L‘acteur, invité par les Hollywood Film Awards pour présenter un film et rendre hommage à son réalisateur Shep Gordon, a livré une performance particulièrement spéciale:

On peut ainsi prendre pour compte la phrase :
« It’s one of those nights » ;
Voir cette intervention comme un simple dérapage de l’acteur. Éméché, drogué ou whatever, la prestation est effectivement dérangeante et choquante – surtout, on imagine, pour le public américain, très puritain.

Mais notez qu’une certaine familiarité émane de ce moment, sans doute liée à la proximité avec ses interprétations les plus populaires, de Jack Sparrow à Willy Wonka : « That’s the weirdest microphone I’ve ever seen« .
Johnny Depp est peut être engoncé dans une phase dépressive ou il n’est plus que l’ombre de ses succès passés, destiné à ne répéter, sur ou hors scène, que les mêmes rôles. Une interprétation métaphysique rappelant d’ailleurs le postulat du prochain Birdman,

Ou bien…

On peut voir cette prestation comme une façon intelligente de créer le buzz (3 millions de vues sur Youtube, en 2 jours).
Choquer l’opinion n’est-il pas un excellent moyen d’attirer le regard sur un contenu ? Une stratégie de la provoc qui a très bien marché pour Myley Cyrus, par exemple.
Et si Johnny Depp – ne pouvant plus vraiment jouer sur le sexe, mais après tout, célèbre pour ses compositions exagérées – ne faisait que jouer le jeu d’une manœuvre perverse et originale détournant subtilement sa propre aura pour vendre l’idée, de son prochain film, Mortdecai ?
Après tout, à l’heure d’internet, il est nécessaire de s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation, d’utiliser l’outil Youtube pour vendre plus qu’un produit, une image.

#INCEPTION