armand qui devient Shéhérazade, le spectateur a en effet la possibilité de s’ouvrir à la culture et à la foi musulmanes, de se mettre à la place de ces femmes sans être trop tenté de les juger et de finalement changer son regard sur le monde. Une scène assez poignante des reproches d’incompréhension faits par les passagers d’un bus à la vue de Shéhérazade renvoie d’ailleurs habilement aux remarques et critiques qui peuvent légitimement effleurer le spectateur. Félix Moati s’est lui-même senti très proche de Shéhérazade et l’a interprétée «comme n’importe quelle femme dont l’allure et le style rendraient fou amoureux Mahmoud, accentuant excessivement son regard, sa démarche burlesque entre Bugs Bunny et Buster Keaton, et sa voix ». Le résultat est plutôt réussi même si on a un peu de mal à croire que Mahmoud se laisse duper à ce point et pardonne l’affront. Mais l’amour est aveugle… Et c’est justement Shéhérazade qui le ramène sur le droit chemin de la véritable spiritualité.

Photo du film CHERCHEZ LA FEMME

La réalisatrice, qui a une confiance absolue en l’intelligence et au bon sens du public pour saisir toutes les nuances de son film, se garde pourtant de donner des leçons. Elle a voulu « se moquer avec bienveillance de tout le monde, y compris d’elle-même» et s’est assurée, grâce à une cousine croyante très pratiquante et érudite, que « son propos respectueux ne puisse offenser personne ». Et c’est vrai que tous les personnages attachants, inspirés de l’entourage de la réalisatrice, en prennent pour leur grade. En premier lieu, ses propres parents iraniens qui ont fui le régime politique, campent avec jubilation ceux d’Armand. Présentés comme très cultivés et tolérants malgré le poids des coutumes, les truculents Anne Alvaro et Mika Manojlovic (acteur fétiche de Emir Kusturica) provoquent de grands moments d’hilarité par l’extrémisme et le paradoxe de leurs engagements politiques et associatifs. Les jeunes de la cité en voie de radicalisation sont présentés quant à eux comme des tocards sans culture religieuse et l’arrogance des jeunes étudiants de Sciences Po est aussi mise à mal. Bien que CHERCHEZ LA FEMME manque parfois de rythme et se termine de façon trop idyllique, ses situations cocasses sur le fil du rasoir ont le mérite de repositionner l’essence même de l’Islam dont le message initial d’amour est souvent déformé par une tendance radicale simpliste.

Sylvie-Noëlle

Votre avis ?

[CRITIQUE] CHERCHEZ LA FEMME
Titre original : Cherchez la femme
Réalisation : Sou Abadi
Scénario : Sou Abadi
Acteurs principaux : Félix Moati, William Lebghil, Camelia Jordana
Date de sortie : 28 juin 2017
Durée : 1h28 min
4.0Audacieux
Avis des lecteurs 0 Avis