Disons le tout de suite. Ce film est un thriller où la plupart des éléments ont déjà été vu ailleurs. Son rythme lent ne joue pas vraiment en sa faveur, la fin du film cherche plus à provoquer la réévaluation de l’ensemble qu’à conclure l’enquête.
Le truc d’Egoyan réside dans l’organisation méthodique de tous ces éléments, dans un maelstrom d’une froideur organique assez fou.

Explications.

Le scénario est simple, une fillette de 10 ans est enlevée subitement, pendant ces deux minutes décisives pendant lesquelles son père ne l’avait plus dans son champ de vision. Une équipe de super détectives cherche à résoudre l’enquête. La disparition de l’enfant constitue évidemment un coup fatal aux deux parents, les reproches et les regrets détruiront ce couple.
Je peux sans honte spoiler l’intrigue du film puisque ceci est indiqué dès les premières scènes du film (ainsi que dans la bande-annonce, comme souvent).

Seulement,  ne cherche pas à réinventer un genre, mais plutôt à affirmer son talent de metteur en scène, de conteur.
Ainsi, il nous présente de manière un peu détournée tous les enjeux en même temps que les personnages, dès les premières minutes du film. Tout est ensuite, question de (ré)organisation.
On constate également les références du scénario aux meilleurs thrillers contemporains – 21 GRAMMES pour la structure éclatée du récit, SEVEN pour l’atmosphère non pas pluvieuse, mais magnifiquement glacée des chutes du Niagara en hiver, le récent Prisoners pour la thématique du rapport à l’enlèvement, True Detective pour la puissance de l’implication des enquêteurs.

”Une réorganisation intelligente d’éléments propres aux thrillers contemporains, associés à une mise en scène froide mais organique.”

Mais le script est bien plus malin qu’une simple somme et cache quelques surprises quant à l’enchaînement des situations.
Finement, les enjeux précédemment présentés se recentrent, introduisent des notions de doute quant à l’intégrité des personnages, victimes comme bourreaux comme représentants de la justice, et provoque un sentiment profondément dérangeant.

En fait, les personnages (excepté le kidnappeur, qui lui, est méthodique) font beaucoup trop confiance à leur instinct. Une faille exploitée à la fois par le kidnappeur et le scénario, et qui provoque de nombreux rebondissements, tous liés à la psychologie défaillante des protagonistes. Cela forme un puzzle mental passionnant à déchiffrer, à décrypter, où les rôles attribués restent à définir jusqu’à la fin.

La mise en scène d’Atom Egoyan prend son temps pour réorganiser tout cela, avec le rythme particulier d’une série télévisée. Pas négativement, plutôt dans le sens TRUE DETECTIVE du terme. Elle installe doucement une ampleur inattendue dans l’histoire, par justement le hors champ mental de ses personnages.

Photo du film CAPTIVES © ARP Selection

Photo du film CAPTIVES © ARP Selection

 

Le cast accompagne complètement cette vision cinématographique. , acteur on ne peut plus lambda et mono expressif, est justement utilisé de façon à ce que même nous spectateurs qui SAVONS, doutions.
, très expressive dans l’intériorité, est aussi très intéressante.
, acteur étrange, surjoue complètement son rôle mais apporte quelque chose d’indicible, d’illisible, parfaitement raccord également.
Ce kidnappeur, le fait de ne jamais le comprendre, de ne jamais le rendre lisse, trouble et dérange.
Cass, la captive, les flics, tous jouent finalement un rôle difficile à définir…

Un mot enfin, sur la musique du film, parfaite. Mélange d’orchestrations originales, opéras de Mozart, sons électroniques, organiques, hors champ musical très présent, la partie sonore du film est très réussie, ajoute idéalement à cette ambiance singulière.

CASTING
Titre original : The Captive
Réalisation : Atom Egoyan
Scénario : Atom Egoyan
Acteurs principaux : Ryan Reynolds, Mireille Enos, Kevin Durand, , , ,
Pays d’origine : Canada
Sortie : 01 Octobre 2014
Durée : 1h52mn
Distributeur : ARP Selection
Synopsis : 8 ans après la disparition de Cassandra, quelques indices troublants semblent indiquer qu’elle est toujours vivante. La police, ses parents et Cassandra elle-même, vont essayer d’élucider le mystère de sa disparition.
BANDE-ANNONCE