Après Mémoires de Jeunesse et la première guerre mondiale, le réalisateur nous parle de la seconde. Bande-annonce.

Le pitch : Hambourg, 1946. Au sortir de la guerre, Rachel rejoint son mari Lewis, officier anglais en charge de la reconstruction de la ville dévastée. En emménageant dans leur nouvelle demeure, elle découvre qu’ils devront cohabiter avec les anciens propriétaires, un architecte allemand et sa fille. Alors que cette promiscuité forcée avec l’ennemi révolte Rachel, la haine larvée et la méfiance laissent bientôt place chez la jeune femme à un sentiment plus troublant encore.

On était un peu perplexe lors de la sortie de Mémoires de Jeunesse en 2015. Et voilà qu’on reprend la même trame, avec et dans les rôles-titres et la seconde guerre mondiale en lieu et place de la première.

Les scénaristes et (La Couleur de la Victoire) sont à l’écriture. Quant à la production, on a le droit au grand !

sortira en France le 1er mai 2019 via .

3
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
MAGNANI Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
MAGNANI
Invité
MAGNANI

Spartacus ne doit pas mourir. Il faut continuer la série en faisant croire que quelqu’un est venue sauver Spartacus.
Et quant à Cricius, l’on dirait par imagination ou rêve de la part de sa fiancée Nevia qu’on lui a coupé la tête. À vrai dire, il fut arrêté par un léga.
Ganicus aussi fut descendu de du poteau par un vieil homme qui le sauva.
La série continue jusqu’à ce qu’on torture Glaber.

MAGNANI

MAGNANI
Invité
MAGNANI

Spartacus est une série que j’aime toujours suivre. Depuis que les saisons se sont arrêtées, je ne suis pas plus d’autres séries.
Je suis un grand fan de Spartacus au Togo.
Souvent avec des amis, on continue la série dans la tête par imagination. On se met à la place des personnages et le film se joue.
Spartacus, Ganicus et Cricius ne doivent pas mourir.

Nevia, la copine de Cricius en plein rêve crut qu’on a décapité son fiancé, pendant qu’il fut arrêté par les romains.

Ganicus, croyant qu’il est mort sur le poteau, on l’abandonna jusqu’à ce qu’un vieil homme vienne lui faire descendre puis le guérir.

Quant à Spartacus, deux jeunes dames vinrent le sauver sur leur passage. Une d’entre elles le reconnut puis le sauva.

La série continua quand Spartacus rencontra Ganicus dans un marché, et tous ensembles partirent à la recherche des autres pour aller sauver Cricius.

MAGNANI

robert
Invité
robert

The Aftermath (2019) Cœurs ennemis
Navet de l’ancien monde.

Les films sur la guerre, ou comme ici l’immédiat après-guerre, on en a vraiment soupé. A moins que l’on nous montre de véritables œuvres comme The reader, avec les talentueux Kate Winslet et Ralph Fiennes… Mais ici, on est loin d’être à ce niveau.

Soyons sérieux !
De nos jours, on ne peut plus se contenter d’un cinéma « romantique » avec de simples postures, d’états d’âmes, de scénario mou et de quelques ficelles. A l’âge de Netflix, on a besoin de plus d’idées, de plus de dynamisme et de sérieuses innovations. Le monde a changé, le cinéma aussi.

Et cela ne sauve pas le film d’être servi par quelques grandes vedettes. Au contraire cela le rend plus pathétique. Fini les rentes de situation, les têtes d’affiche n’assurent plus le box office.

Je n’ai jamais été convaincu par le jeu de Keira Knightley. Elle semble n’avoir qu’un jeu très limité d’expressions à nous proposer. Avec en particulier soit une moue, soit un sourire crispé.
Les autres acteurs comme Alexander Skarsgård font ce qu’ils peuvent pour tenter d’éviter la ruine.

Mais la ruine est omniprésente au propre et au figuré. Ils l’ont voulu et cela a fini par leur retomber dessus.