NEW YORK - JUNE 30: (U.S. TABS OUT) Actor Will Ferrell as "Ron Burgundy" from his new film "Anchorman" appears on stage during MTV TRL Times Square Film Festival Week at the MTV Times Square Studios June 30, 2004 in New York City. (Photo by Frank Micelotta/Getty Images)

L’actu de Will Ferrell

Un acteur génial, mais malheureusement peu connu en France…

Un probablement du à une exploitation/distribution de ses films systématiquement dégueulasse, qui ne comprend, ni ne fait confiance à un public qui considère l’acteur et sa bande, comme culte.
Ses films : Zoolander (ou nous l’avons découvert) Talladega Nights, Blades of Fury, Step Brothers, Ron Burgundy, ou même Lego Movie pour ne citer qu’eux : à la fois drôles et pas si cons, reflets d’une pensée typiquement américaine mise en dérision avec une certaine finesse, au sein d’une comédie souvent potache et grasse. Combos ultimes, en somme.

On a listé ses projets à venir, certains parus hors France, d’autres en cours de tournage/production :

« BIENTÔT » À L’AFFICHE

Will Ferrell, toutefois, reste un acteur. Cela signifie qu’il est capable de composition, de renouvellement. S’il reste toujours difficile de l’imaginer dans un rôle « sérieux », il faut avouer qu’on attend de voir comment il s’en sortira avec A DEADLY ADOPTION; un téléfilm de la chaîne plutôt inconnue en France Lifetime qui a produit Grey’s Anatomy, ou How I Met Your Mother.

Le pitch : un couple marié prend sous son aile une femme enceinte, dont ils espèrent adopter l’enfant.
Évidemment, vu le titre, ça tournera au vinaigre. Voici le trailer :

Lifetime mise un double coup de poker avec A DEADLY ADOPTION, avec une production plus lourde qu’à l’accoutumée, puis en faisant rentrer dans leur ligne éditoriale assez cadrée (des séries et téléfilms légers, axés : public féminin), un film de genre, qui plus est porté par deux acteurs comiques et à la personnalité forte. Un mélange qui peut détonner ou couler le film ; à voir.
A DEADLY ADOPTION sera diffusé ce samedi 20 juin 2015.


Le pitch : James, un riche millionnaire blanc (Ferrell),  futur condamné à une peine maximale pour fraude, demande de l’aide à Darnell (Hart) un noir se faisant passer pour un « stéréotype du noir », de le transformer en véritable cliché du gangsta… Et ainsi, survivre en prison.

MAJ - 21/06 - CRITIQUE

GET HARD se révèle aussi stupide et inconséquent que la plupart des autres films de Ferrell, mais également tout aussi subversif et drôle.

Au jeu du « pointer du doigt les clichés », via ce personnage ouvertement raciste à cause de son environnement et des conventions (mais pas par nature), Will Ferrell va aussi loin qu’à l’accoutumée… De même que dans la non-self-estime (la bizarre scène du zizi).
Kevin Hart, quant à lui, fait le job en antagoniste gouailleur, mytho et « black », avec un humour tout aussi efficace dénonçant les perceptions ethniques un peu faciles – du côté blanc comme du noir.
Leur duo fonctionne très bien, exploitant avec intelligence toutes les oppositions entre eux. Couleurs de peau évidemment, mais aussi tailles, débits vocaux, et sensibilités. De plus, un intéressant mais très light jeu sur l’homosexualité vient pimenter sans forcément convaincre leurs interactions. Le climax comique : une scène ou Hart, véritable caméléon schizophrène, imite trois genres de prisonniers, latino, black, et gay, harcelant simultanément un Ferrell incrédule. Excellent.

get hard
© Warner Bros. France

Toutefois, juste avant de tomber dans la routine malgré le rythme humoristique élevé, le ton du film change sensiblement au détour d’une scène charnière ; James et Darnell rencontrent le fameux cousin Russell (T.I.) pour apposer un ultime cachet gangsta à toute cette mascarade. Une scène ou l’on se rend compte que Darnell et Russell ont une référence commune : Boyz in the Hood. Film qui fut en son époque (1991) un choc : à la fois cinématographique et naturaliste, assez inhabituel pour une œuvre sur « le ghetto ». Pour Russell, du cinéma, pour Darnell, une certaine réalité qui lui sert de modèle. Cette judicieuse référence permet à GET HARD de faire un lien imprévu entre le buddy-movie burlesco-vanneur et le (très léger) thriller socio-culturel, entre une comédie se nourrissant des clichés et un déterminisme social finalement assez dérangeant. GET HARD cherche à renforcer la puissance de ce changement de ton en présentant un reflet extrême de cette réalité construite de clichés. Dommage que d’un point de vue mise en scène et crédibilité, ces surprenantes scènes (dont nous tairons la nature) peinent à convaincre.

« Un efficace duo Ferrell/Hart, dans une comédie consensuelle mais qui n’oublie pas d’être subversive »

Dommage également qu’une naïve et consensuelle intrigue à base de manipulation/complot serve de ciment scénaristique à cette comédie et à cette subtile critique sociale (un peu comme chez les Farrelly). Ce début et cette conclusion ridicules ramènent ainsi GET HARD à quelque chose de trop commun pour marquer les esprits.

Sorti depuis un bail aux États-Unis (27/03/15), GET HARD a toutefois perdu sa date de sortie française… Il faudra se rabattre sur les services de VOD pour découvrir le film.
Comme d’habitude, Ferrell joue avec les clichés et les notions de politiquement incorrect avec cette fois, la question raciale ! Il est aidé par Kevin Hart, pas franchement connu de par chez nous mais véritable star aux  U.S., habitué cela dit, aux comédies ethniques.
En voici l’hilarant trailer (VO)

BANDE-ANNONCE


Will Ferrell retrouve à nouveau Adam McKay et Mark Wahlberg après Very Bad Cops, pour une nouvelle opposition/buddy-movie, entre le « musclé » et le « vieux beauf ». Cette fois, c’est « la famille » qui risque d’en prendre un coup, dans DADDY’S HOME !

Voici le trailer :

BANDE-ANNONCE

Comme d’habitude aucune distribution française programmée, mais une sortie en salles américaine prévue pour le 25 décembre 2015!

 

 

EN COURS DE TOURNAGE/PRODUCTION

Will Ferrell devrait y reprendre son rôle culte du styliste déjanté Mugatu, aux côtés de Ben Stiller, Owen Wilson, Kristen Wiig (encore) ou Penelope Cruz et une tripotée de stars dans leur propre rôle et qui, on l’espère, mettront à mal leur déjà pas terrible image publique (Kanye & Kim Kardashian-West, Justin Bieber, etc.)
Peu d’info, si ce n’est quelques photos et une date de sortie : le 12 février 2016 !

11052532_945453828807550_1648194212315045187_o

Du prolifique James Franco; le film se déroulera à Hollywood à la fin des années 60 et devrait être une fable réalistico-comico-dépressive sur le monde du showbiz, et inspiré de personnages réels. Avec également Danny McBride, Dave Franco, Seth Rogen, Craig Robinson (déjà réunis à l’écran dans de nombreux films dont Délire Express ou C’est La FinJacki Weaver (Animal Kingdom, Magic In The Moonlight), Megan Fox (Ninja Turtles,Transformers 1&2), ou Joey King (Le Rôle de ma Vie).
En attendant un trailer, quelques photos du tournage et du Happening de Franco à la Mostra 2014, pour les besoins du film.

–   The two most awesome dudes in the biz: @sethrogen #willferell   A photo posted by James Franco (@jamesfrancotv) on Oct 10, 2014 at 10:27am PDT

 

 

(produit par Adam McKay) verra un couple monter un casino clandestin dans leur maison, pour regagner la bourse universitaire de leur fille.
Amy Poehler ( parks & Rec, la voix de Joie dans VICE-VERSA) rejoindrait Will Ferrell pour incarner ce couple.
Tournage prévu pour août et sortie programmée pour 2016.

THE HOUSE (Montage par JOBLO)
THE HOUSE (Montage par JOBLO)


devrait quant à lui, exploiter la fibre dramatique de l’acteur, dans un rôle qui verra un père tenter de se reconnecter avec son fils, dans le Nevada des années 60.
Dramatique devrait être un euphémisme pour ce film, qui sera mis en scène par Lasse Hallström, spécialisé dans le tire-larme bourrin.

Lasse Hallstrom, pour Tom's Dad
Lasse Hallstrom, pour Tom’s Dad

Deux autres projets de films qui ne sont peut-être plus à l’ordre du jour, mais qu’on recense ici car ils rassemblent Will Ferrel et Adam McKay.
Leurs collaborations passées ont abouti aux chefs-d’œuvre: Ron Burgundy, Step Brothers, Ricky Bobby (et vaguement Very Bad Cops, avec Walhberg) Donc forcément, quelque soit l’absurdité et le sujet de leurs films, on y croit.

En l’occurence,
BORDER GUARDS serait l’histoire de deux amis protégeant les côtes américaines de l’immigration illégale ; un duo réunissant, comme pour Step Brothers, Will Ferrell et John C.Reilly ! Un versant plus social de la comédie.

BOARDING GUARDS (image : Step Brothers)
BOARDING GUARDS (image : Step Brothers)

Quant à MANIMAL, il s’agirait d’un reboot de la série WTF des 80’s dans laquelle un homme avait le pouvoir de se transformer en n’importe quel animal, dans le but de rendre justice et punir les vilains criminels. Là encore, si ce film voit le jour, un grand moment de n’importe quoi en perspective.

MANIMAL
MANIMAL

 

Will Ferrell serait l’auteur/réalisateur Russ Meyer, célèbre pour ses films calibrés boobs & violence (& féminisme selon certains, comme Marjane Satrapi) ; Un ton qui correspond somme toute pas mal à Will Ferrell.

Russ & Roger Go Beyond nous proposerait en outre de revenir sur la création du hit de 1970 : Beyond the Valley of the Dolls. Il pourrait être réalisé par l’éclectique mais inégal Michael Winterbottom (The Killer Inside me, The Road to Guantanamo).

En espérant fortement que tous ces projets alléchants verront le jour et surtout, trouveront une date de sortie en salles françaises !

 

(l’article date du 16 juin 2015)

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
5 séries d’animation pour petits (et grands)