Confinement : quels sont les meilleurs films d’épidémie à (re)voir ?

Alors que le coronavirus (COVID-19) semble devenir source de panique à l’échelle mondiale, le cinéma est lui aussi touché par cette pandémie nouvelle. Si plusieurs sorties attendues ont été repoussées, petit topo des meilleurs films d’infection pour éviter – ou pas – de sombrer dans la panique en cas de mise en quarantaine.

COVID-19, cette épidémie ayant commencée au début du mois de décembre 2019 dans la ville de Wuhan, en Chine commence à créer une réelle source d’inquiétude à l’internationale. Si le Festival de Cannes 2020 ne semble pour le moment pas concerné par les dernières mesures gouvernementales, plusieurs sorties attendues par les spectateurs se voient annulées et reportées. Le dernier James Bond (Mourir Peut Attendre), Pinocchio, Miss, et d’autres vont devoir encore attendre plusieurs mois avant de se retrouver dans nos salles obscures.

Le tournage de Mission Impossible 7 (2021) a été interrompu à Venise à cause du COVID-19

Notre analyse : Comment un virus fait plier le cinéma mondial

Coïncidence, dans le film Les Combattants (2014) de Thomas Cailley qui racontait la rencontre amoureuse entre Madeleine et Arnaud, Adèle Hanael annonce que le coronavirus est proche et jouera un rôle dans la fin du monde : «(…) Les épidémies, les trucs respiratoires que tu ne peux pas soigner…», clame Arnaud. «Le coronavirus», rétorque alors Madeleine qui surenchérit : «Mais je n’y crois pas. La prévalence est déjà en train de baisser (…) On verra dans 10 ans, on verra qui est fou ! ».

Si la population mondiale est en train de générer une psychose glaçante à travers les médias et les réseaux sociaux, voici quelques films de virus dérangeants, intriguants et fantastiques. Le cinéma lui aussi, a prévu le scénario d’épidémie du 21e siècle.

CONTAGION (2011) de Steven Soderbergh

Matt Damon dans Contagion © 2011 Warner Bros

Peut-être le film le plus réaliste et fascinant de cette liste à l’heure actuelle. Le réalisateur d’Ocean’s Eleven (2001) nous plonge dans une pandémie dévastatrice explosant à l’échelle du globe. Au Centre de Prévention et de Contrôle des Maladies, des équipes se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du mystérieux virus, qui ne cesse de muter. Le Sous-Directeur Cheever, confronté à un vent de panique collective, est obligé d’exposer la vie d’une jeune et courageuse doctoresse incarnée par Marion Cotillard. Les cas mortels se multiplient, mettant en péril les fondements de la société. Hypocondriaque s’abstenir.

28 JOURS PLUS TARD (2002) de Danny Boyle

Cillian Murphy dans 28 Jours plus tard © 2002 UFD

Premier volet d’une duologie, 28 Jours plus tard nous plonge dans un cadre apocalyptique londonien. Un commando de la Protection Animale fait irruption dans un laboratoire top secret pour délivrer des dizaines de chimpanzés soumis à de terribles expériences. Mais aussitôt libérés, les primates, contaminés par un mystérieux virus bondissent sur leurs « sauveurs » et les massacrent. 28 jours plus tard, la maladie s’est répandue à une vitesse fulgurante à travers le pays, la population a été évacuée en masse et Londres n’est plus qu’une ville fantôme. Les rares rescapés se terrent pour échapper aux « Contaminés » assoiffés de violence. C’est dans ce contexte que Jim, un coursier, sort d’un profond coma… Oui, oui, ça sonne comme le début d’une certaine série populaire qui arrivera plus tard : The Walking Dead.

ALERTE ! (1995) de Wolfgang Petersen

Alerte ! © 1995 Warner Bros

Si son scénario peut sonner creux à quelques moments, ce film américain narre le déroulement d’une pandémie venue d’Afrique et dévastant les habitants d’une petite ville américaine. Pour enrayer l’épidémie, un général sans scrupule décide, avec l’accord du président, de rayer de la carte la bourgade en larguant une bombe incendiaire. Au casting, Dustin Hoffman et Morgan Freeman.

BLINDNESS (2008) de Fernando Meirelles

Julianne Moore et Mark Ruffalo dans Blindness © 2008 02 Filmes

Production de science-fiction nippo-canado-brésilien sorti en 2008, Blindness introduit Julianne Moore et Mark Ruffalo dans une Amérique frappée par une épidémie de cécité qui se propage à une vitesse fulgurante. Les premiers contaminés sont mis en quarantaine dans un hôpital désaffecté où ils sont rapidement livrés à eux-mêmes, privés de tout repère. Ils devront faire face au besoin primitif de chacun : la volonté de survivre à n’importe quel prix. Seule une femme n’a pas été touchée par la  » blancheur lumineuse « . Elle va les guider pour échapper aux instincts les plus vils et leur faire reprendre espoir en la condition humaine.

PHÉNOMÈNES (2008) de M. Night Shyamalan

Zooey Deschanel et Mark Wahlberg dans Phénomènes © 2008 Twentieh Century Fox

Après le Sixième Sens (1999) et Incassable (2000), M. Night Shyamalan réalise son premier film où terreur et violence sont de mise. Surgi de nulle part, le phénomène frappe sans discernement. En quelques minutes, des centaines de gens meurent dans des circonstances étranges, terrifiantes et totalement incompréhensibles. Qu’est-ce qui provoque ce bouleversement radical et soudain du comportement humain? ? Et comment cette menace se propage-t-elle? Par l’air, par l’eau, ou autrement?  Un professeur de sciences tente d’échapper à ce phénomène aussi mystérieux que mortel avec sa femme et sa fille de huit ans… La fin du film se passe en France, de quoi psychoter.

MAUVAIS SANG (1986) de Leos Carax

Juliette Binoche dans Mauvais Sang © 1986 AAA Classic

C’est avec une touche plus douce et poétique que Leos Carax conclut ce top. Sous l’accablante chaleur dégagée par la comète de Halley, la population parisienne est frappée par un virus tuant ceux qui font l’amour sans s’aimer. Dès lors, deux bandes rivales vont se disputer le germe de ce virus qui devrait permettre de créer un vaccin et sauver la population… Une oeuvre emplie de romantisme noir, le tout mis en musique par David Bowie.

Et bien d’autres…

  • VIRUS (1980) de Kinji Fukasaku
  • L’ARMÉE DES 12 SINGES (1995) de Terry Gilliam
  • LE PONT DE CASSANDRA (1976) de George Pan Cosmatos
  • PANDÉMIE (2014) de Sung-Soo Kim

Ainsi qu’une série documentaire Netflix : PANDÉMIE (2020) de Doug Shultz.

Robin Goffin