THE UNDOING, la bourgeoisie new-yorkaise mise à l’épreuve – Critique

Un prologue efficace et riche en suspens pour cette nouvelle production HBO, portée par des acteurs au sommet de leur art.

Après la très plaisante Big Little Lies, David E. Kelley revient avec cette production originale pour HBO, un thriller qui prend place dans le New-York contemporain. Nicole Kidman y interprète une psychologue huppée à la rhétorique redoutable. Mariée à un Hugh Grant médecin reconnu, et dont l’humour n’est pas sans rappeler ses premiers rôles, la vie de cette mère de famille se partage entre l’organisation de ventes aux enchères pour l’école privée de son fils et les rendez-vous avec ses patients. Bien évidemment, cet équilibre va être bouleversé par l’arrivée d’Elena, créature troublante au charme déconcertant.

Les braises étant disposées soigneusement, ne reste plus qu’à souffler pour faire surgir l’incendie. C’est ce que Susanne Bier parvient parfaitement à faire en réalisant ce prologue. Le couple Kidman-Grant fonctionne pleinement et les échanges soulignent l’accomplissement du cercle familial au sein de la sphère bourgeoise new-yorkaise. D’un échange sur le quotidien à la dérision dont fait preuve le père en se moquant d’un professeur de violon, le triangle présenté à l’écran est aussi harmonieux que ce plan d’ensemble nocturne sur un cadre urbain qui respire la sérénité. L’élément perturbateur, sous-entendu par la première scène, attise habilement la curiosité en évitant les écueils classiques de ce type de récit.

D’une part, les personnages se distinguent par le mystérieux sous-jacent qui les environne. Nicole Kidman est une peinture aux nuances chatoyantes, à l’image de sa splendide garde-robe, et l’actrice n’a jamais semblé aussi à l’aise que dans ce type de rôle. Il est certain que la suite devrait dévoiler une part plus sombre de ce caractère rigide et perfectionniste qui se fond parfaitement dans les cercles qu’elle fréquente. Son éloquence la rend hypnotique face aux autres mères du comité de l’école, subtiles caricatures des bourgeoises pullulant dans ce microcosme. Ironie et noirceur se conjuguent à merveille dans cet ensemble hétéroclite, où Hugh Grant trouve là l’occasion de dépoussiérer son image. Son charisme semble éternel et difficile de bouder son plaisir lorsqu’il arbore le flegme qu’on lui connaît…

Outre l’interprétation, on se doute que derrière cette intrigue des plus lisses se cache une multitude de secrets marécageux. Loin, toutefois, de l’expérimental ou de l’expressionnisme, ce premier épisode parvient à poser les bases d’une partie d’échec impitoyable où les pions vont être mis à rude épreuve. David E. Kelley édifie un suspens redoutablement efficace autour de chacune de ces personnalités minutieusement pensées. L’harmonie du tableau est assombrie par un épilogue glaçant et on se réjouit d’imaginer une suite du même acabit.

Emeric

Votre avis ?

Note des lecteurs4 Notes
Titre original :The Undoing • Créateur.rice.s : David E.Kelley • Acteurs : Nicole Kidman, Hugh Grant, Donald Sutherland •Date de sortie : Octobre 2020 • Durée des épisodes : 55 minutes
3.5
Prometteur
Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Denim
Denim
Invité.e
7 décembre 2020 23 h 14 min

C est dingue… C est dingue… C est dingue… Quelle vocabulaire exceptionnelle… Un language dans le cliché des adod. J’ai mal aux oreilles

Hadrien
Hadrien
Rédacteur.rice
Répondre à  Denim
8 décembre 2020 9 h 49 min

Je pense que vous voulez dire, mal aux yeux…

Plus d'articles
IT’S A SIN éclaire avec brio l’épidémie de sida des années 80 – Critique
2
0
Un avis sur cet article ?x
()
x