[exposition] LUMIERE, LE CINEMA INVENTE

D

epuis le 27 mars, le Grand Palais accueille l’exposition LUMIÈRE, LE CINÉMA INVENTÉ, en hommage aux frères Lumière, inventeurs officiels du cinématographe. A travers différents espaces, l’exposition retrace le cheminement qui aboutit à la mise au point du cinématographe en 1895. Des repères historiques concis et pédagogiques ponctuent intelligemment le parcours afin de compléter nos connaissances.

Plusieurs installations interactives permettent tout d’abord aux visiteurs de découvrir et d’expérimenter les ancêtres du cinéma : la lanterna magica, , le zootrope ou la chronophotographie, autant de mécanismes exposés qui montrent l’envie tenace et ancienne de voir des images en mouvement. On peut également glisser nos yeux dans un kinétoscope, visionneuse individuelle conçue par Edison en 1891, ou voir les premières photographies en relief faites par les frères Lumière (en 1893 !). Qu’on soit cinéphile ou pas, l’exposition montre de manière ludique des pièces rarement visibles. Les installations reflètent la diversité des recherches des deux frères et leur portée, qui ne se limite pas au cinéma. Un petit coin passionnant est d’ailleurs dédié à la mise au point par les Lumière de l’autochrome, procédé de photographie couleur impressionnant par sa qualité.

Dans la partie consacrée aux deux frères, on découvre l’expérimentation de leurs procédés…sur leur propre famille ! De très courts films, ou des photographies, saisissent des scènes de la vie quotidienne de la famille Lumière. Véritable expérimentation ou opération de communication ? On ne sait pas vraiment, mais les deux lyonnais, loin de se sentir inventeur d’un art, apparaissent comme de véritables industriels, ayant tout prévu pour les développements techniques de leur invention. La maquette exposée à l’entrée de l’exposition nous rappelle bien que le cinéma était bien (et est toujours) une industrie. Les usines Lumière étaient immenses, et l’incrustation vidéo dans la maquette montre l’endroit précis où fut tourné Sortie d’usine, l’un des premiers Films Lumière.

Un espace est entièrement consacré au cinématographe, appareil qui, rappelons-le, permettait la prise de vue, le développement ET la projection. 3 en 1 ! L’appareil, exposé dans ses diverses positions, permet enfin de mettre des images sur les notions historiques et/ou techniques que le visiteur peut avoir…ou pas ! En plein milieu du Salon d’Honneur a été reconstitué le Salon Indien du Grand café, dans lequel a eu lieu la première séance publique de cinéma, le 28 décembre 1895. Le visiteur peut donc s’y assoir, faire un bond dans le passé et visionner quelques films, avant de poursuivre son chemin.

01a798d0faada59865a1c5b75431c9af63e47c013d

Arrêtez-vous ensuite longuement sur les différentes installations consacrées aux Films Lumière. Les deux frères ont tout de suite compris la portée des images vivantes sur les spectateurs. Ainsi ont-il engagé des dizaines d’opérateurs,  appelés « Opérateurs Lumière », formés au maniement du cinématographe et envoyés aux quatre coins du monde afin d’élaborer un catalogue de prises de vue.  Dans cette partie de l’exposition, on peut à loisir choisir quel film voir sur de grands écrans tactiles. On a ainsi accès à de véritables empreintes cinématographiques du monde tel qu’il était à la fin du XIXème, classées par thème. Les petits films, d’une durée inférieure à une minute, sont absolument bouleversants. De l’Australie au Cambodge en passant par l’Azerbaïdjan, on est ému par ces traces  mouvantes d’un monde complètement disparu. Ne loupez pas les magnifiques autoportraits d’un de leurs premiers opérateurs, Gabriel Veyre, saisissants d’authenticité et de couleurs !

« Qu’on soit cinéphile ou pas, l’exposition montre de manière ludique des pièces rarement visibles. »

La dernière partie explore de manière plus légère l’héritage des frères Lumière, de Georges Méliès à Tarantino et Dolan, aux travers de deux documentaires et de six remake de Sortie d’usine, réalisés avec humour en 2013 et 2014.

Bien qu’on ait pu espérer voir une plus grande salle du Grand Palais rendre hommage au cinéma, la variété de l’exposition compense sa concentration. Pour les aficionados comme pour les simples curieux, elle fait un tour d’horizon précis sur les débuts de cette industrie artistique, à travers certaines pièces et documents uniques et fascinants. En nocturne, l’exposition est particulièrement facile d’accès pour véritablement apprécier les différents espaces. Pour le prix et la durée d’une séance de cinéma, courrez voir LUMIÈRE, LE CINÉMA INVENTÉ, qui se termine le 14 juin prochain, avant de partir en province et à l’international jusqu’en 2016 ! Les informations pratiques (tarifs et horaires) sont disponibles ici.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
L’ENNEMI, l’amour à mort – Critique