Thomas Coispel

Beaune 2016 : Interview avec Serge Moati

Président du jury Sang neuf au 8ème festival du film policier de Beaune, Serge Moati est aussi réalisateur (documentaire et fiction). Plutôt que de l’interroger immédiatement sur ses affinités personnelles avec la fiction policière, j’ai tenu à discuter avec lui des relations entre documentaire, observation et enquête policière. Le « cinéma du réel » comme il nomme lui même le documentaire, fonctionne en grande partie sur la logique indicielle : interviews, archives, traces… Plus que jamais le diable se cache dans les détails. Alors « inspecteur Moati », comment mène-t-on l’enquête ?

Beaune visuel NBC (3)

Au départ d’un film policier comme d’un documentaire, il y a une question, un mystère… Esprit critique et recoupement des informations sont essentiels. Au cœur du dispositif, un témoin ou un accusé, une personne dont il faut tirer les réponses afin de faire avancer l’enquête.

Quels indices permettent à l’observateur d’avancer dans le récit qu’il recompose ?

Avec autant d’affinités entre documentaire et film policier, ce genre est il privilégié pour rendre compte de l’observation du réel ? Quels sont les mécanismes du film policier ?

Au delà du genre stricto sensu du film policier, le réalisateur peut-il puiser dans la boîte à outils de l’enquêteur pour « résoudre » le mystère de son film ? Serge Moati parle de sa vision de la direction d’acteurs.

Vidéo et texte, Thomas Coispel

Serge Moati et le jury Sang neuf on remis leur prix au film Les Ardennes de Robin Pront.

Beaune visuel NBC (3)

Interview réalisée grâce à Le Public System Cinéma, en partenariat avec CanalSat et 13èmerue

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
THE BATMAN / COVID-19 : un quart (seulement) du film a été tourné