Le maître de l’animation était récemment à Los Angeles ; le réalisateur s’est vu honoré d’un Oscar pour l’ensemble de sa carrière.
LA Times et Variety en ont profité pour l’interviewer et obtenir quelques détails supplémentaires quant à l’avenir du Studio Ghibli.

Commençons par la mauvaise nouvelle : le Studio Ghibli ne réalisera à priori, plus de long métrages d’animation pour le cinéma.

Studio_Ghibli_Wallpaper

Les échecs relatifs des récents Conte de la Princesse Kaguya et de Marnie, couplés au départ en retraite du réalisateur ont entraîné une drastique restriction budgétaire.
Une donnée économique ayant un impact direct sur la méthode d’animation traditionnelle, très coûteuse.
Au final, le studio doit réduire ses ambitions, et se consacrer à de petits projets -pour la télévision notamment. Peu de précisions quant à la nature de ceux-ci.

Une rumeur affirmait par ailleurs, que le fils du réalisateur, Goro Miyazaki (Les Contes de Terremer, La colline aux Coqueliquots) reprendrait le rôle de son père, à savoir l’image artistique et la direction économique du Studio Ghibli.
Hayao Miyazaki considère que cela est peu probable : pour lui, seules les capacités individuelles peuvent décider de cela. Hors ce n’est pas quelque chose dont on hérite, comme une propriété.

De manière générale, pour Hayao Miyazaki le réel problème est d’ordre artistique.
Pour lui, c’est véritablement le talent qui est décisif dans l’élaboration d’une oeuvre, indépendamment de la méthode d’animation employée. Le réalisateur n’est ainsi, même pas réfractaire à l’animation 3D (dont Goro Miyazaki à fait l’usage sur Ronia the Robber’s Daughter en collaboration avec Polygon studios).
Il constate néanmoins que les animateurs traditionnels ont perdu ce talent, et que le medium finira malgré lui, par s’éteindre.

Des mots durs et peu optimistes…

Hayao Miyazaki déclare cependant : “je continuerai à travailler jusqu’à ma mort”

Si le réalisateur ne fera plus de long-métrages pour le cinéma, il n’a pas abandonné l’animation traditionnelle. Il se concentre ainsi sur des courts métrages pour le musée Ghibli :

“je continuerai à faire des films qui laissent le public satisfait, mais je pense également que tout cela est inutile si je ne leur offre pas une forme d’animation qu’ils ne trouveront pas ailleurs. Je réalise ainsi de petits films, agréable à faire et moins stressants
!”

Pour conclure sur une note positive et émouvante, voici l’hommage rendu par un autre maître, John Lasseter. Le réalisateur de Toy Story et directeur du département animation de Walt Disney / Pixar y rappelle l’importance énorme d’ Hayao Miyazaki sur notre culture contemporaine.

 

 

L’avenir du STUDIO GHIBLI selon Miyazaki

0