Le pitch : Paula Bélier est une ado comme les autres. Par contre, sa famille est sourd-muette !
Paradoxalement, elle se découvre un don pour le chant et s’inscrit dans la chorale de son lycée.

Le film d’Éric Lartigau aborde pas mal de thèmes, et convainc sur la plupart.
Sur le terrain de l’émotion d’abord. Puis, à égalité, les tourments adolescents, le handicap/différence, le pouvoir évocateur d’une chanson, intimement lié au vécu de son interprète. Enfin, la politique fait une incursion remarquable à défaut d’être mémorable.
Le plus important est la cohésion et l’équilibre entre tous ces thèmes, passant par la mise-en-scène et l’interprétation. Dosage + talents + alchimie = émotion.

LA FAMILLE BÉLIER renoue avec l’idée de comédie populaire, en cela qu’elle se sert pleinement du medium cinéma pour divertir son public, quel qu’il soit (à part peut-être hipsters et autres “intellectuels”, à qui il paraîtra sans-doute trop provincial, accessible ou sentimental).
Un peu à la façon des derniers très gros succès du cinéma français, d’ Intouchables aux Chtis en passant par Amélie Poulain et même, dans un registre totalement opposé, l’immonde Qu’est- ce qu’on a fait au Bon Dieu ?

LA FAMILLE BÉLIER possède quelque chose dans son discours, d’universel, de sincère, d’humaniste, de fédérateur et de profondément accessible.

La Famille Bélier (2)

© Mars Distribution

Point par point :

Le moins réussi, ou plutôt le moins développé : l’aspect politique.
S’il est présent tout du long du film, il n’est finalement qu’un contexte et se résume à quelques phrases et situations, très “d’actualité”. Hollande et le pouvoir, prendre leur terres aux fermiers pour construire un complexe industriel (pas bien)… Une position plutôt socialiste (et simpliste), qui contraste d’ailleurs avec le choix de Sardou, réputé pour “ne pas être un homme de gauche”, comme messager inter-générationnel… Ou le coté très “travailler plus pour gagner plus” de Paula Bélier.

Très présents en début de métrage, on regrette fortement que ces aspects ne soit pas plus développés. la phrase “vous êtes tous cons et raleurs”, lâchée en sous-titres par le papa Bélier, viendra clore lors d’un meeting électoral, toute prise de position politique.

” Une alchimie entre talents artistiques, au service de l’émotion. Une Comédie Populaire, une vraie. “

le scénario est lui, relativement convenu : comment la différence devient une force.
Mais les scénaristes ont l’intelligence de ne jamais prendre de raccourcis, de ne jamais bêtifier ce discours. On va risquer un mauvais calembour en affirmant que le film est par ailleurs choral, d’un point-de-vue pistes narratives : le quotidien de la ferme, la vie de famille, le lycée, l’apprivoisement d’une personnalité aigrie, le développement du don musical, le parcours en politique, la relation amoureuse…. Aucun de ces traitement n’est vraiment original. On pourrait même, indépendamment les rattacher à un autre monument de comédie populaire (Les Beaux Gosses, Les Choristes, Le Premier jour du reste de ta vie, etc.) Mais toutes ces pistes narratives s’imbriquent et se répondent, intelligemment. Avec au centre Paula Bélier.

Les différents personnages gravitant autour d’elle sont tous définis par une certaine finesse d’écriture (dialogues, caractères). Personnages associés les uns aux autres par une mise-en-place assez fine, dont les acteurs tirent admirablement bien parti.
François Damiens, et Karin Viard, lui, bourru, “mutique”, mais doux, elle, MILF quarantenaire hystérique, possessive et aimante (dans la lignée de son rôle dans Week-Ends), tous deux humains jusque dans leurs nombreux défauts. Ils transforment, par leur interprétation sur-expressive mais juste, le “handicap” en normalité.
Eric Elmosino, remarquablement servi par des dialogues drôles et cyniques, est ce prof aigri ne vivant que par la “variété française”, et Michel Sardou particulièrement. Sardou d’ailleurs, est un personnage à part entière du film ; à travers ses chansons, véritables missiles de sens et d’émotion.
La bonne copine, le boyfriend parisiens, le maire, le frère… tous ont ce petit truc qui fait qu’on s’attache, qu’on se souvient d’eux.

LA Famille bélier

© Mars Distribution

Paula est le centre. Il fallait pour cela, une interprète capable de faire le lien entre les autres personnages, entre les facettes de l’histoire. Louane Emera, dont c’est le premier rôle au cinéma, s’en sort parfaitement.
Au départ son jeu paraît un peu trop théâtral… Mais bien vite, la mise-en-scène la place au cœur de situations ou l’intégralité de sa personne est mise à contribution. Par son corps, puisque le langage des signes passe par les gestes ; sa voix, puisqu’elle est la seule “parlante” de sa famille, puis parce qu’elle chante. Ses expressions, car elle n’est qu’une lycéenne commune, traduisant ses problèmes plus ou moins existentiels par moult mimiques, tics et moues.
D’ailleurs, sa voix, très “vibrante” très gagnante-de –TheVoice, en toute autre circonstance, m’aurait vite insupporté (mon truc à moi, c ‘est plus Joanna Newsom). Mais tout comme Michel Sardou, elle représente une sorte d’aboutissement en termes de divertissement populaire, de variété. En cela, elle est totalement adéquate.

Donc oui, on a été totalement conquis par LA FAMILLE BÉLIER. Une Comédie Populaire, une vraie, qui pourtant ne prend pas son spectateur pour un abruti. Au contraire, le film est très mathématique : une réussite réellement alchimique, car liée aux talents conjugués des interprètes, de la mise-en-scène, du scénario plus subtil qu’il n’y paraît, du choix des chansons ; après tout LA FAMILLE BÉLIER EST une comédie musicale.
Tout cela n’a qu’un but : véhiculer cette émotion inhérente au divertissement réussi. Un crédo qui rappelle… Le Paradis Perdu d’Abel Gance.

Les autres films du 17 décembre 2014

INFORMATIONS

17 décembre La famille bélier


Titre original : La Famille Bélier
Réalisation : Eric Lartigau
Scénario :  Stanislas Carre de Malberg, Victoria Bedos, Eric Lartigau, Thomas Bidegain, D’après l’oeuvre de Victoria Bedos
Acteurs principaux : Louane Emera, Karin Viard, François Damiens, Eric Elmosino
Pays d’origine : France
Sortie : 17 décembre 2014
Durée : 1h45min
Distributeur : Mars Distribution
Synopsis : Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

BANDE-ANNONCE

[critique] La Famille Bélier

0