Votre mot de passe vous sera envoyé.

LA BELLE ET LA MEUTE fut présenté cette année à Cannes dans la section Un Certain Regard, c’est le premier long-métrage de fiction de la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania connue pour avoir réalisé plusieurs documentaires engagés (Le Challat de Tunis, Les Imams vont à l’école).

Dans LA BELLE ET LA MEUTE, elle retrace le parcours nocturne en temps (presque) réel de Mariam, une jeune femme tunisienne agressée sexuellement par des policiers lors d’une soirée étudiante.
Mariam est une jolie jeune femme, ce soir c’est la soirée de l’internat de filles dans lequel elle vit. Cette soirée, Mariam l’organise depuis des mois. Sa robe est déchirée mais heureusement elle peut compter sur sa meilleure amie pour lui en prêter une autre… Les préparations peuvent reprendre avec l’effervescence et l’insouciance des filles de leur âge… C’est vrai que cette robe-là est un peu légère, une robe en satin d’un bleu cobalt, Mariam s’en soucie mais elle n’a pas le choix; et puis finalement, elle lui va bien… Ce soir Mariam ne fera rien de mal, elle voudra seulement danser, rire et pourquoi pas faire connaissance avec le beau Youssef, un militant révolutionnaire dont elle croise le regard.
Photo du film LA BELLE ET LA MEUTEAlors que le film est librement inspiré du roman de Meriem Ben Mohamed et Ava Djamshidi « Coupable d’avoir été violée », Kaouther Ben Hania confie avoir d’abord voulu pourvoir son film d’un ton politique, voir militant, en auréolant l’intrigue de LA BELLE ET LA MEUTE d’un contexte de post révolution arabe dans laquelle deux personnages se lancent en quête de la réhabilitation de leur dignité en s’opposant à la machine institutionnelle et à la corruption des représentants de l’autorité…

Pour autant, de son récit social grave et engagé dans la dénonciation des systèmes liberticides, elle ne parviendra jamais à voiler ce qui ne devait être que son prétexte mais qui finalement balaie tout sur son passage et crève l’écran : la tragédie de la violence ordinaire faite aux femmes, du consentement (voir l’invitation) supposée au viol et de la minimisation de ce crime.

La belle est une femme , la meute, le système corrompu… Une allégorie au travers de laquelle Kaouter Ben Hania raconte d’abord et avant tout l’histoire d’une femme qui revendique le droit d’être libre et reconnue en tant que victime d’agression sexuelle alors que les bourreaux sont du côté de la justice.
Photo du film LA BELLE ET LA MEUTEOutre son sujet nécessaire et sa dimension on ne peut plus d’actualité, la véritable force cinématographique de LA BELLE ET LA MEUTE relève de la mise en scène. Kaouther Ben Hania opte pour la forme exigeante du plan-séquence, elle restitue son histoire en dix fragments dans lesquels la camera en Steadicam ne se coupe jamais. Une déambulation dans la ville fantôme, la lourdeur des secondes qui passent et d’une nuit dans laquelle les êtres et la situation s’enlisent dans une pénombre de plus en plus sombre… D’ailleurs le bleu de la robe est décliné à l’infini, de la lumière des lampadaires sur l’asphalte, en passant par les uniformes des soignants et des policiers jusqu’à la couleur du papier peint…Un bleu enveloppant , ténébreux et onirique qui rappelle celui des films d’épouvante dont s’inspirent la réalisatrice, comme pour situer son récit entre la réalité factuelle et le cauchemar.

Porté par un duo plus que convaincant (Mariam El Ferjani dont il s’agit du premier rôle dans un long-métrage et Ghanem Zrelli, figure de la Nouvelle Vague du cinéma tunisien), LA BELLE EST LA MEUTE est un film au thème fort et au sujet prégnant dont la mise en scène sublime le message. Kaouther Ben Hania voulait parler d’humanisme, elle s’engage pourtant dans un récit à la portée féministe. Et si le féminisme n’était pas seulement un humanisme ?

Sarah Benzazon

Votre avis ?

 

[CRITIQUE] LA BELLE ET LA MEUTE
Titre original : La Belle et la Meute
Réalisation :Kaouther Ben Hania
Scénario : Kaouther Ben Hania
Acteurs principaux : Mariam Al Ferjani, Ghanem Zrelli, Noomane Hamda
Date de sortie :18 octobre 2017
Durée : 1h40min
3.5Choc
Avis des lecteurs 3 Avis

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifications :