JULIETA sera le prochain film de Pedro Almodóvar.

Au menu: une histoire de culpabilité qui prend source dans le passé. Des femmes, évidemment. Leurs aspirations, leurs amours, leurs désillusions, leurs actes plus ou moins tragiques. Des hommes aussi, mais comme souvent chez Almodóvar, l’Homme est moteur de l’histoire mais pas protagoniste. On exceptera bien sur, les cas où l’auteur devient personnel (La mala educación), ou lorsqu’il s’adonne pleinement au divertissement comme dans La Piel que Habito. Divertissement toutefois très référencé et teinté d’une réflexion existentielle sur la sexualité.

Si la bande annonce laisse entrevoir un drame plutôt très classique, espécialement pour un Almodóvar, on imagine sans problèmes être surpris par le résultat final, comme toujours.

JULIETA sera présenté au prochain festival de Cannes en sélection officielle en compétition, et sortira dans la foulée le 18 mai 2016.
En attendant cette date, n’hésitez pas à consulter notre rétrospective Almodovar, que nous avions réalisée à l’occasion du festival Lumière 2014

BANDE ANNONCE VO

INFORMATIONS

428988.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Julieta
Réalisation : Pedro Almodóvar
Scénario : Pedro Almodóvar, d’après Alice Munro
Acteurs principaux : Emma Suárez, Adriana Ugarte, Daniel Grao, Dario Grandinetti
Pays d’origine : Espagne
Sortie : 18 mai 2016
Durée :
Distributeur : Pathé Distribution
Synopsis : Julieta s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antía la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours.
Julieta parle du destin, de la culpabilité, de la lutte d’une mère pour survivre à l’incertitude, et de ce mystère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie comme s’ils n’avaient jamais existé.