Notre sélection de biopics sur des femmes hors du commun

Dernière mise à jour:

Cette semaine sort dans les salles le Colette de ​Wash Westmoreland. Un film qui raconte la vie de la célèbre femme de lettre française et qui rejoint la longue lignée des biopics mettant en scène les grandes femmes qui ont fait l’histoire. Voici un top 5 des films retraçant la vie de ces femmes d’exception.

Cléopâtre​, James L. Mankiewicz​ ​- 1963

Deux ans et demi de tournage, un budget colossal pour l’Hollywood des 60’s (44 millions de dollars) et des centaines de milliers de figurants. Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz est l’un des films qui représente le mieux l’âge d’or d’Hollywood. Et alors même si l’histoire de l’illustre reine de l’Egypte Antique, a été quelque peu romantisée et fantasmée, l’hommage fidèle à la femme politique qu’était Cléopâtre a été respectée. Elizabeth Taylor, la grandeur du cinéma, s’est complètement plongée dans le rôle de la reine tacticienne qui va succomber à l’amour et passion dans les bras de Jules César, interprété par Rex Harrison, puis de Marc Antoine, joué par Richard Burton. Impossible aujourd’hui d’oser imaginer une autre actrice dans le rôle titre. Elizabeth Taylor, actrice animée par sa passion (dans la vie comme sur l’écran), ne pouvait qu’interpréter le rôle de Cléopâtre. Comme certains le disent, une reine pour une reine.

Erin Brockovich, seule contre tous​, Steven Soderbergh ​- 2000

Divorcée, mère célibataire, issue de la classe populaire. Elle c’est Erin Brockovich, celle qui est à l’origine du scandale de pollution de l’eau potable par l’entreprise Pacific Gas and Electric Company (PG&EC). Erin Brockovich est une femme qui se fait toute seule. Parmi la myriades de dossiers qui se trouvent dans le cabinet d’avocat dans lequel elle travaille, elle suspecte l’un d’entre eux en remarquant certains bilans de santé douteux. Intriguée, elle se lance dans une enquête acharnée. Seule contre tous au début, mais forte de sa hargne d’établir la vérité, on se met de son côté pour résulter en un procès historique dans l’histoire des Etats-Unis. Le portrait de cette femme forte, de ses convictions et ses motivations est poussé de manière magistrale par Steven Soderbergh. Le réalisateur s’intéresse principalement à la femme avant de s’intéresser à l’histoire. Et Julia Roberts, qui incarne la protagoniste semble faite pour ce rôle. Telle une seconde peau elle s’approprie Erin et son histoire pour nous emmener dans son combat pour la vérité avec ardeur et détermination.

Anne-Frank​, Robert Dornhelm -​ 2001

Née à Francfort juste avant l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler, Anne-Frank était une jeune fille mondialement pour son journal. Fuyant le régime de l’Allemagne nazie, elle et sa famille resteront cachés dans l’Annexe, un appartement clandestin à Amsterdam. Dans son journal intime, elle aura retranscris ses jours passé dans l’appartement mais également ses sentiments et ses pensées. En 1944, le refuge est découvert et la jeune fille sera déportée. D’abord dans le camp de concentration Auschwitz-Birkenau, puis à Bergen-Belsen où elle succombera d’un typhus. Le film de Robert Dornhelm a su représenter cette courte vie dans une précision parfaite. On pourrait presque penser que chaque lignes du livre y est représentée. Hannah Taylor-Gordon interprète plusieurs Anne-Frank dans le film. D’abord la jeune fille enjouée qu’elle était aux Pays-Bas. Puis, une fois au sein de l’Annexe, on voit cette enfant qui a perdu sa joie de vivre et qui vit dans une peur constante. L’actrice nous offre là un jeu saisissant qui prend aux tripes. Elle a su incarner avec brio Anne-Frank, cette jeune fille dont l’ouvrage reste sûrement l’un des plus symboliques de l’Holocauste.

Frida​, Julie Taymor ​- 2002

Derrière ses sourcils broussailleux se cache des idées et des convictions visionnaires pour son temps. Profondément féministe, Frida Khalo n’a jamais accepté les idées peu conformistes qui peuplaient les années. Révolutionnaire sur tous les points (politique, artistique et sexuelle), l’artiste s’est illustrée par une vie tourmentée et dans un combat tout autant mouvementée. Néanmoins, il n’est pas possible de ne pas évoquer cette grande dame de l’art lorsque l’on évoque les femmes qui ont fait l’histoire. Elle qui a tant défendu l’ouverture de la société mexicaine aux femmes. À l’écran, c’est la talentueuse Salma Hayek qui a su capter la légende sans manquer une miette du caractère énigmatique de l’artiste-peintre. Derrière la caméra, Julie Taymor n’élude aucun détail d’une vie tumultueuse. Un bel hommage à une icône.

Agora, ​Alejandro Amenabar​ – 2009

Hypatie était une alexandrine qui a vécu au IVe siècle après Jésus-Christ. À la fois philosophe, astronome et mathématicienne, elle était considérée comme une femme brillante avant de connaître un destin tragique. C’est l’héroïne choisie par Alejandro Amenabar pour ce film. Sous les traits de l’extraordinaire Rachel Weisz, Hypatie représente l’un des plus grands esprits en son temps. Dans Agora, Amenabar va alors dénoncer l’insolence des autorités religieuses, notamment envers la figure de la femme. Il montre comment le Moyen-Âge a été plongé dans l’obscurantisme sans laisser une seule chance aux femmes d’apporter leur pierre à la construction du monde. Néanmoins, Amenabar semble bien avoir choisi son camp dans ce film : celui de l’agnosticisme et du féminisme. Il fait d’Hypatie cette déesse du savoir, de la pensée et de l’esprit critique qui montre l’engagement du réalisateur espagnol. Et malgré quelques erreurs historiques, on apprécie la manière dont l’histoire de cette grande érudite a été racontée.

Coco avant Chanel​, Anne Fontaine​ – 2009

Fantasmé dans le monde entier, Chanel c’est le symbole du chic à la Française. Une marque qui a su raccourcir les robes pour libérer les femmes. Derrière ça, il y a Gabrielle, surnommée Coco. Une femme qui a su se hisser grâce à un talent indéniable et une bonne dose de rébellion pour incarner une image de la femme complètement inédite. Au diable les corsets et bienvenue aux pantalons et autres marinières ! Et c’est la douce Audrey Tautou qui nous embarque dans l’aventure de cette grande dame de la mode. A la fois froide et rigoureuse d’un côté, amoureuse et séductrice de l’autre, l’actrice brille à l’écran. Anne Fontaine, la réalisatrice, élève la femme dans ce film, comme Chanel l’avait fait en son temps. Artisane, Fontaine signe un biopic rigoureux et précis qui nous fait comprendre comment Gabrielle est devenue Coco.

Samy Laurent

Votre avis ?

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
LA CITÉ DE LA QUOI ? Et si La Cité de la Peur n’avait jamais existé ?