Le FIFIB – édition 2015 qui s’est tenu du 8 au 14 octobre,  célébrait cette année les héros, et même les héroïnes, car les femmes étaient à l’honneur dans cette compétition ! Il revendique le fait de ne répondre à aucun critère et être à la fois étrange, drôle, romantique ou engagé, avec pour objectif essentiel de promouvoir l’indépendance d’esprit et la liberté de création et d’innovation.

Les membres des jurys ont livré leur Palmarès mardi 13 octobre, lors d’une cérémonie de clôture qui nous a permis de découvrir, en sa présence, le film de  Marguerite et Julien (sortie en salles le 2 décembre 2015).

 – Ce sentiment de l’Été de Mikhaël Hers (sortie en salle le 17 février 2016),  notre coup de cœur du festival, qui traite avec subtilité du travail de deuil, a obtenu un double prix : le Grand Prix du Jury Compétition Longs Métrages (dont les membres étaient la Présidente Valéria Golino, , , et Pierre-Alexandre «  » Busson) et la Mention spéciale du Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma. 

Le réalisateur Mikhaël Hers, présent et très touché par le palmarès, nous avait confié en interview (à paraître prochainement sur LBDC), être assez peu concerné par cette notion de compétition, mais qu’un prix lui ferait plaisir.

– Nahid de Idah Panahandeh (sortie en salle le 17 février 2016), notre second coup de cœur qui aborde le parcours d’une femme courageuse dans un Iran dominé par les hommes et les traditions, repart avec le Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma.

– A peine j’ouvre les yeux, de Leyla Bouzid (sortie en salle le 23 décembre 2015) est justement récompensé par le Prix du Jury Erasmus, que présidait Santiago Amigorena. Il évoque la prise de conscience politique d’une jeune chanteuse dans la Tunisie d’avant la Révolution arabe.

– Demon, œuvre posthume étrange et subtile de Marcin Wronak (sortie en salle non programmée) à propos d’un esprit possesseur qui s’empare d’un jeune marié polonais, a obtenu la Mention spéciale du Jury Erasmus.

Les filles du Moyen-Âge de Hubert Viel (sortie en salle le 27 janvier 2016) obtient le Prix du Jury « Deuxième regard ». Cette vision originale de l’histoire des femmes au Moyen-Âge via des saynètes jouées par des enfants correspond en effet tout à fait aux critères du prix de ce réseau qui vise à soulever les stéréotypes de genre au cinéma. Présent lors de la cérémonie de clôture, Hubert Viel a remercié les membres du jury d’avoir mis de l’huile dans les rouages de sa machine.

– Androids Dream de Ion de Sosa (sortie en salle non programmée), remake que nous avions plutôt jugé mauvais, est quant à lui récompensé par une Mention Spéciale du Jury Compétition Longs Métrages, pour son audace expérimentale et son inventivité.

Repartent bredouilles les deux autres longs métrages de la Compétition qui ne nous avaient pas laissés indifférents : Bang Gang (Une histoire d’amour moderne) de Eva Husson (sortie en salle le 13 janvier 2016) qui traite avec originalité, énergie et sensualité des pouvoirs et sentiments d’une bande d’adolescents et Paulina de Santiago Mitre (sortie en salle le 27 janvier 2016) qui interroge la conscience politique d’une jeune femme en Argentine suite à un trauma personnel.

P1010474

Bilan très positif de ce festival donc. Dix films en avant-première (dont les 8 en compétition) ont été vus. Et le courage des femmes héroïnes étaient globalement mis à l’honneur cette année. De nos jours (Paulina, A peine j’ouvre les yeux, Nahid), comme au travers de l’Histoire (Les filles du Moyen-Âge). Nous avons rencontré des jeunes femmes découvrant l’amour et la sexualité (A peine j’ouvre les yeux, Bang Gang, Marguerite et Julien) quand d’autres allaient jusqu’au bout de leurs convictions dans un contexte politique et sociétal complexe (Paulina, Nahid, A peine j’ouvre les yeux).

La mort, le deuil et l’absence ont été évoqués avec délicatesse (Ce sentiment de l’Été) ou étrangeté (Demon). Des événements traumatisants ont permis à des personnages de révéler leurs personnalités dans quasiment tous les films en compétition.

Nous avons traversé des pays et des cultures : la Tunisie (A peine j’ouvre les yeux) , l’Iran (Nahid), l’Argentine (Paulina) l’Allemagne et les États-Unis (Ce sentiment de l’été), et l’Espagne (Androids Dream). Nous avons également voyagé à travers l’Histoire et avons été saisis par l’incroyable évolution des femmes (Les filles du Moyen-Âge) et par l’amour romantique, fou et dangereux d’un frère et d’une sœur au XVIIème siècle (Marguerite et Julien).

Souvent émus, parfois scotchés, mais heureusement, nous avons aussi bien ri grâce à l’absurdité de la comédie du pouvoir de Benoît Forgeard (Gaz de France- sortie en salles le 13 janvier 2016)

On a revu avec plaisir des acteurs qui nous fascinent toujours autant : Michael Lonsdale (Les filles au Moyen-Âge), Féodor Atkine et Jean-Pierre Kalfon (Ce sentiment de l’été) et Sami Frey (Marguerite et Julien), quand d’autres se sont révélés et feront l’objet de toute notre attention à l’avenir: Itay Tiran (Demon), Ghalia Benali (A peine j’ouvre les yeux), Lorenzo Lefebvre et Marylin Lima (Bang Gang) et la petite bande des enfants de Les filles au Moyen-Âge.

Des acteurs et actrices ont confirmé leur potentiel dramatique et leur intensité de jeu : Judith Chemla et Anders Danielsen Lie (Ce sentiment de l’été),  Sareh Bayat (Nahid), Anaïs Demoustier et (Marguerite et Julien).

Bref, une belle moisson que cette 4ème édition du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux !

+ A lire prochainement, notre interview de Mikhaël Hers et d’Eva Husson.
+ La sélection du FIFIB 2015
+ Lire notre interview de Valéria Golino, présidente du Jury de la Compétition Longs Métrages du FIFIB 2015.
+ Lire notre interview de Céline Sciamma, membre du Jury de la Compétition Longs Métrages du FIFIB 2015.

Suivre @sylvienoelle33

Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
  S’abonner  
Me notifier des