Cannes 2021 : retour sur la cérémonie d’ouverture

Après une édition avortée en 2020, le Festival de Cannes s’est réinstallé sur la croisette avec une 74e cérémonie d’ouverture sous le signe du renouveau pour le cinéma du monde entier.

« Un parfum de revanche ». C’est le qualificatif utilisé à raison par Le Figaro pour décrire l’atmosphère de cette 74e édition du Festival de Cannes. Après une édition annulée l’année dernière en raison de la pandémie et une petite sélection de long-métrages estampillés « Cannes 2020« , cette cérémonie a une odeur de victoire et de retrouvailles bien méritées. D’ailleurs, c’est en l’honneur de ces cinéastes dont les réalisations n’ont pas pu sortir en salle que des applaudissements ont retenti dans l’auditorium Louis Lumière.

Néanmoins, la lumière de la soirée reste celle de Jodie Foster, rayonnante lorsqu’elle reçoit sa Palme d’Honneur des mains de Pedro Almodovar. Dans un français parfait, l’actrice, réalisatrice, restauratrice et scénariste est restée succincte en recevant sa récompense après avoir livré un superbe discours en ouverture aux côtés de Doria Tillier : « Beaucoup d’entre nous ont passé une année enfermés dans nos petites bulles, beaucoup l’ont passée en étant isolés, et d’autres confrontés à la souffrance, à l’angoisse, la douleur, la peur mortelle et nous voilà enfin ! Après un an sans pareil, réunis dans nos jolis fringues. Ça vous avait manqué un petit peu le glamour ? »

En effet, après un an de confinement et de loungewear, la glamour était au rendez-vous de cette 74e cérémonie d’ouverture avec un jury d’exception (Tahar Rahim, Kleber Mendonça Filho, Mati Diop, Jessica Hausner, Maggie Gyllenhaal, Song Kang-Ho, Mélanie Laurent, Mylène Farmer) surplombé par un président (Spike Lee) resté sobre malgré son costume rose fuchsia. Ce sont d’ailleurs 24 films qui seront présentés en compétition pour la Palme d’or. Une sélection très loin d’être paritaire (4 réalisatrices pour 24 films) que Thierry Frémaux n’a pas hésité à défendre au micro de France Inter le matin de la cérémonie d’ouverture : « Si on prend l’ensemble de la compétition officielle, et notamment un Certain Regard, la présence de réalisatrices est beaucoup plus forte. […] Vous savez il y a plein de pays où il n’y a pas de réalisatrice donc statistiquement, Cannes étant à la fin de la chaîne… » Face à ces propos, impossible de ne pas penser à Jane Campion dont on se souvient de la Palme d’or en 1993 mais dont on oublie souvent que c’était une récompense ex aequo avec un réalisateur masculin (Chen Kaige pour Adieu ma concubine).

L’année 2021 sera peut-être l’année du renouveau pour le Festival de Cannes mais elle n’en sera pas pour autant celle du changement. Néanmoins, contre vents, marées et pandémie, Bong Joon-Ho, Pedro Almodovar, Spike Lee et Jodie Foster ont pu déclaré ouvertes ces grandes retrouvailles du 7e art après une cérémonie banale marquant une période, elle, exceptionnelle.

Sarah Cerange

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x
()
x