Twin Peaks : Fire Walk With Me, le film prequel de la série TV avait pour ambition de donner certaines réponses, il est plutôt un Lynch déséquilibré qui gâche davantage le mystère.

Ovationné à Cannes lors de la présentation des trois premiers épisodes de la tant attendue saison 3 de Twin Peaks, ému aux larmes devant un théâtre des lumières rempli d’amour, de fleurs et de guimauves, David Lynch, qui n‘avait donné aucun signe de vie cinématographique depuis 2006, opère un retour plus que remarqué. Sans compter sur la sortie pas si inaperçue de The Art Life, Potemkine Films propose de prolonger le plaisir avec des versions restaurées d’Eraserhead et de TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME.

Délivré en 1992 sous forme de rab après un cliffhanger insoutenable, dont les 25 années d’attente sont désormais révolues, TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME se présentait alors comme un prequel de la série télévisé du même nom. L’engouement mêlé à l’insatiable désir de percer le broussailleux mystère du décès de la populaire Laura Palmer en tenait donc plus d’un sur le qui-vive.

TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME

Se plaçant dès l’ouverture dans une obsession post Sailor & Lula, David Lynch esquisse, dans sa phénoménale première demi-heure, une ambiance plus hypnotique que mortifère. Mais à l’heure où les personnages de la série réapparaissent miraculeusement, succédant à un David Bowie aussi délicieux de cabotinage que furtif, le mirage s’estompe, hélas, peu à peu.

Laissé orphelin de son acolyte Mark Frost, placé à la tête d’un long-métrage aux coutures explicatives contestables, David Lynch ne se refuse plus de juguler sa création et sa vision hallucinée s’imprime sans limites sur toute la surface de la pellicule. Dans cette infernale descente au cœur des ténèbres, échafaudée sur le socle d’une réalisation en roule libre, la mise en scène s’engouffre alors sur un chemin paré de symboles mystiques et énigmatiques. Ainsi, aucun doute n’effleure l’esprit quant à l’identité de l’auteur et l’imagerie extatique signée David Lynch jaillit outre mesure de chaque plan, de chaque dialogue, au point même de friser la caricature.

Bien loin des fulgurances de l’exceptionnel Lonely Souls (Twin Peaks – s02e07), le grand format donne parfois le regrettable sentiment d’assister à un épisode parodique de la célèbre fresque télévisuelle. Et si des séquences aussi impressionnantes que des virées nocturnes libertines parviennent à se faire l’écho d’un futur effroyable, TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME s’essouffle quelquefois dans un kaleidoscope sensoriel assez vain. Sans véritablement indigner, sans non plus exalter, David Lynch dépose une œuvre mineure dans sa filmographie, une simple contrariété au regard de son brillant puzzle réservé à la petite lucarne.

Sofiane

Votre avis ?

[RESSORTIE] TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME (1992)
Titre original : Twin Peaks : Fire Walk With Me
Réalisation : David Lynch
Scénario : David Lynch
Acteurs principaux : Sheryl Lee, Kyle MacLachlan, Ray Wise
Date de sortie : 12 Juin 1992
Date de ressortie : 31 Mai 2017
Durée : 2h15min
3.0DÉSÉQUILIBRÉ
Avis des lecteurs 4 Avis