Bien loin des clichés des chauffeuses de salle, CHEER plonge le spectateur dans le quotidien de ces athlètes jusqu’à le laisser sans voix.

Artistes, objets sexuels ou athlètes? Les pom-pom girls, au nombre de 3,8 millions aux États-Unis, font partie des expériences scolaires, des souvenirs et des fantasmes de chacun. Cependant, depuis la sortie mondiale en 2000 du film Bring it On qui a popularisé cette pratique, tout le monde a gardé en tête le stéréotype de la blonde populaire et précieuse. Sauf que derrière ce cliché se cache en réalité un sport de haut niveau où les hommes sont majoritaires et où les blessures sont plus fréquentes qu’au football américain. Grâce à ce documentaire en six épisodes, le réalisateur Greg Whiteley rétablit la vérité autour de ces incroyables athlètes.

Cette série signée Netflix nous emmène dans une petite ville du Texas où réside la meilleure équipe de cheerleading universitaire du pays : les Navarro Cheer. Depuis que Monica Aldama a repris le coaching du groupe en 2000, ils ont remporté pas moins de 14 championnats nationaux de la National Cheerleaders Association (NCA). C’est ainsi ce travail sans relâche de la nouvelle faiseuse de miracles qui est éclairé par la caméra de Greg Whiteley. Rivalisant chaque année d’ingéniosité pour remporter la coupe, Monica pousse ses élèves dans leur retranchement sans pour autant manquer de leur témoigner sa confiance et sa protection.

Car malgré cet environnement accueillant et solidaire, il ne faut pas oublier ce qui constitue le cœur du cheerleading. Ce dernier est avant tout un sport extrêmement dangereux mélangeant de la danse, de la gymnastique et des cascades de haut niveaux enchaînés à une vitesse incroyable pour s’assurer de convaincre un jury en deux minutes. En 180 secondes, ce sont donc plus de 41 enchaînements qui doivent être réalisés par des élèves dont le dévouement et le sacrifice dépassent souvent les limites du raisonnable et de l’humainement possible. Greg Witheley réussit avec brio à filmer ces incroyables figures tout en permettant au spectateur de suivre chaque minute des entraînements : de l’échauffement à l’étirement en passant par les moments de doute et de blessure. Immergé au milieu des athlètes, le public ne peut que voir la peur ou la colère qui marquent les visages de ces sportifs qui jouent non seulement leur avenir mais également leur vie.

« C’est ma cinquième commotion cérébrale, mais c’est ça le cheerleading, il faut passer par là pour atteindre la perfection. »

En effet, les blessures sont omniprésentes dans CHEER. Dès le départ, une des voltigeuses explique en être à sa cinquième commotion cérébrale. De même, lorsqu’une autre voltigeuse doit aller aux urgences car ses côtes risquent de se fêler au moindre contact, elle refuse de prendre les antidouleurs et quitte les urgences pour retourner s’entraîner contre les recommandations du médecin. Monica Aldama doit d’ailleurs constamment remplacer les membres de son équipe jusqu’au jour J de la compétition en raison des blessures et des difficultés de chacun. Ce sont ces élèves dévoués qui apportent à CHEER son aspect le plus touchant alors qu’ils dévoilent leurs histoires face à la caméra. Morgan, La’Darius, Lexi, Gaby et Jerry réussissent ainsi à offrir une profondeur et une humanité à ce sport qui leur a souvent servi d’échappatoire. Comme dans une véritable famille, les athlètes se soutiennent et leur dévouement est sans faille comme l’explique Morgan qui « prendrait une balle pour Monica. » C’est ce mélange explosif de solidarité, d’exigence et de perfection qui permet à l’équipe de créer chaque année une chorégraphie toujours plus complexe pour un résultat spectaculaire lors du championnat national de la NCA.

Entre récits de vie et exploits sportifs, CHEER réussit à apporter de la profondeur et du respect à un sport qui a souvent été rabaissé si ce n’est pas ridiculisé. Ainsi, des premières sélections jusqu’à la finale du championnat national de la NCA, la série nous plonge dans l’univers aussi impitoyable que fascinant de cette discipline peu reconnue en France. Six épisodes documentaires à voir absolument pour les initiés comme pour les néophytes de ce sport incroyable.

Sarah Cerange

Votre avis ?

CHEER, pourquoi il faut absolument que vous regardiez - Critique
Titre original : Cheer
Réalisation : Greg Whiteley
Acteurs : Monica Aldama, Gabi Butler, Jerry Harris, Morgan Simianer, Lexi Brumback, La'Darius Marshall
Date de sortie : Janvier 2020
Durée : 6x60 min
4.5Impressionnant
Avis des lecteurs 5 Avis

CHEER, pourquoi il faut absolument que vous regardiez – Critique

0