Le film s’ouvre sur le visage figé d’une jeune femme. Au milieu d’une gare, elle affiche des traits défaits et son regard est désespérement perdu dans le vide. Les secondes s’égrènent lentement, puis soudain les cloches résonnent et la foule explose dans une liesse indescriptible tandis que la jeune femme reste de marbre, visiblement incapable d’éprouver autre chose que cette triste apathie. Pas à sa place au milieu de cette cohue, ellee court se réfugier dans une église, incapable de partager l’allégresse générale. À l’intérieur, elle se prend à contempler un tableau apocalyptique de Francis Danby, Le Déluge qui comme son nom l’indique dépeint de pauvres âmes humaines balayées par le flots. La noyade qu’elle contemple lui fait se remémorer sa propre impuissance et l’histoire de sa vie.

En commençant par la fin, MÉMOIRES DE JEUNESSE reprend un schéma narratif commun à de nombreux films (Memento, Fight Club, Casino entre autres). On assiste en premier lieu à la dernière scène et le reste du film se déroule sous la forme d’un flashback qui permet de comprendre de quelle manière le héros (ou l’héroïne) en arrive à cette situation.

Vera est une jeune adolescente aisée qui mène une vie bourgeoise dans la campagne anglaise et rêve de s’émanciper et d’étudier. Dans une société anglaise en pleine transformation, elle revendique son droit à l’éducation et désire partir étudier à Oxford au côté de son grand frère, ce à quoi ses parents finissent par consentir.

Comme dans tout bon film british qui se respecte, un jeune garçon bien éduqué et un peu timoré fait son apparition et cueille le coeur de cette jeune beauté au caractère fière et indomptable. S’ensuit une longue période de flirt agréablement mis en scène qui va soudainement s’interrompre avec le déclenchement de la Première Guerre Mondiale. La guerre, aussi inattendue que cruelle, va briser leurs destins comme de vulgaires fétus de paille.

© Lionsgate

est définitivement une actrice montante du cinéma européen. Après le magnifique Royal Affair pour lequel elle a du apprendre le danois et le fascinant Ex Machina, elle poursuit sa route avec MÉMOIRES DE JEUNESSE pour lequel elle a du apprendre à parler un anglais d’époque parfait. Elle a beau livrer une partition impeccable, elle est trop esseulée et ne peut porter le film sur ses seules épaules pendant deux heures. La fraicheur communicative de l’actrice suédoise finit inévitablement pas se tarir.

« Trop vaste et parfois impersonnel, MÉMOIRES DE JEUNESSE saisit par bribes le désespoir que la guerre inflige sur l’âme humaine mais il ne parvient jamais vraiment à se l’approprier malgré la prestation époustouflante d’Alicia Vikander, qui tient à elle seule le film à bout de bras. »

En nous présentant uniquement la vision de Vera, le réalisateur sous-exploite ses seconds rôles et laisse des regrets quand à la prestation de Kit Harrington (rendu célèbre dans Game of Thrones), très bon mais qui ne bénéficie que de peu de scènes pour se mettre en valeur. Dominic West et , quant-à-eux, ne font qu’une brève et peu convaincante apparition en tant que Mr. et Mme. Brittain.

© Lionsgate

© Lionsgate

MÉMOIRES DE JEUNESSE gagne en puissance à partir du moment où il abandonne cette naïve innocence et prend une tournure plus réaliste. Ce changement porte néanmoins préjudice au film. La mise en scène devient trop poignante, le scénario se veut bouleversant alors qu’il tourne plutôt au larmoyant. Et même si à l’endurance le film fini par produire l’effet désiré, les moyens employés pour l’atteindre sont tellement évidents qu’il gâche une grande partie de l’émotion qu’on a pu ressentir. On est loin de la subtilité déployée dans Suite Française.

La succession de drame qui affecte Vera finissent par la détruire. Et lorsque les cloches retentissent, on en devient presque indifférent au destin tragique qu’elle a du affronter. Trop vaste et parfois impersonnel, MÉMOIRES DE JEUNESSE saisit par bribes le désespoir que la guerre inflige sur l’âme humaine mais ne parvient jamais vraiment à se l’approprier malgré la prestation époustouflante d’Alicia Vikander, qui tient à elle seule le film à bout de bras.

LES AUTRES SORTIES DU 23 SEPTEMBRE 2015

INFORMATIONS

12-02-2015_testament-of-youth_official-poster

• Titre original : Testament of Youth
• Réalisateur : James Kent
• Scénario : Juliette Towhidi d’après le roman éponyme de Vera Brittain
• Acteurs principaux : Alicia Vikander, , , Emily Watson, , Colin Morgan
• Pays d’origine : Royaume-Uni
• Sortie : 23 septembre 2015
• Durée : 2h09 min
• Distributeur : Lionsgate
• Synopsis : Printemps 1914. Jeune femme féministe à l’esprit frondeur, Vera Brittain est résolue à passer les examens d’admission à Oxford, malgré l’hostilité de ses parents particulièrement conservateurs. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée et soutenue par son frère et sa bande d’amis – et notamment par le brillant Roland Leighton dont elle s’éprend. Mais les rêves de Vera se brisent au moment où l’Angleterre entre en guerre et où tous les jeunes hommes s’engagent dans l’armée. Elle renonce alors à écrire pour devenir infirmière. Tandis que la jeune femme se rapproche de plus en plus du front, elle assiste avec désespoir à l’effondrement de son monde. 

BANDE-ANNONCE