WORLD WAR Z, sans ambition – Critique

Dernière mise à jour:

Ah ! Les zombies. Depuis plus de soixante ans, ils trustent nos écrans. Tour à tour dénonciateurs chez Romero, horrifiques chez Danny Boyle ou hilarants chez Edgar Wright, ils semblent être passés par toutes les cases cinématographiques possibles et imaginables.

Véritables coqueluches des amateurs d’horreur, ils voient depuis quelques années leur popularité augmenter exponentiellement, notamment grâce à la très populaire série The Walking Dead. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que Hollywood se réapproprie le phénomène et en tire un pur blockbuster gonflé aux millions de dollars.

Nous voici donc projetés autour du monde, accompagnés de Gerry Lane (Brad Pitt), dans une quête haute en couleurs : sauver l’humanité en trouvant l’individu 0, porteur originel du virus responsable de l’épidémie zombiesque. Se concentrant uniquement sur le personnage principal, le film met de côté les relations entre protagonistes, pourtant point fort de la majorité des oeuvres de ce genre. Les personnages secondaires sont transparents au possible, ignorés par une caméra semblant s’attarder exclusivement sur le beau Brad. Exemple typique, la famille du héros, simple prétexte dramatique vite effacé.

S’il ne reste pas de personnages secondaires et pas de relations entre personnages, que reste-il, me demanderiez-vous? Et bien de l’action. Beaucoup d’action. On savait Marc Foster amateur d’explosions et de shaky-cam (il est quand même responsable de Quantum Of Solace, le plus bourrin des James Bond), et bien, il faut bien constater que son style n’a pas changé. Les scènes d’attaque sont toutes sans exception haletantes, que l’on évoque le carambolage inaugural ou cette fantastique scène à Jérusalem, ou les zombies, rapides (à la manière des inféctés de 28 jours plus tard), se fondent en une masse grouillante, véritable tsunami de membres décharnés lâché à une vitesse ahurissante. On peut certes parfois regretter l’exagération de certaines séquences, notamment celle de l’avion, où une moitié de l’appareil est explosé à la grenade, mais le plaisir est présent, incessamment.

Malgré quelques bonnes idées, il reste un film sans ambition, il ne veut que faire passer au spectateur un bon moment, et – du moins jusqu’au dernier acte – il y arrive haut la main.

Cependant, si la première heure est aussi explosive que jouissive, le dernier acte fait pâle figure. Lâché dans un huis-clos se voulant angoissant, le film tente de faire ce que d’innombrables autres on fait en mieux. Se cacher, ne pas se faire repérer, se faufiler dans des couloirs tortueux et sombres, le tout sur une nappe angoissante de clavier, vous avez dit déjà vu? Or, n’est pas Romero qui veut, et le tout est d’une platitude dramatique. Les personnages semblent tous invulnérables à la menace, ainsi, les ressorts tragiques se révèlent parfois même involontairement comiques, à l’image d’un Brad Pitt apeuré, lâchant un petit « dites à ma famille que je l’aime » cliché au possible.

Car oui, World War Z est votre Blockbuster américain habituel. Pas de prises de risques, pas de sang, peu de violence graphique, musique épique, morale familiale matraquée, rien de nous est épargné. Et si le spectateur amateur de plaisir coupables que je suis lui accorde plus que la moyenne, c’est qu’il fait bien ce qu’il veut faire. Malgré quelques bonnes idées, il reste un film sans ambition, il ne veut que faire passer au spectateur un bon moment, et – du moins jusqu’au dernier acte – il y arrive haut la main. Restera un placement produit injustifiable et honteux, et une coupe longue toute aussi affreuse.

Votre avis ?

  1. Une critique sévère surtout venant de la part d’un lycéen qui se pose en expert du genre zombie, le film ne se veut pas angoissant au possible comme un Romero mais plus réaliste dans son approche de la menace. Pareillement ce film n’est pas un film à jumpscare même si ceux ci sont rares mais bien dosés. Les scènes d’actions sont réussies et les moments d’angoisse sont sans fioritures, on a pas d’omniprésence de la musique angoissante qui dicte au spectateur le moment où il doit avoir peur, bref dans le dernier acte notamment la tension est plus réelle dans le sens où elle dépend de l’appréciation de chacun. Celui qui rigolera lors des scènes de tensions n’est qu’un habitué de plus aux jumpscare pour lequel un film d’horreur est un film où la menace est amené avec une musique qui va crescendo et avec un monstre qui saute sur le héros au moment où l’on s’y attend le plus. Pour moi ce film réussi le pari de ne pas verser dans le blockbuster, en effet Brad Pitt n’est pas indestructible dans ce film et sa progression est non seulement semée d’embuche mais aussi réaliste, à la fin on aura pas répondu à toues les questions comme le cinéma américain adore le faire.

    Au final un film qui décevra ceux qui vont au cinéma pour voir une bande de collégiens se faire massacrer par des zombies sans se demander pourquoi quand on tire dessus ces derniers se relèvent, bref loin des films de secondes zones celui ci a eu droit à une production réussi, un scénario intéressant, un jeu d’acteur pas grandiose mais loin d’être mauvais et comme tous ces films un peu outsider… à un accueil ridiculement défavorable venant des attentes du public qui restent désespérément futiles: on veut du sang et des gens qui souffrent … Repassez ce film est un trop construit et bien pensée pour satisfaire ce genre d’attente.

    Sur ce bonne journée

    0
    0
    1. Bonjour.

      Justement, ce que je reproche à World War Z c’est son manque total de tension – à mon goüt du moins -.
      Je ne suis pas un habitué des jumpscares et je suis même le premier à m’offusquer de leur omniprésence dans le cinéma d’horreur actuel.
      Il suffit de comparer ce film à de réels poseurs d’ambiance, tels le Shining de Kubrick ou le film Twin Peaks Fire Walk With Me, qui, sans être un film d’horreur en lui même restera ma plus grande experience horrifique.
      Vous aurez pu remarquer que je cite le 28 jours plus tard de Danny Boyle comme exemple dans ma critique, car à mon avis, il se révèle tout ce que WWZ n’est pas : effrayant et stressant. Voilà ce que j’attendais, et non une boucherie sans âme.

      Enfin, pourquoi au lycée ne pourrais-je pas m’y connaître en cinéma? Certes, j’ai probablement vu moins de films que vous, mais cela heurte t-il ma crédibilité ? Je ne me pose jamais en spécialiste du genre, j’avoue ne jamais avoir vu Night Of The Living Dead par exemple, dans mon introduction, je fais uniquement un petit récapitulatif de l’histoire zombiesque en passant par quelques exemples, afin d’introduire le reste. :)

      BIen à vous,
      Elias.

      Ps : S’il vous plaît, apprenez à accepter que d’autres personnes n’aiment pas un film. Il n’y a rien de pire au monde que les gens s’exclamant : « Ouais bah si t’aimes pas Terrence Malick, t’aimes quoi toi? Transformers? Va retourner devant ton Michael Bay! » Ou au moins, regardez les films que je cite dans mon profil, il y a t-il un seul film d’horreur à Jumpscare? Je ne crois pas.

      0
      0
  2. Une critique sévère surtout venant de la part d’un lycéen qui se pose en expert du genre zombie, le film ne se veut pas angoissant au possible comme un Romero mais plus réaliste dans son approche de la menace. Pareillement ce film n’est pas un film à jumpscare même si ceux ci sont rares mais bien dosés. Les scènes d’actions sont réussies et les moments d’angoisse sont sans fioritures, on a pas d’omniprésence de la musique angoissante qui dicte au spectateur le moment où il doit avoir peur, bref dans le dernier acte notamment la tension est plus réelle dans le sens où elle dépend de l’appréciation de chacun. Celui qui rigolera lors des scènes de tensions n’est qu’un habitué de plus aux jumpscare pour lequel un film d’horreur est un film où la menace est amené avec une musique qui va crescendo et avec un monstre qui saute sur le héros au moment où l’on s’y attend le plus. Pour moi ce film réussi le pari de ne pas verser dans le blockbuster, en effet Brad Pitt n’est pas indestructible dans ce film et sa progression est non seulement semée d’embuche mais aussi réaliste, à la fin on aura pas répondu à toues les questions comme le cinéma américain adore le faire.

    Au final un film qui décevra ceux qui vont au cinéma pour voir une bande de collégiens se faire massacrer par des zombies sans se demander pourquoi quand on tire dessus ces derniers se relèvent, bref loin des films de secondes zones celui ci a eu droit à une production réussi, un scénario intéressant, un jeu d’acteur pas grandiose mais loin d’être mauvais et comme tous ces films un peu outsider… à un accueil ridiculement défavorable venant des attentes du public qui restent désespérément futiles: on veut du sang et des gens qui souffrent … Repassez ce film est un trop construit et bien pensée pour satisfaire ce genre d’attente.

    Sur ce bonne journée

    0
    0
    1. Bonjour.

      Justement, ce que je reproche à World War Z c’est son manque total de tension – à mon goüt du moins -.
      Je ne suis pas un habitué des jumpscares et je suis même le premier à m’offusquer de leur omniprésence dans le cinéma d’horreur actuel.
      Il suffit de comparer ce film à de réels poseurs d’ambiance, tels le Shining de Kubrick ou le film Twin Peaks Fire Walk With Me, qui, sans être un film d’horreur en lui même restera ma plus grande experience horrifique.
      Vous aurez pu remarquer que je cite le 28 jours plus tard de Danny Boyle comme exemple dans ma critique, car à mon avis, il se révèle tout ce que WWZ n’est pas : effrayant et stressant. Voilà ce que j’attendais, et non une boucherie sans âme.

      Enfin, pourquoi au lycée ne pourrais-je pas m’y connaître en cinéma? Certes, j’ai probablement vu moins de films que vous, mais cela heurte t-il ma crédibilité ? Je ne me pose jamais en spécialiste du genre, j’avoue ne jamais avoir vu Night Of The Living Dead par exemple, dans mon introduction, je fais uniquement un petit récapitulatif de l’histoire zombiesque en passant par quelques exemples, afin d’introduire le reste. :)

      BIen à vous,
      Elias.

      Ps : S’il vous plaît, apprenez à accepter que d’autres personnes n’aiment pas un film. Il n’y a rien de pire au monde que les gens s’exclamant : « Ouais bah si t’aimes pas Terrence Malick, t’aimes quoi toi? Transformers? Va retourner devant ton Michael Bay! » Ou au moins, regardez les films que je cite dans mon profil, il y a t-il un seul film d’horreur à Jumpscare? Je ne crois pas.

      0
      0
  3. Ce film est lamentable… Encore plus si on a lu le livre dont il est tiré qui lui apporte vraiment un regard nouveau sur le genre « zombie ». Il est aseptisé au possible et le film tourne exclusivement autour du héros principal, effaçant entièrement les personnages secondaires qui aurait pu apporter des éclairages différents sur l’histoire et sur ce qui se passe dans le monde. Car oui, à la base, Wolrd War Z était une histoire « globale » qui montrait l’impact de l’invasion au travers d’une multitude de récits.
    S’ils avaient au moins pris la peine de fouiller un peu plus les personnages gravitant autour de Brad Pitt, peut-être que cela aurait pu donner quelque chose de bien… Ici, au final, on aurait pu remplacer les zombies par n’importe quel créature surnaturelle envahissant le monde. Ça aurait été sensiblement la même chose.
    Au final, même Brad manque de profondeur, en tant que personnage. Cela empêche toute empathie avec ce dernier et ne permet donc pas de s’angoisser pour sa survie (surtout que ça saute aux yeux que quoiqu’il fasse, il ne mourra pas -_-).

    0
    0
  4. Ce film est lamentable… Encore plus si on a lu le livre dont il est tiré qui lui apporte vraiment un regard nouveau sur le genre « zombie ». Il est aseptisé au possible et le film tourne exclusivement autour du héros principal, effaçant entièrement les personnages secondaires qui aurait pu apporter des éclairages différents sur l’histoire et sur ce qui se passe dans le monde. Car oui, à la base, Wolrd War Z était une histoire « globale » qui montrait l’impact de l’invasion au travers d’une multitude de récits.
    S’ils avaient au moins pris la peine de fouiller un peu plus les personnages gravitant autour de Brad Pitt, peut-être que cela aurait pu donner quelque chose de bien… Ici, au final, on aurait pu remplacer les zombies par n’importe quel créature surnaturelle envahissant le monde. Ça aurait été sensiblement la même chose.
    Au final, même Brad manque de profondeur, en tant que personnage. Cela empêche toute empathie avec ce dernier et ne permet donc pas de s’angoisser pour sa survie (surtout que ça saute aux yeux que quoiqu’il fasse, il ne mourra pas -_-).

    0
    0
  5. Ce film est super bien c’est pour passer un moment de plaisir y’en ai qui aime pas et y’en a qui aime donc arrete de dire a tout le monde de pas aller le voir

    0
    0
  6. Ce film est super bien c’est pour passer un moment de plaisir y’en ai qui aime pas et y’en a qui aime donc arrete de dire a tout le monde de pas aller le voir

    0
    0
    1. Justement quand on a lu le livre comment peut-on aimer ce film.
      comment transformer un livre de la trempe de walking dead en film d’action interdit aux moins de 12 ans…

      0
      0
    1. Justement quand on a lu le livre comment peut-on aimer ce film.
      comment transformer un livre de la trempe de walking dead en film d’action interdit aux moins de 12 ans…

      0
      0

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
ANTIGONE, une relecture moderne du mythe de Sophocle – Critique