A l’annonce d’une nouvelle trilogie Star Wars après le rachat de Lucasfilm par Disney en 2012, il y avait beaucoup d’excitation chez les amateurs de la série cinématographique. L’excitation de voir naître une suite qu’on n’espérait même pas, et que l’aventure se poursuive. L’excitation devint palpable durant cette année 2015 avec les premiers images de STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE, présentées avec parcimonie. Disney prouvant ainsi, si cela était nécessaire, sa maîtrise en matière de marketing, allant mettre sur le banc de touche ses principaux concurrents, et réussissant à garder le plus grand secret autour de ce nouvel opus. Alors que la date fatidique de la sortie du premier film d’une troisième trilogie annoncée se rapprochait, soudain l’excitation laissa place à une certaine inquiétude. Celle de ne pas s’y retrouver dans cet épisode. Celle d’avoir déjà trop grandi et alors de peut-être ressentir la même chose que ceux trahis par la prélogie de Lucas. Moi, encore jeune à l’époque, n’y voyais (et encore aujourd’hui) que du feu face à cette prélogie. Et si désormais l’adulte avait pris le pas sur l’enfant ? En atteste le désaveu personnel envers la nouvelle trilogie X-men par rapport à celle qui la précède d’une dizaine d’années.

La lumière de la salle s’éteint, d’abord la fameuse introduction sur cette lointaine galaxie, puis voilà que défile le synopsis si attendu et encore inconnu – à la demande de la production, qui jusqu’au bout tient à laisser la surprise aux spectateurs, on ne dévoilera rien sur l’intrigue ni sur les relations entre les personnages. Première bonne nouvelle, les frissons sont toujours là. On attend tout de même de découvrir les premiers plans, les premiers personnages et les premiers dialogues avant d’être sûr que le charme et la magie fonctionnent toujours. C’est bon. Tout s’enchaîne correctement, mieux qu’espéré même ! Un soupir de soulagement puis place aux sourires enjoués et même à une pensée pour J. J. Abrams, le réalisateur, à qui furent confiées les clés de la saga. Nul doute qu’il aura été du bon côté de la force car nous sommes devant un grand Star Wars qui marquera l’histoire de la saga.

Photo du film STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE

© 2015 Lucasfilm Ltd. & TM. All Right Reserved.

On avait remarqué durant les interviews et autres déclarations des membres de l’équipe du film, une agilité certaine à ne pas mentionner les épisodes de la prélogie. En effet, avec STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE, J. J. Abrams est allé piocher intelligemment du côté des premiers films (épisodes IV, V et VI). D’une part parce que son film fait office de suite directe à ces derniers, mais d’autre part, et avant tout, pour réconcilier les fans de la première heure. Le tout évidemment sans oublier de s’adresser à ceux ayant échappés au phénomène jusque là. Ainsi, on retrouve d’intelligents clins d’œil, que ce soit par une phrase évocatrice ou un objet ayant déjà servi auparavant. Ainsi Abrams crée une ambiance bien particulière autour des protagonistes les plus anciens. Une manière d’observer leur vie du passé, là où on les avait laissé à la fin du Retour du Jedi, tout en nous indiquant les raisons de leur changement dans ce présent. Une certaine profondeur des personnages qui pousse toujours davantage à l’empathie. J. J. Abrams parvient à s’approprier la saga dans son ensemble. A l’emmener dans certaines de ses obsessions personnelles tout en y restant fidèle.

“Nul doute que J. J. Abrams aura été du bon côté de la force car nous sommes devant un grand Star Wars qui marquera l’histoire de la saga.”

Cette fidélité se ressent d’ailleurs dans la trame scénaristique – née de la collaboration entre Abrams, Lawrence Kasdan (Star Wars V et VI) et Michael Arndt – proche de celle des précédents films (on ne dira pas lesquels pour garder le mystère sur l’histoire). Des impressions de déjà vu, certes, mais en totale adéquation avec ce que l’on attend de Star Wars et du RÉVEIL DE LA FORCE en particulier. A savoir, offrir une nouvelle base à partir de laquelle pourront découler des épisodes VIII puis IX, a priori toujours plus riches. C’est ainsi que l’on découvre de nouveaux personnages, comme Finn et Rey – mais aussi Poe et l’adorable droïde BB-8. En s’appuyant sur eux, J. J. Abrams aborde de nouvelles pistes que Lucas n’avait pas encore évoquées (via l’origine de Finn). Leur relation devient rapidement le point d’ancrage de cette nouvelle trilogie. Leur donnant à chacun des traits des précédents héros, entre complicité et dualité, tout en cherchant une forme de renouveau. On retrouve d’ailleurs avec eux beaucoup d’humour – chose propre à Abrams et qui en fait un des épisodes les plus drôles – en finesse, ou par des situations parfaitement bien amenées. Si John Boyega (Finn) tient efficacement son rôle, on retient avant tout l’actrice Daisy Ridley. D’une grande confiance dans les scènes les plus difficiles, réussissant à se montrer toujours crédible. Elle interprète Rey, passionnante, drôle, émouvante mais surtout forte. Une grande héroïne comme en a rarement vu dans un Star Wars, et encore trop peu au cinéma en général. N’oublions pas de noter toute ambiguïté et la complexité qui planent autour de Kylo Ren, rendu fascinant et terrifiant par l’excellent Adam Driver.

Photo du film STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE

© 2015 Lucasfilm Ltd. & TM. All Right Reserved.

Evidemment, comme prévu, J. J. Abrams n’oublie pas de nous en mettre plein les yeux. Visuellement il nous laisse souvent sans voix, nous plongeant au cœur de l’action dans chacune des poursuites / batailles de vaisseaux. Des scènes toujours limpides et jamais brouillonnes. Les nombreux décors grandioses – et autres créatures – rajoutent encore davantage à l’imaginaire de Star Wars, pourtant déjà bien rempli. Cette action ainsi que les passages plus « calmes » se déroulent avec une grande maîtrise de la part d’Abrams qui trouve quelques plans d’une vraie merveille.  Une mise en scène sans accros, mêlant là encore la patte du réalisateur au style de la saga, rythmée par un montage bien réfléchis. Au final, LE RÉVEIL DE LA FORCE nous laisse bouche bée, ravis de bout en bout. Les derniers rebondissements, aussi puissant que ceux rencontrés durant la saga, laisseront à coup sûr sous le choc. Et dès lors que l’image se referme, laissant place au générique de fin avec son légendaire thème musical – une composition d’ensemble de John Williams toujours aussi merveilleuse – nous voilà déjà face à l’excitation et à l’attente de découvrir la suite. Car même s’il semble lever le voile sur de nombreux éléments, LE RÉVEIL DE LA FORCE ouvre surtout la porte à une grande aventure à venir.

Pierre Siclier
Votre avis ?
BANDE-ANNONCE

59
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
13 Comment threads
46 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
30 Comment authors
TsuvaneYinVladvinotda Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
jean-marc
Invité
jean-marc

Totalement raccord avec cette critique. Je ne demande qu’à le revoir très vite.
On est certes dans les pas de Lucas (la première trilogie bien sûr) mais c’est une réussite totale !

Fret
Invité
Fret

Pas vu le meme film mais plutôt un ramassis de copie de bout de films déjà vu
Luke en haut sur une planète meme pas fantastique c’est yoda dans son marais qui attend son padawan l’attaque de la nouvelle étoile noire et la scene du tunnel et les x-wing qui s’écrasent contre les murs ca te rappelle rien

C’est du réchauffé ni plus ni moins avec un Golum comme méchant et une gonzesse aux cheveux longs sorti d’un film pour gay

Georgeslechameau
Membre

HAHAHA J’viens de comprendre !!
+1 VDDD

Fret
Invité
Fret

Je sors de la séance du mercredi matin, l’attente arrivant enfin à terme et je sors avec la colère qui va me mener au côté obscur. Pourtant le film partait bien et a de nombreuses qualités : respect de l’univers, belle imagerie, utilisation des effets numériques bien contrôlé (on a pas 20000 extraterrestres en image de synthèses). Je dirais même que le scénar de départ est plutôt pas mal et la première heure est un casi sans faute. Pourtant le film tombe bien vite dans les travers qu’on pouvait s’imaginer, à tel point que je suis totalement sortie du film. Du fan-service à la pelle, que dis-je, à la pelleteuse : on en bouffe toute la dernière moitié du film, jusqu’à l’indigestion. Un nemesis qui manque clairement de charisme, qui enlève son masque bien trop tôt, avec une tête d’ado boutonneux mal dans sa peau et qui n’inspire aucune peur, aucun respect, bref dark vador n’a pas hérité du parfait successeur. A ce propose, le jeu d’acteur est inégale, avec de bonne perf, notamment de l’actrice principale dont je ne me souviens plus le nom, harrisson ford est toujours fringant malgré que les scénariste on décidé qu’il devait sortir une punchline par phrase, mais d’autre sont très moyen : Léia, le pilote de la résistance ‘connu pour le coup mais je n’ai pas la mémoire des nom). Doublage français très moyen également. Préférez la VO. Mais cela n’est pas grand chose, le pire est la débâcle du scénario, j’averti donc que je vais spoiler un peu. Si le postulat de départ est pas mal (premier ordre qui renaît des cendres de l’empire, Luke a lui former quelques apprentis dont un l’a trahi pour rejoindre le côté obscur..), il apparaît vite des incohérences qui m’on choqué. Le premier ordre est en fait un décalque de l’empire, toujours aussi puissant, il construit une étoile noir plus grosse, plus badass, bref aucune originalité (on s’est mangé notre troisième étoile noir en 7 épisode). Les rebelles sont toujours qualifié de rebelle (ils ont gagné non?) et semble toujours aussi peu puissant face à l’empire (oups… au premier ordre), après une première heure où on te balance des plans avec les vestiges du défunt empire, (magnifique plan avec des croiseurs écrasés et d’autre machine de guerre) le rapport de force est tout de même un peu incompréhensible. et que dire de la derniere attaque où les rebelles envoi contre la badass étoile de la mort troisième génération, 3 espions avec des explosifs et 12 vaisseaux. Un combat final peu spectaculaire en somme, alors que les premières scènes d’actions sont géniales, ils avaient du avoir brûler tout le budget. Et que dire du combat final au sabre, où le rapport de force est encore une fois incompréhensible? En résumé, aller le voir si vous avez envie de vous replonger une heure dans l’univers des stars wars mais attendez vous à la déception annoncé. Sauf si vous n’êtes pas vraiment fan de près et de loin de la saga. Dans ce cas vous allez apprécier un bon film d’action et être plutôt positif comme les critiques professionnels qui ne semblent rien connaître des autres films au vue de leur notes générale.

Thomas
Membre

Bonjour Fret, ressorti de la séance avec le même sentiment à propos du fan service, que j’ai exprimé dans un article sur ce même Blog si cela t’intéresse : https://www.leblogducinema.com/analyses/critique-star-wars-vii-stop-au-fan-service-82335/

Saks
Invité
Saks

Globalement daccord avec toi. Je ne comprends pas ce déluge de critiques dythirambiques face à ce soufflé qui n’a jamais eu à retomber puisqu’il n’a jamais pris. Aucune surprise, aucune originalité. La patte Disney en somme.

yag
Invité
yag

En tout point d’accord, tellement de fans aveugles sont tombés dans l’arnaque… On pourrait leur chier dans la bouche, ils penseraient que c’est l’Etoile Noire…
Et honte aux critiques presse qui propagent l’arnaque…
Signé : un fan lucide

KM
Invité
KM

J’ai vraiment bien aimé ! Et je suis fan depuis 1978 !
Alors enlèves la m…. que t’as dans le crane et p’t’être que tu comprendra… mais j’en doute !
Et pis chuis pas inquiet, depuis plus de 30 ans, chaque film sortis amène son lot de neuneu et leur il(s) a(ont) tué Star Wars…
A les crétins c’est quelque chose d’unique quand même…

tretto
Invité
tretto

franchement tu as gagné un séjour à eurodysney pour écrire cette critique??? En plus tu poste ça sur allociné mais pas honte.

Georgeslechameau
Membre

Oui non mais déjà, en alignant Allociné, “commentaires”, et honte, y’a un problème de crédibilité dans ta phrase

Bouse
Invité

Ce film est le début d’une nouvelle trilogie, il est très important car il lance des nouvelles bases, des nouveaux ”gentil” et ”méchant”! Il lance surtout un nouvel environnement politique et social (nous avons déjà vue un empire et une république).
L’épisode 6 ce termine en laissant une très grande liberté. On peut imaginer que le 7ème épisode ce passe dans une galaxie où règne l’anarchie, où la force est une notion qui est interprété de différente manière! Pourquoi pas un fanatisme religieux véhiculant une fausse interprétation de la force! Le héros pourrait comme dans le film partir à la recherche de Luke afin qu’il reçoive un enseignement ”correcte”… Bref quelque chose de nouveau!

Le filme se résume facilement:

Han et Leila ont un gosse, tellement moche qu’il a très certainement martyrisé par ses camardes à la coure de récréation. Kylo Ren en manque d’amour, va le chercher vers ses parents, mais là, ce n’est pas la joie ! Honnêtement, les retrouvailles entre Han et Leila aurait pu être interprété par Schwarzeneger et Stallone. (Je ne savais pas qui avait le plus de testostérone entre les deux, ça ne m’aurait pas étonné que Leila mette un coup de boule à Solo, juste pour rigoler !) Solo junior se voit ensuite envoyé dans la classe de Tonton Skywalker pour recevoir un semblant d’éducation. Luke fait un burn-out devant cet élève bipolaire qui voue un culte à son grand-père sith et ce casse très loin, dans la bordure de la galaxie. Est-ce que quelqu’un a pensé à lui raconter la fin de l’histoire? Parce que Papy vador… ben, il était quand même gentil au final.

{Voilà pour la part d’interprétation.}

Kylo et son pote Hitler-Hux sont recruté par une sorte de Voldemort de 15 mètre pour devenir les super-vilains et aller taper sur la gueule des rebelles. Ils bousilles cinq planètes de la ‘’Nouvelle république’’ avec leur super planètes-pompe-soleil-de-la-mort-qui-tue. Ce qui laisse le spectateur complétement froid parce que … parce que on ne sais pas qui c’est cette nouvelle république !
Mini-solo est vraiment badass jusqu’au moment où il enlève sont casques et remporte le prix du meilleure comique. Victoire amplement méritée, le publique à rigolé trois fois plus fort en voyant ses belles oreilles que en écoutant les blagues de Solo, Finn et compagnie. Victoire de courte durée car le sith-trop-balèze-qui-arrête-des-tires-de-blaster-en-vol se verra humilié par une débutante.

Nous avons Voldemort d’un côté, il y a t’il Potter de l’autre?? Presque,… sa baguette magique! Le sabre laser à la plume de phoenix qui choisit son détenteur! Ouf! Et au cas Rey n’était pas sûre, Madame Ollivander-extra-terrestre est là pour le lui rappeler.

A la fin les gentils détruisent la planète de la mort… easy. Ce n’est que la troisième, on fini par savoir comment faire !

Les seules nouveautés dans cet univers sont quelques règles :

– Chaque fois que Han Solo entre quelque part, tous le monde se retourne en disant : ‘’Oh, mon dieu, c’est Han Solo!’’, un roulement de tambour et des applaudissement n’aurait pas été de trop.
– Tout le monde est héroïque, même le mec qui ramasse les ordures le fait d’une manière héroïque,… ah ben oui, Finn travaillait chez les éboueurs.
– Les paroles sont vides de sens et exclusivement constitués de blague et de punch line.
– Kylo Ren dit un truc du genre à ses accolytes : ‘’Trouvez la fille, elle apprend vite.’’ Il a tort, elle n’apprend pas vite, elle apprend fuckinguement plus vite que la vitesse de la lumière. On ne sait même pas si elle apprend quelque chose, elle sait déjà tout. Elle a du sortir en courant du ventre de sa mère! Le seule danger, c’est quand elle oublie! ‘’La force?c’est quoi?… Ah oui! Et tiens que je te mette la pâté mon petit Kylo!’’ D’ailleurs, ce n’est pas la seule, tout le monde apprend, devient pote,… méga vite. Elle ne tue pas des méchants, elle tue le suspense.
– Les extra-terrestres sont relégués au rang de figurant, il y en a que pour les humains.
– Surtout ne pas amener de nouveau vaisseaux, on risquerait d’oublier le millenium falcon.

Bref, ce film n’est que du refait! Sans idée, sans rien,… vide, un trou noir!

Rey, Finn, Wall-e et l’autre beau-gosse représentent donc la nouvelle génération qui devra faire rêver ceux qui ne sont pas mort d’une crise cardiaque ou qui n’ont pas pris une consultation chez un exorciste. Les pauvres!

thenewone
Invité
thenewone

Excellent merci pour ton humour

Thomas
Membre

“elle ne tue pas des méchants, elle tue le suspense” ça c’est bien résumé le film ! j’approuve la formule !!!

coucou
Invité
coucou

” l’autre beau-gosse ” tu parles de Poe(le pilote)?
sinon tu résume bien

Mout
Invité
Mout

Haha parfaite synthèse ! J’admire ton recul et ta dérision. Nous sommes nombreux (moi le premier) à ne pas réussir à nous contenir. ;)

vino
Invité
vino

OUf enfin une critique constructive, j’applaudis des 2 mains à tout ce que tu as dit :)

Yin
Invité
Yin

Merci d’exprimer si bien le fond de ma pensée !!!!

PLANSSON Xavier
Invité
PLANSSON Xavier

AU SECOUUUUUURS, envie de fuir la salle avant la fin comme BB8 sait si bien le faire (d’ailleurs il ne fait que cela). Honte à vous les médias qui n’avez émis aucune réserve sur la notation. des 5 étoiles, des 9/10.
Alors oui j’y suis allé, et où est l’univers starwars si ce n’est dans les cartes postales du début. Pas de musique bien placée, pas de combats saciaux, le scénar ne tient pas debout (les rebels sont toujours là? le sénat aussi?), c’est quoi ce méchant en carton pâte?. On dirait un mauvais remake facile à la sauce Mad-Max ou Jurassic-World. Laissez-nous nos années 80 et ayez de vraies idées (le tunnel, again). Si on veut une nouvelle trilogie avec de nouvelles donnes, on ne reprends pas des vestiges et acteurs du VI. On fait une suite ou on fait du neuf, mais pas les deux. Avec les bénefs déjà calculés de cette nouvelle trilogie (car ça en sera une), et les nouveaux effets spéciaux, on aurait dû en avoir pour son argent.
Ha et la 3D est juste affreuse, elle bugue.

Donc notez bien cela, l’histoire n’est pas jugeable, on aime ou on aime pas. Mais il n’y a de starwars que l’ombre de la première trilogie. Vous serez déçu si vous y allez dans cet esprit là. C’est un autre genre.

[CRITIQUE] STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE