star wars VII le réveil de la force
© 2015 Lucasfilm Ltd. & TM. All Right Reserved.

STAR WARS – ÉPISODE VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE, digne successeur de la franchise – Critique

A l’annonce d’une nouvelle trilogie Star Wars après le rachat de Lucasfilm par Disney en 2012, il y avait beaucoup d’excitation chez les amateurs de la série cinématographique. L’excitation de voir naître une suite qu’on n’espérait même pas, et que l’aventure se poursuive. L’excitation devint palpable durant cette année 2015 avec les premiers images de STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE, présentées avec parcimonie. Disney prouvant ainsi, si cela était nécessaire, sa maîtrise en matière de marketing, allant mettre sur le banc de touche ses principaux concurrents, et réussissant à garder le plus grand secret autour de ce nouvel opus.

Alors que la date fatidique de la sortie du premier film d’une troisième trilogie annoncée se rapprochait, soudain l’excitation laissa place à une certaine inquiétude. Celle de ne pas s’y retrouver dans cet épisode. Celle d’avoir déjà trop grandi et alors de peut-être ressentir la même chose que ceux trahis par la prélogie de Lucas. Moi, encore jeune à l’époque, n’y voyais (et encore aujourd’hui) que du feu face à cette prélogie. Et si désormais l’adulte avait pris le pas sur l’enfant ? En atteste le désaveu personnel envers la nouvelle trilogie X-Men par rapport à celle qui la précède d’une dizaine d’années.

La lumière de la salle s’éteint, d’abord la fameuse introduction sur cette lointaine galaxie, puis voilà que défile le synopsis si attendu et encore inconnu – à la demande de la production, qui jusqu’au bout tient à laisser la surprise aux spectateurs, on ne dévoilera rien sur l’intrigue ni sur les relations entre les personnages.

Première bonne nouvelle, les frissons sont toujours là. On attend tout de même de découvrir les premiers plans, les premiers personnages et les premiers dialogues avant d’être sûr que le charme et la magie fonctionnent toujours. C’est bon. Tout s’enchaîne correctement, mieux qu’espéré même ! Un soupir de soulagement puis place aux sourires enjoués et même à une pensée pour J. J. Abrams, le réalisateur, à qui furent confiées les clés de la saga. Nul doute qu’il aura été du bon côté de la force car nous sommes devant un grand Star Wars qui marquera l’histoire de la saga.

Photo du film STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE
© 2015 Lucasfilm Ltd. & TM. All Right Reserved.

On avait remarqué durant les interviews et autres déclarations des membres de l’équipe du film, une agilité certaine à ne pas mentionner les épisodes de la prélogie. En effet, avec STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE, J. J. Abrams est allé piocher intelligemment du côté des premiers films (épisodes IV, V et VI). D’une part parce que son film fait office de suite directe à ces derniers, mais d’autre part, et avant tout, pour réconcilier les fans de la première heure. Le tout évidemment sans oublier de s’adresser à ceux ayant échappés au phénomène jusque là. Ainsi, on retrouve d’intelligents clins d’œil, que ce soit par une phrase évocatrice ou un objet ayant déjà servi auparavant.

Ainsi Abrams crée une ambiance bien particulière autour des protagonistes les plus anciens. Une manière d’observer leur vie du passé, là où on les avait laissé à la fin du Retour du Jedi, tout en nous indiquant les raisons de leur changement dans ce présent. Une certaine profondeur des personnages qui pousse toujours davantage à l’empathie. J. J. Abrams parvient à s’approprier la saga dans son ensemble. A l’emmener dans certaines de ses obsessions personnelles tout en y restant fidèle.

Nul doute que J. J. Abrams aura été du bon côté de la force, car nous sommes devant un grand Star Wars qui marquera l’histoire de la saga.

Cette fidélité se ressent d’ailleurs dans la trame scénaristique – née de la collaboration entre Abrams, Lawrence Kasdan (Star Wars V et VI) et Michael Arndt – proche de celle des précédents films (on ne dira pas lesquels pour garder le mystère sur l’histoire). Des impressions de déjà vu, certes, mais en totale adéquation avec ce que l’on attend de Star Wars et du RÉVEIL DE LA FORCE en particulier. A savoir, offrir une nouvelle base à partir de laquelle pourront découler des épisodes VIII puis IX, a priori toujours plus riches.

C’est ainsi que l’on découvre de nouveaux personnages, comme Finn et Rey – mais aussi Poe et l’adorable droïde BB-8. En s’appuyant sur eux, J. J. Abrams aborde de nouvelles pistes que Lucas n’avait pas encore évoquées (via l’origine de Finn). Leur relation devient rapidement le point d’ancrage de cette nouvelle trilogie. Leur donnant à chacun des traits des précédents héros, entre complicité et dualité, tout en cherchant une forme de renouveau. On retrouve d’ailleurs avec eux beaucoup d’humour – chose propre à Abrams et qui en fait un des épisodes les plus drôles – en finesse, ou par des situations parfaitement bien amenées.

Si John Boyega (Finn) tient efficacement son rôle, on retient avant tout l’actrice Daisy Ridley. D’une grande confiance dans les scènes les plus difficiles, réussissant à se montrer toujours crédible. Elle interprète Rey, passionnante, drôle, émouvante mais surtout forte. Une grande héroïne comme en a rarement vu dans un Star Wars, et encore trop peu au cinéma en général. N’oublions pas de noter toute ambiguïté et la complexité qui planent autour de Kylo Ren, rendu fascinant et terrifiant par l’excellent Adam Driver.

Photo du film STAR WARS VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE
© 2015 Lucasfilm Ltd. & TM. All Right Reserved.

Évidemment, comme prévu, J. J. Abrams n’oublie pas de nous en mettre plein les yeux. Visuellement il nous laisse souvent sans voix, nous plongeant au cœur de l’action dans chacune des poursuites / batailles de vaisseaux. Des scènes toujours limpides et jamais brouillonnes. Les nombreux décors grandioses – et autres créatures – rajoutent encore davantage à l’imaginaire de Star Wars, pourtant déjà bien rempli. Cette action ainsi que les passages plus « calmes » se déroulent avec une grande maîtrise de la part d’Abrams qui trouve quelques plans d’une vraie merveille.  Une mise en scène sans accros, mêlant là encore la patte du réalisateur au style de la saga, rythmée par un montage bien réfléchis.

Au final, LE RÉVEIL DE LA FORCE nous laisse bouche bée, ravis de bout en bout. Les derniers rebondissements, aussi puissant que ceux rencontrés durant la saga, laisseront à coup sûr sous le choc. Et dès lors que l’image se referme, laissant place au générique de fin avec son légendaire thème musical – une composition d’ensemble de John Williams toujours aussi merveilleuse – nous voilà déjà face à l’excitation et à l’attente de découvrir la suite. Car même s’il semble lever le voile sur de nombreux éléments, LE RÉVEIL DE LA FORCE ouvre surtout la porte à une grande aventure à venir.

Pierre Siclier

STAR WARS VII : Le réveil de la force
• Sortie : 16 décembre 2015
• Réalisation : J.J. Abrams
• Acteurs principaux : Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac
• Durée : 2h16min
Note des lecteurs147 Notes
Titre original : Star Wars: Episode VII - The Force Awakens
Réalisation : J.J. Abrams
Scénario : Lawrence Kasdan, J.J. Abrams, Michael Arndt
Acteurs principaux : Daisy Ridley, John Boyega, Adam Driver
Date de sortie : 16 décembre 2015
Durée : 2h15min
4
Note du rédacteur

Écoutez-nous !

Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest
59 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Tsuvane
Tsuvane
Invité.e
7 mai 2016 19 h 03 min

Oui, je sais, j’arrive un peu tard, mais suite à la sortie video ( prêtée par un collègue, je précise ) je me suis replongée dans cette … heu … suite, puisqu’on nous l’a vendue comme telle, pour la montrer à ma fille de 14 ans, qui, j’en étais sûre, allait apprécier. Autant que j’ai détesté.

Pas détesté en bloc, non. Les épaves des vaisseaux de l’empire gisant au milieu des dunes de sables m’ont fait frissonner. Ah, et quand le Faucon apparaît, ça m’a donné l’impression de retrouver un vieux pote, plus encore que Han, Leïa et a fortiori Luke.

Et voilà.La magie s’ arrête là.

Tout ça parce qu’après avoir lâché l’équivalent du PIB de bons nombres de pays de l’hémisphère sud à Lucas pour racheter son bébé, Disney n’avait plus assez de brouzoufs pour engager des scénaristes. Alors ils sont allés piocher dans le réservoir sans fond de la fanfiction. Vous allez voir, à la lumière de cette révélation, tout s’ explique.

Pour ceux qui ne connaissent pas, laissez-moi vous expliquer le monde merveilleux de la fanfiction. Il s’ agit de personnes qui publient sur Internet des histoires inspirées de livres, films, séries, même de boys band, si si, bref un peu tout. Les auteurs sont en majorité feminins, et la moyenne d’âge jeune, voir très jeune. Il y en a d’excellentes, comme de catastrophiques. Et parmis ces dernières, il y a celles qui mettent en scène les « Mary Sue », les héroïnes pas crédibles pour un sous où l’auteur déverse tous ses fantasmes. La Mary Sue est une jeune fille bien faite de sa personne ( ça, c’est ce qui est le plus acceptable, rarement les héroïnes ont des allures de Quasimodo, soit ), a la plupart du temps un passé nébuleux, elle se rend sans raison apparente indispensable aux perso canoniques rapidement, ils éprouvent du respect voir de l’admiration pour elle, l’ intégrant dans leur cercle intime avec une facilité lassante ; elle est brillante dans tous les domaines, mais on ne sait jamais par quel miracle ( l’auteur de Mary Sue a une imagination limitée, on y reviendra ), sera très souvent au centre d’un triangle amoureux ( si on se refait Han-Leia-Luke avec Finn-Rey-Ben dans le prochain épisode, va falloir que je m’entraîne à avoir l’air surpris ), et, bien souvent, est l’enfant caché d’un des héros.

Bien bien bien.

On se le refait ?

-Le passé nébuleux : vision dans la cantina, check.

-Indispensable aux perso canoniques… etc : pfff là, y a tellement d’exemples … mais je crois que ce qui m’a le plus foutue en rogne, c’est Leïa qui enlace la pisseuse de service à leur retour de mission où Han a été tué par leur fils, pendant qu’en arrière plan, y a Chewbacca qui passe, tranquille Mimil. C’est pas comme s’ il venait de perdre celui avec qui il traîne depuis 40 ans, hein. Rey, elle, elle connaît Solo depuis 3 jours, hé, ho, ça crée des liens, tu penses ! ( et dire qu’il y a des fans de SW qui affirment que c’est un bon film. Au secours). Bon, bref, check.

– elle est brillante dans tous les domaines : ah ben là aussi, y a carton plein. Alors : je rétame au corps à corps un supposé militaire, je parle couramment droïde, wookie et j’en oublie sans doute, j’ai des connaissances mécaniques et des aptitudes au pilotage qui laissent baba d’admiration un héros canonique de l’histoire, je maîtrise la Force finger in the nose, même si la semaine dernière je savais même pas que ça existait ( Oô …), meulant au passage le grand méchant ( hé, interdit de rigoler !!!) … je suis, je suis ?… *soupir* là encore, bref, check.

– l’enfant caché d’un des héros. Ah ça on sait pas !!! …. nan, je blague. Check.

Carton quasi plein mes amis, on a été en veine sur ce coup là. Donc voilà, le scénario a été ecrit par Allison, 15 ans fan de Star Wars. Elle adore l’episode IV, alors elle reprend l’histoire, parce que oui, comme je l’ai déjà dit, elle a peu d’imagination. Juste ce sera une héroïne badass à la place de Luke, à laquelle Allison peut s’ identifier. Mais ce sera Rebellion/Empire, y aura une Etoile de la Mort, un droïde trop choupi, qui planquera des plans, oui, oui, et l’héroïne sera capturée mais réussira à s’ échapper toute seule, pas comme cette tanche de Leïa, pis comme Allison a bien aimé Harry Potter, ben le sabre de Luke il la choisira, comme les baguettes magiques, pis tiens le grand méchant il ressemblera à Voldemort aussi !…
…. même les réactions puérils de Kilo Ren deviennent compréhensibles si on se dit que ce perso a été pondu par une ado en plein délire.

Alors vous, Pierre, qui encensez ce film, ça ne vous déplaît apparemment pas qu’il soit sorti de l’imagination d’Allison. Et bien moi, qui ai lu bien d’autres fanfic d’auteurs ô combien plus talentueux, j’aurais préféré que Disney pioche ailleurs. Parce que, allez savoir pourquoi, j’avais l’impression qu’on s’ était copieusement foutu de ma gueule en sortant du cinéma.

Vlad
Vlad
Invité.e
6 janvier 2016 20 h 32 min

ATTENTION SPOILER

Ce Film est une honte, un vulgaire plagia de l’épisode 4 « The New Hope », Une planète déserte, un droïde avec des informations vitale qui est traquer par les Storm Troopers, Un personnage important (l’archétype du mentor) qui meurt, une nouvelle étoile de la mort. De+ un « Ben » qui est le fils de Solo au lieu d’être le fils de Luke comme dans l’univers étendu (« Ben » en référence à « Obiwan » qui était son mentor, alors que pour Solo et Leia il n’est pas grand chose). Bref pour moi la véritable suite de Star Wars reste les romans de l’univers Etendu (et en particulier les oeuvres de Timothy Zhan)

vino
vino
Invité.e
6 janvier 2016 12 h 36 min

Non mais serieusement, combien Disney vous paye pour ecrire une critique aussi dithyrambique ? Pour quelqu’un qui connait l’ histoire de Star Wars et qui veut etre honnete avec lui meme, et meme celui qui n’y connait rien mais qui va juste voir un film, ce long métrage est tout simplement honteux. Mettre 8 et 9 pour le cast et surtout le scenario, c’est vraiment n’importe quoi. ( Synopsis qui doit tenir sur une feuille de PQ). Mais bon je vous pardonne ,ce n’est pas à 25 ans qu’on acquiert une culture cinématographique. Vous n’avez aucun recul objectif pour traiter le sujet, vous vous contentez de faire de la narration superficielle. Je vais rarement sur Allociné (site vendu depuis bien lontemps aux Majors) avec beaucoup de fausses critiques pour faire monter ou pour decendre un film, mais là pour une fois, certaines critiques tres constructives n’ont fait que copnforter mon opinion que , non seulement c’est un mauvais SW, mais surtout un mauvais film : histoire débile qui ne poursuit en rien l’épisode 6, casting nullissime avec mention spéciale aux acteurs jouant Ben Solo (Kylo Ren) et le stormtrooper-éboueur. Partout où Disney passe, le fim trépasse. Il y ‘a tellement d’incohérences qu’il faudrait que je fasse un mix de tous ce que j’ai relevé dans différentes critiques sur des sites tiers. Le mythe et l’histoire des Jedî qui avait été habilement expliqué dans la seconde trilogie (épisodes 1,2 et 3) vole ici en éclat en 5 minutes. La magie a totalement disparue. On est dans un mix d’un film Pixar avec un humour à la Marvell, sans compter des références à Harry Potter et le reboot de Star Trek (dont Abrams est le pere ) dont on peut bien se demander le pourquoi du comment dans ce genre de film. Tout ce bric à brac et ce collage façon puzzle décrébilise près de 40 ans d’histoire. Ce fim est une succession de clichés de la trilogie originelle.

Je cite au hasard un de vos propo sécrits plus bas :

« Proposer un personnage tiraillé entre clair et obscur, encore faible car encore trop jeune et pas construit (ce qui justifie parfaitement ce combat au sabre à la fin et sa finalité). Il y a pour lui la nécessité de tuer le père, c’est propre à tout adolescent pour qu’il passe à l’âge adulte (c’est ce que chercha à faire Anakin avec Obi Wan). Et c’est cette fragilité en lui qui en fait un personnage passionnant et pas juste un méchant sans faille et donc sans intérêt. En cela Adam Driver qui l’interprète est excellent je trouve. »

Mais vous avez besoin de lunettes ou quoi ? Kylo Ren un ado ? Mais il est presque trentenaire le gars, c’est pas un ado ! Rey à la vingtaine à la rigueur , on peut encore la traiter d’ado attardée.. Et puis quel et le rapport entre le duo Anakin/Obiwan et celui entre Ben/Han ? Si on suit le « protocole des Jedi, Ben a passé plus de temps avec son oncle pour sa formation qu’avec son propre pere, donc à la rigueur ça serait une dualité Ben/Luke et pas Ben/Han. Kylo Ren n’est pas un méchant, c’est juste une tete à claques avec un charisme de poulpe. Mais on a doté le gars d’un pouvoir superieur à Yoda ou à Palpatine : il stoppe un rayon de blaster avec la force ! Chapeau bas. Par contre il se fait tenir tete pâr l’éboueur du quartier et se fait battre au sabre laser par la fille qui vient de découvrir la force 1 jour avant. Un jedi est toujours tenté par le coté obscur comme l’explique Yoda, mais un Jedi qui passe du coté obscur ne va pas reflechir s’il est est attiré vers le coté lumineux, c’est débile. Bon j’arrete là telllement ce film est stupide

Frenchkish
Frenchkish
Invité.e
1 janvier 2016 19 h 34 min

J.J Abrams a tué Star Wars point barre : des personnages inintéressants ou mal exploités , des dialogues d’une lassitude sidérante , un trop plein de fan service qui donne envie de gerber littéralement , aucune originalité mais alors AUCUNE , et le scénario d’une médiocrité affolante pondu certainement par un attardé ! bref un article que je trouve tout simplement irrespectueux envers tous les fans de star wars et autres cinéphiles , par le même auteur qui a noté SPECTRE (une grosse bouse) 8.2 et le dernier Terrence Malick (un p’tit bijou) 5.3 : j’ai vite compris le taux de crédibilité de cet article !
En passant voilà peut-être la seule critique (sous forme de spoiler) honnête du net : http://unodieuxconnard.com/2015/12/16/star-wars-episode-vii-le-reboot-de-la-force/

Choch_
Choch_
Invité.e
29 décembre 2015 14 h 18 min

Tout pareil que les autres, c’est le plus nul Star Wars jamais sorti, aucun respect de l’univers, de l’esprit etc… en bref rien le vide absolu.

Et Pierre arrête d’essayer de te convaincre tout seul avec tes arguments bidons, même toi ca se voit que t’y crois pas à ce que tu dis.

Lire que le VII ressemble plus au I qu’au IV….. faut vraiment avoir de la m**** entre les deux oreilles ou etre de mauvaise foi pour écrire une bétise pareil.

59
0
Un avis sur cet article ?x
()
x