[évènement] Audi Talents Awards – Les finalistes et lauréats 2013

AUDI TALENTS AWARDS

Le mercredi 5 Juin à Paris ont eu lieu les délibérations du jury pour élire le/la lauréat(e) 2013 du concours des Audi Talents Awards. Nous nous sommes intéressés aux deux catégories qui nous concernent, c’est-à-dire  le court-métrage et la musique à l’image. Les Audi Talents Awards sont un concours où les candidats présentent un projet qu’ils souhaitent réaliser et le jury (cette année composés de Romain Duris, Elodie Bouchez, Nicolas Altmayer et Guillaume Roussel) choisit celui ou celle qui sera soutenu par Audi pour la réalisation de son projet.

Cette année, dans la catégorie court-métrage les finalistes sont :

• Steven Briand, auteur – réalisateur âgé de 25 ans qui propose l’histoire d’un prisonnier au-dessus des nuages dont la seule évasion possible est de se jeter dans le vide, poésie et réflexion dans continuité de son œuvre cinématographique.

• Coralie Fargeat quant à elle, diplômée de Science Po et de l’Atelier scénario de La Fémis joue sur nos fantasmes et  imagine une technologie nommée Reality + permettant de se voir tel que l’on veut être, avec le physique de nos rêves.

• Le troisième candidat, Suki, Grégory Sukiennik, 36 ans, nous propose « Le Paradigme de Karl » où en mélangeant prises de vue réelles et film d’animation à travers un futur technologique où Karl, sa femme et son fils vivent dans leur villa ultra moderne et où tout parait idyllique sauf la jauge d’énergie de l’écran qui ne cesse de diminuer, Suki veut nous montrer « un film allégorique sur la condition humaine en évoluant au gré des faux semblants ».

• Enfin le dernier finaliste, Fabien Teichner, concepteur – rédacteur parisien avec son projet « Reset » raconte l’histoire d’un homme qui, après avoir vécu l’une des pires journées de sa vie, arrive à un point de saturation qui va le conduire à « regarder son destin droit dans les yeux et lui dire deux mots… ».

Reality +

Parmi les finalistes, le candidat qui a été choisi par les jurés est une femme, Coralie Fargeat est la lauréate 2013 des Audi Talents Awards. La jeune réalisatrice a séduit le jury grâce à son précédent court-métrage, « Télégramme » (vimeo.com/45183427) et à son aisance pour narrer son nouveau projet.

0

Qu’avez-vous voulu mettre en avant dans ce projet ?

J’avais envie de traiter d’une thématique qui m’intéresse beaucoup, qui est la focalisation croissante aujourd’hui sur l’image et l’apparence, via tous les progrès de la chirurgie esthétique, via l’hyper-médiatisation et l’hyper-sexualisation du corps et de l’apparence et aussi une uniformisation, un idéal physique auquel tout le monde essaie de ressembler.

C’est cette cristallisation de plus en plus forte que je voulais traiter dans un univers de futur proche en imaginant une technologie qui permettrait de se voir selon un physique rêvé, une apparence rêvée et de voir les autres de la même manière. Cela permettrait de voir si c’est une libération ou plutôt un carcan.

Qu’est-ce qui vous a séduit chez les ATA ? 

Je pense que vu que le concours Audi n’avait pas de directive précise à part le thème de l’avant-gardisme et de l’innovation,  ça appel à ma sensibilité en tant que réalisatrice qui adore les films d’anticipation et de fantastique.

Dans la catégorie Musique à l’image, l’exercice consistait à composer la musique pour deux clips publicitaires de la marque Audi : A1 Millimètre et Symbiosis.

Il y avait cinq finalistes :

• Romain Benitez, 27 ans, batteur, bassiste, guitariste et claviériste, compositeur  et designer sonore depuis trois ans (Yves Saint Laurent, Veolia, Fnac, No Life TV…) qui nous a confié « J’ai été très impressionné, confie-t-il, par la qualité technique et esthétique des deux vidéos. »  et pour qui, le rôle du son et de la musique dans les clips est de servir l’image.

• Julien Bourriaux, guitariste, pianiste, membre d’un groupe de rock déjà auteur d’un maxi et d’un album, il est compositeur à l’image depuis quatre ans et baigne dans la musique depuis l’enfance. Il a travaillé différemment sur les deux clips mais a su rapidement dans quel sens il voulait aller.

• Julien Glabs et Vincent Lépée, le premier 31 ans a étudié la musique (spécialement le violon) au CNR de Douai et suivi en parallèle des études d’ingénieur du son ; guitariste autodidacte, l’autre a 30 ans, et a orienté ses études vers le cinéma et le son. Pour eux, cette participation aux Audi Talents Awards s’impose comme un nouveau challenge.

• Laurent Graziani, 42 ans est un compositeur, musicien, ingénieur du son, technicien du spectacle et guitariste des groupes Lunatic Age et Frankie IV Fingers

• Martin Lazar est un pianiste d’origine polonaise qui a été le clavier de Niagara et a collaboré avec de nombreux artistes tels que Gérald De Palmas, Sapho, Daran, Kent..

Et c’est Laurent Graziani qui a remporté le concours suite à la délibération du même jury. Voici les deux clips avec la composition de Graziani:

A1 Millimètre

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=6OJMPZNtbDw[/youtube]

Symbiosis

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=iYSGIZyAzqM[/youtube]

Le lauréat avait présenté sa candidature aux Audi Talents Awards l’année dernière mais sans succès. Cette fois, il a proposé au jury une version très rock et originale du film Symbiosis où un pilote conduit une Audi R8 de manière sportive sur circuit.

Avez-vous de l’expérience dans le domaine de la musique à l’image ?

Venant du spectacle vivant, j’ai l’habitude de soit me produire sur scène, soit travailler en tant qu’ingénieur du son sur la production d’album, ou des miens ou ceux des autres, donc la musique à l’image n’était pas du tout ma spécialité à la base.

Quelles innovations pensez-vous apporter dans ce domaine ?

Il y a certainement quelque chose à amener à la musique de film venant du spectacle vivant, une autre émotion, d’autres sensibilités qui pourraient amener quelque chose de plus frais.

Comment avez-vous envisagé l’habillage sonore de Symbiosis, le clip avec lequel vous avez séduit le jury ? 

Symbiosis était plus ouvert, plus long, moins découpé, moins conventionnel aussi alors je me suis dis « lâchons-nous et ça passe ou ça casse ». J’étais surpris que ça passe, un truc lourd comme ça, ce n’est pas le trip d’Audi à la base, ça prouve bien que le concours était ouvert.

AUDI TALENTS AWARDS