Grosse surprise hier après l’annonce du candidat français pour l’Oscar du film en langue étrangère.

Pas de Dheepan, La Loi du marché ou une quelconque comédie à succès, mais bien MUSTANG  de la franco-turque Deniz Gamze Ergüven co-écrit avec Alice Winocour.  Le scénario est passionnant tout en restant limpide : 5 jeunes filles rêvant d’une adolescence normale se confrontent à leur oncle décidé à tout pour les marier, quitte à les enfermer. La résistance et l’oppression sont concentrées dans un huis-clos haletant, tour à tour drôle et tragique.

MUSTANG est un excellent film, mais il est étonnant de le voir présenté par la France alors que tous les dialogues sont en Turc. Il semblerait à voir la liste des films présentés par la France à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, que ce soit une première depuis 1949.

Cette nouvelle incroyable peut avoir deux raisons : Dheepan a déjà remporté la palme d’or à Cannes (ce qui avait paru injuste à certains d’entre nous face à d’autres films en compétition) et Jacques Audiard a déjà présenté Un prophète aux Oscars en 2010, ce qui lui a valu une nomination mais aucune récompense.

D’un autre côté, MUSTANG a suscité énormément de polémiques en Turquie, et le climat politique est loin d’être à l’ouverture d’esprit sous le mandat du président Erdogan. Le producteur du film avait dans un premier temps essayé de passer par le pays d’origine de la réalisatrice pour présenter le film aux Oscars, mais devant les réticences du pays à encenser cette œuvre forte et originale, il est revenu vers la France.

© Ad Vitam

© Ad Vitam

La décision finale a été prise par une commission composée de Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, Jean-Paul Salomé, président d’Unifrance, Alain Terzian, président de l’Académie des Césars, Serge Toubiana, président de la commission d’avance sur recettes, du réalisateur Michel Hazanavicius et des actrices Nathalie Baye et Mélanie Laurent.

MUSTANG  ne sera pas le seul film a être présenté dans une langue étrangère au pays qui le soutien : Le dernier Loup de Jean-Jacques Annaud est porté par la Chine qui l’a produit, alors que l’Irlande propose à l’Académie des Oscars le film Viva tourné en Espagnol et basé à Cuba.

Ces trois exemples montrent peut-être la maturation des réseaux de production et distribution de film indépendants à l’international. Le montage financier de films en langue étrangère est loin d’être nouveau, mais jusqu’à présent le chauvinisme semblait prendre l’avantage sur le talent.

La proposition de la France à l’Académie des Oscars est donc une très bonne nouvelle pour la qualité globale du cinéma. Cette décision contribuera sans doute à lever les derniers freins à des productions bloquées faute d’être tournées en Français.

suivre @Thomas