5 séries d’animation pour petits (et grands)

En cette période de confinement, il est toujours l’heure pour regarder une série animée. Profitons-en pour revenir sur 5 titres ayant marqué le genre ces dernières années.

Steven Universe & Steven Universe Future

Steven, un jeune garçon mi-humain mi-alien vit à Plage-Ville avec trois extraterrestres à forme humaine, Améthyste, Grenat et Perle. Ensemble ils partent protéger la Terre dans une quête qui se veut également initiatique. Sur sa route, il rencontrera de nombreux amis, humains ou extraterrestres qu’il aidera à s’affirmer et avec qui il vivra des aventures de toutes sortes.

Première série d’animation entièrement créée par une femme, Rebecca Sugar. C’est une série qui nous fait rire, nous émeut et qui nous parle de ce que nous traversons tous, nos peurs, nos tristesses et comment un petit garçon qui adore les cookies en forme de chat et les sacs hamburger peut se révéler la personne la plus importante de la Terre. Cette série nous apprend que chaque personne est importante et mérite d’être aidée et entourée.

Profondément humaniste, elle redéfinit la masculinité à travers son héros. Pas d’armes et de muscles pour lui, mais un bouclier et de la bave qui soigne, loin des stéréotypes créés pour les enfants. Steven pleure, il aime les romances et le rose et c’est ça qui le rend attachant et lui permet de sauver le monde. Les armes on les laisse à ses amies, des femmes fortes mais qui gardent leur humanité avec leurs propres problèmes.

En son cœur, Steven Universe aborde également beaucoup de thèmes contemporains tel que la santé mentale et la communauté LGBTQ+. Première série d’animation avec un mariage gay, tout le monde est inclus et c’est aussi cela le propos de Steven Universe.

Au-delà de la télévision, Steven Universe, c’est aussi une série qui a su fédérer une communauté de fans – petits comme grands – qui se sont exprimés à de maintes reprises sur le sentiment d’appartenance et d’acception que cette série leur a permis de connaître. C’est la sensibilité, la justesse de ses personnages et de l’écriture qui rend cette série un chef-d’œuvre que nous ne pouvons que recommander.

 

She-ra et les Princesses au Pouvoir 

Adora, soldat de l’impitoyable Horde dirigée par Hordak, croit se battre contre les méchantes Princesses qui possèdent toutes différents pouvoirs magiques. Un jour, elle se perd dans la Forêt des Murmures se retrouvant séparée de sa meilleure amie Catra. Elle fait la découverte d’une épée magique qui a le pouvoir de la transformer en puissante She-Ra. Rencontrant la princesse Scintilla et son compagnon l’archer Flechdor, elle finira par comprendre que la Horde lui a menti et que les Princesses protègent la planète. Elle se joindra alors à elles pour sauver le monde.

Une collection de personnages drôles et hauts en couleurs font le sel de She-Ra. Si l’histoire de base paraît quelques peu simpliste, c’est en fait des personnages complexes qui se dévoilent au fur et à mesure de l’histoire. Que ce soit du côté des Princesses ou de la Horde, rien n’est noir ou blanc. Au cœur de la série il y a la relation entre Adora et Catra, presque des sœurs, qui se retrouvent dans des camps opposés et deviennent amies-ennemies. C’est à travers cette opposition que She-Ra va prendre toute son ampleur et démontrer la justesse de son écriture.

L’humour de la série marche également à merveille et le trio qui se crée entre Adora, fonceuse et juste, Scintilla, râleuse et tête de mule et Flechdor au grand cœur, est toujours très bien écrit, créant des situations impossibles et rocambolesques. She-Ra garde également le spectateur en haleine avec ses retournements de situation et les nombreux rebondissements de leurs aventures.

Tout comme Steven Universe, c’est une série féministe et inclusive, loin des apparitions originales de She-Ra dans Musclor. Adora comme les autres personnages féminins est forte et complexe. Les Princesses, loin de leur représentation traditionnelle, sont d’intelligentes stratèges, de courageuses combattantes, et des amies fidèles, un autre des thèmes de la série.  She-Ra explore également des questionnements tels que la guerre et ses ravages à travers l’histoire mais également sur des personnages marqués à vie.

 

Avatar le Dernier Maître de l’Air & La Légende de Kora

Dans Avatar, il existe quatre nations, la Terre, l’Air, le Feu et l’Eau. L’Avatar, un être qui s’incarne dans une nouvelle personne à chaque génération, doit maintenir l’équilibre entre les nations. Il est le seul à pouvoir maîtriser les quatre éléments. La nation du Feu veut dominer le monde et sachant que l’Avatar doit s’incarner chez les Nomades de l’Air, elle les fait donc exterminer. Heureusement, Ang le nouvel Avatar survit avant d’être retrouvé 100 ans plus tard par une tribu de l’Eau. Prisonnier de la glace, il n’a pas vieilli. Accompagné de ses nouveaux compagnons, Katara, maître de l’eau et Sokka, un guerrier de la même tribu, les trois enfants vont devoir arrêter la nation du Feu.

Largement inspiré de contes chinois, Avatar est une série d’aventures palpitantes aux personnages profonds et touchants. Tout comme She-Ra, la série parle des ravages de la guerre et notamment de l’extermination des maîtres de l’Air. Elle parle également de comment grandir dans le contexte d’un monde ravagé et avec des parents violents.

Le duo Adora/Catra de She-Ra a souvent été comparé au duo tant aimé Ang/Zuko qui se déploit ici. À la poursuite du trio de héros, on retrouve Zuko, fils du seigneur du Feu . C’est une amitié-haine qui se noue entre les personnages, développée avec maestria tout au long de la série. Les autres personnages, même secondaires, sont traités de manière complexe et unique. Même si le bien et le mal sont plus marqués que dans She-Ra, il y a une vraie empathie envers les intentions des personnages et leur parcours.

C’est aussi une série qui émerveille à travers ses environnements diverses de contes merveilleux. Avatar n’a de cesse de nourrir notre imaginaire. Son animation et ses chorégraphie – inspirées par plusieurs styles de combats asiatiques – ont également été loués par la critique.

Sa suite, La Légende de Kora est plus adulte. Non plus des enfants mais des adolescents, les héros créent un pont intéressant entre le nouveau monde technologique dont c’est l’avènement et les traditions autour des esprits et de l’Avatar.

 

Souvenirs de Gravity Falls

Dipper, malin et inventif, et Mabel, toujours prête à faire une bêtise mais pleine d’optimisme, sont envoyés pour l’été chez leur grand-oncle Stan qui tient un musée d’objets magiques et mystérieux. Un jour, Dipper trouve un livre qui raconte les mystères de Gravity Falls, la ville où ils se trouvent. C’est ainsi que Dipper et Mabel découvrent les secrets et la magie que cachent Gravity Falls et peut-être même leur famille.

Une série pleine de trouvailles et d’inventions plus extraordinaires les unes que les autres. Le duo Dipper/Mabel est drôle et attendrissant, autant que les liens qu’ils forment avec leur grand-oncle, un vieil homme avare et acariâtre.

Les personnages sont tous plus excentriques les uns que les autres et leurs péripéties le sont d’autant plus. Drôles, folles, tout peut arriver entre les monstres vengeurs et le voyage dans le temps. Malgré toutes ses aventures, c’est une série très humaine sur la famille et notamment les liens de fraternité et de sororité au fil de la vie. Une animation Disney très mignonne recouvre le tout d’une dose de bonne humeur pour en fait une série sur tout point agréable.

 

Little Witch Academia 

Pour finir et changer un peu de registre, Little Witch Academia est une série d’animation japonaise sur une jeune fille, Akko, qui, impressionnée par un spectacle de magie de Shiny Chariot dans son enfance, rêve de devenir comme elle. Pour suivre ses pas, elle rentre à Luna Nova, l’académie de magie. Elle y rencontre ses deux nouvelles meilleures amies, Lotte, discrète et gentille, et Sucy, spécialiste en champignons et poisons. Ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que comme Shiny Chariot, elle devra accomplir une prophétie pour sauver la magie.

Toujours pleine de bonne humeur, Akko croit dur comme fer à son rêve et c’est ce qui nous fait apprécier la série. Maladroite et bourrée de défauts, Akko est même assez nulle en magie, mais tout ça n’a pas d’importance, il suffit d’y croire et de beaucoup travailler pour atteindre son rêve. Akko y croit si fort, que l’on finit par y croire avec elle et c’est ce qui nous fait continuer.

Little Witch Academia est une série simple mais amusante et aux personnages attachants qui eux aussi entrainés par Akko finissent par croire en eux. Elle nous présente pléthore de personnages féminins variés et forts dont on fini par comprendre les subtilités.

Une série feel good donc qui nous rappelle le pouvoir d’avoir un rêve !

Quelques recommandations qui ne rentraient pas ici mais qui méritent leur mention honorable : Adventure Time, Infinity Train, Clone Wars & Star Wars Rebels et DuckTales !

Nastassia

[button color= »white » size= »normal » alignment= »center » rel= »nofollow » openin= »samewindow » url= »#comments »]Votre avis ?[/button]