Une fantastique semaine de cinéma dont les évènements majeurs seront, selon nous, l’impressionnant THE ASSASSIN que nous avions découverts à Cannes 2015, et la ressortie en version restaurée de 9 films d’Akira Kurosawa – que nous avions également découvert au festival Lumière 2015.

Il y aura également le teen-movie-dystopique , deux films dont l’actrice est nommée à l’oscar : avec Brie Larson et Brooklyn avec Saoirse Ronan, le Will Smith annuel : , Dieu Merci ! ou le nouveau Dominik Moll : . Il y aura aussi des « petits » films que nous soutenons, tels .

Excellente semaine de cinéma à tous !

 

, de Hou Hsiao-Hsien


9 mars 2016 - The assassin
+ CRITIQUE
+ Les Rencontres du Cinéma Taïwanais : critiques des films en sélection

Titre original : Nie yin niang
Réalisation : Hou Hsiao-Hsien
Scénario : Hou Hsiao-Hsien
Acteurs principaux : Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou
Pays d’origine : Taïwan
Sortie : 
Durée : 1h45min
Distributeur : Ad Vitam
Synopsis : Chine, IX siècle. Nie Yinniang revient dans sa famille après de longues années d’exil. Son éducation a été confiée à une nonne qui l’a initiée dans le plus grand secret aux arts martiaux. Véritable justicière, sa mission est d’éliminer les tyrans. Alors que Nie Yinniang a pour mission de tuer son cousin, elle lui révèle son identité en lui abandonnant le morceau jade. Elle va devoir choisir : sacrifier l’homme qu’elle aime ou rompre pour toujours avec « l’ordre des Assassins ».

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=0ZD711IkW1g

Georgeslechameau @georgeslechamea – [usr 4]
Un monument cinématographique, aussi inaccessible
et radical, qu’exceptionnel LA CRITIQUE

melany @Melany2006 – [usr 2.5]
est esthétiquement sublime
mais manque de rythme et d’un vrai scénario !

The assassin

 

ROOM, de Lenny Abrahamson


9 mars 2016 - Room
+ Oscars 2016 : les nominés

Titre original : ROOM
Réalisation : Lenny Abrahamson
Scénario : Emma Donoghue
Acteurs principaux : Brie Larson, Jacob Tremblay, Joan Allen
Pays d’origine : Canada, Irlande
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h58min
Distributeur : Universal Pictures International France
Synopsis : Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé.

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=0ZD711IkW1g

Georgeslechameau @georgeslechamea – [usr 3.5]
L’excellente performance de Brie Larson est toutefois indissociable
des autres qualités du film : psychologie, subtilité, intelligence

melany @Melany2006 – [usr 3.5]
L’histoire racontée émeut profondément et l’interprétation des 2 acteurs,
tout en sobriété, est magistrale. nous marque intensément.

room

 

SEUL CONTRE TOUS, de Peter Landesman


9 mars 2016 - Seul contre tous

Titre original : Concussion
Réalisation : Peter Landesman
Scénario : Peter Landesman, d’après Jeanne Marie Laskas
Acteurs principaux : Will Smith, Alec Baldwin, Gugu Mbatha-Raw
Pays d’origine : Angleterre, Australie, U.S.A.
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 2h03min
Distributeur : Sony Pictures Releasing France
Synopsis : Le Dr Bennet Omalu, un neuropathologiste de médecine légale, a mené un combat digne de David contre Goliath : il fut le premier à découvrir l’encéphalopathie traumatique chronique, une affection cérébrale liée à la pratique du sport chez les joueurs professionnels, et s’est démené pour révéler son existence contre ceux que cela gênait. La croisade d’Omalu l’opposa dangereusement à l’une des institutions les plus puissantes du monde…

+ TRAILER : http://www.leblogducinema.com/news/trailers-vovf-de-concussion-avec-will-smith-78379/

 

 

, de John Crowley et Paul Tsan


9 mars 2016 - Brooklyn
+ CRITIQUE
+ Oscars 2016 : les nominés

Titre original : BROOKLYN
Réalisation : John Crowley, Paul Tsan
Scénario : Nick Hornby, d’après Colm Tóibín
Acteurs principaux : Saoirse Ronan, Domhnall Gleeson, Emory Cohen
Pays d’origine : Canada, Irlande, Angleterre
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h53min
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Synopsis : Dans les années 50, attirée par la promesse d’un avenir meilleur, la jeune Eilis Lacey quitte son Irlande natale et sa famille pour tenter sa chance de l’autre côté de l’Atlantique. À New York, sa rencontre avec un jeune homme lui fait vite oublier le mal du pays… Mais lorsque son passé vient troubler son nouveau bonheur, Eilis se retrouve écartelée entre deux pays… et entre deux hommes.

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=0ZD711IkW1g

Sylvie-Noëlle @sylvienoelle33 – [usr 3]
Un drame romantique, dont l’héroïne choisit avec courage et ambition
son destin dans l’Amérique des années 50 LA CRITIQUE

brooklyn 7

 

DIVERGENTE 3, de Robert Schwentke


9 mars 2016 - Divergente 3
+ CRITIQUE
+ DIVERGENTE : critique
+ DIVERGENTE 2 : critique
+ Divergente, ou l’occasion d’identifier un certain opportunisme

Titre original : The Divergent Series: Allegiant
Réalisation : Robert Schwentke
Scénario : Noah Oppenheim, Adam Cooper, Bill Collage, Stephen Chbosky, d’après Veronica Roth
Acteurs principaux : Shailene Woodley, Theo James, Ansel Elgort
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h30min
Distributeur : SND
Synopsis : Sous le choc, Tris et Quatre doivent fuir et franchir le mur encerclant Chicago. Pour la première fois, ils quittent la seule ville et famille qu’ils aient connues. Mais au delà du mur se trouve un monde hostile qu’ils vont devoir affronter. Tris et Quatre doivent rapidement déterminer en qui ils peuvent avoir confiance alors qu’une bataille menaçant l’humanité toute entière est sur le point d’éclater…

+ TRAILER : http://www.leblogducinema.com/news/trailer-de-divergente-3-au-dela-du-mur-79244/

Pierre @PSiclier [usr 1,5]
On apprécie au moins de  qu’il soit plus simple, plus direct
et qu’il annonce la fin proche d’une saga qui restera sans intérêt
LA CRITIQUE

photo DIVERGENTE 3

 

DIEUMERCI, de Lucien Jean-Baptiste


9 mars 2016 - Dieu Merci7
+ CRITIQUE

Titre original : DIEUMERCI
Réalisation : Lucien Jean-Baptiste
Scénario : Lucien Jean-Baptiste
Acteurs principaux : Lucien Jean-Baptiste, Baptiste Lecaplain, Delphine Théodore
Pays d’origine : France
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h35min
Distributeur : Wild Bunch Distribution
Synopsis : A sa sortie de prison, Dieumerci, 44 ans, décide de changer de vie et de suivre son rêve : devenir comédien. Pour y arriver, il s’inscrit à des cours de théâtre qu’il finance par des missions d’intérim. Mais il n’est pas au bout de ses peines. Son binôme Clément, 22 ans, lui est opposé en tout. Dieumerci va devoir composer avec ce petit « emmerdeur ». Il l’accueille dans sa vie précaire faite d’une modeste chambre d’hôtel et de chantiers. Au fil des galères et des répétitions, nos deux héros vont apprendre à se connaître et s’épauler pour tenter d’atteindre l’inaccessible étoile.

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=0ZD711IkW1g

Sylvie-Noëlle @sylvienoelle33 [usr 3]
est une comédie douce-amère touchante qui laisse
un sourire aux lèvres et donne du baume au cœur LA CRITIQUE

photo DIEU MERCI !

DES NOUVELLES DE LA PLANÈTE MARS, de Dominik Moll


9 mars 2016 - Des nouvelles de la planète Mars
+ CRITIQUE

Titre original : DES NOUVELLES DE LA PLANÈTE MARS
Réalisation : Dominik Moll
Scénario : Dominik Moll, Gilles Marchand
Acteurs principaux : François Damiens, Vincent Macaigne,
Pays d’origine : France, Belgique
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h30min
Distributeur : Diaphana Distribution
Synopsis : Philippe Mars, ingénieur informaticien divorcé, essaye tant bien que mal de mener une vie tranquille, entre un fils collégien devenu subitement végétarien, une fille lycéenne obsédée par la réussite, une soeur artiste peintre aux oeuvres terriblement impudiques et une ex-femme qui bosse à la télé… L’irruption accidentelle de Jérôme, un collègue légèrement perturbé, achève de transformer son existence en chaos. Mais dans un monde qui a perdu la raison, la folie est-elle vraiment si mauvaise conseillère ?

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=0ZD711IkW1g

Stephanie @StephanieAyache [usr 2]
Sur fond de questions existentielles très usitées Moll livre une
pseudo-comédie aussi singulière qu’ennuyeuse
LA CRITIQUE

DES NOUVELLES DE LA PLANETE MARS_Photo 1 ∏Michaâl Crotto

ALIAS MARIA, de José Luis Rugeles


000588

Titre original : ALIAS MARIA
Réalisation : José Luis Rugeles
Scénario : Diego Vivanco
Acteurs principaux : Karen Torres, Carlos Clavijo, Erik Ruiz
Pays d’origine : Colombie, Argentine, France
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h32min
Distributeur : Sophie Dulac Distribution
Synopsis : La jungle colombienne de nos jours. Maria 13 ans, enfant-soldat, a grandi dans la jungle avec la guérilla. Lorsque Maria se rend compte qu’elle est enceinte, elle comprend vite que pour garder son enfant, elle doit cacher sa grossesse. Un jour, le commandant du camp confie à Maria son nouveau-né, et lui demande de le convoyer vers une ville voisine.

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=ExvmwVHj1z8

C’EST L’AMOUR, de Paul Vecchiali


Affiche du film C'EST L'AMOUR

Titre original : C’est l’Amour
Réalisation : Paul Vecchiali
Scénario : Paul Vecchiali
Acteurs principaux : Astrid Adverbe , Pascal Cervo, Julien Lucq, Frédéric Karakozian
Pays d’origine : France
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h32min
Distributeur : Shellac
Synopsis : Odile soupçonne Jean, son mari, de la tromper. Elle décide de lui rendre la pareille et accomplit sa vengeance dans les bras de Daniel, qui, lui, partage la vie d’Albert. Un amour irrépressible naît entre Odile et Daniel : il aura des conséquences inattendues. Aux dépens de Jean comme d’Albert.

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=KaooOe5ryk8

 

SOLANGE ET LES VIVANTS, de Ina Mihalache


9 mars 2016 - Solange et les vivants

Titre original : SOLANGE ET LES VIVANTS
Réalisation : Ina Mihalache
Scénario : Ina Mihalache
Acteurs principaux : Ina Mihalache, Pierre Siankowski, Francis Van Litsenborgh
Pays d’origine : France
Sortie : 9 mars 2016
Durée : 1h07min
Distributeur : Wide
Synopsis : Un jour que Solange est à étudier les moutons de poussières de son appartement, on sonne. Un livreur prétend détenir un colis à son attention. Pourtant Solange est formelle : c’est impossible. Le malentendu s’intensifiant, Solange s’écroule. Lorsqu’un médecin suggère que quelqu’un veille sur elle pour la nuit, son propriétaire se dévoue. Mais rappelé à ses activités, il décide de recruter un nouveau veilleur… Une véritable chaîne humaine va alors se mettre en place pour ne plus laisser Solange à son isolement, car il semble bien que cette thérapie relationnelle lui soit bénéfique…

+ TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=0ZD711IkW1g

 

9 films d’AKIRA KUROSAWA ressortent en version restaurée !

QUI MARCHE SUR LA QUEUE DU TIGRE… (1945)

Qui marche sur la queue du Tigre.. (3)

Titre original : Tora no o wo fumu otokotachi
Réalisation :
Scénario : Akira Kurosawa, d’après la pièce Kanjinchō
Acteurs principaux : Takashi Shimura, Kenichi Enomoto, Masayuki Mori
Pays d’origine : Japon
Sortie: 1945
Durée : 59min
Distributeur : –
Synopsis : Un seigneur en fuite, ses gardes du corps et disciples, tout déguisé en moine, doivent traverser une forêt, dans laquelle ils doivent éviter d’être capturer et amadouer les gardes-frontières.

QUI MARCHE SUR LA QUEUE DU TIGRE… quatrième film d’Akira Kurosawa, porte en lui l’autre versant du réalisateur: celui tourné vers le divertissement et l’allégorie.

Les personnages qui le composent sont par conséquent embryonnaires de ceux des films suivants. Du comic-relief faisant lien entre personnels et global, au maître à protéger coûte que coûte, en passant par les guerriers aguerris qui n’utiliseront jamais la force pour atteindre leurs objectifs; tout cela rappelle entre autres, La Forteresse Cachée. Le contexte de production particulier (peu de moyens, 3e film d’un jeune réalisateur, contexte de guerre) s’accorde ainsi parfaitement avec le corps du film: une histoire de ruse et d’intelligence structuré par le dialogue et les interprétations (acteurs & personnages).

Malgré l’indéniable talent de Kurosawa pour filmer les décors naturels, QUI MARCHE SUR LA QUEUE DU TIGRE… se suit sans déplaisir ni passion. En cause, le manque d’épaisseur et d’enjeux du scénario, traduit à l’écran par un récit convergeant vers un semi climax très attendu. Il y a cependant dans ce climax, une scène très controversée: celle où l’on voit SPOIL [spoiler mode= »inline »]le seigneur Yoshitsune se faire rosser par son garde du corps, et ainsi tromper la vigilance des gardes-frontières, ceux-ci pensant qu’il n’est qu’un vulgaire porteur.[/spoiler]

Cette scène, partie intégrante de la pièce de théâtre d’origine Kanjinchō (1840), n’était absolument pas source de litiges dans la culture japonaise. Au contraire, elle exprime le paroxysme de la loyauté, via la transgression d’un code d’honneur et du sacrifice personnel qu’il exige. Un symbole très fort d’un patriotisme purement Japonais ramené à des enjeux intimes qui ne fut pas du gout de l’occupation américaine d’après guerre; le film fut ainsi censuré, jusqu’à 1952.
Une autre facette du cinéma d’Akira Kurosawa est donc déjà perceptible dans QUI MARCHE SUR LA QUEUE DU TIGRE…: l’allégorie d’un certain Japon et de ses valeurs antédiluviennes, entrant en conflit avec un capitalisme « récemment » implanté de force dans le pays.

Qui marche sur la queue du Tigre.. (1)

JE NE REGRETTE RIEN DE MA JEUNESSE (1946)

Je_ne_regrette_pas_ma_jeunesse

Titre original : Waga seishun ni kuinashi
Réalisation : Akira Kurosawa
Scénario : Keiji Matsuzaki, Akira Kurosawa, Eijiro Hisaita
Acteurs principaux : Setsuko Hara, Haruo Tanaka, Haruko Sugimura
Pays d’origine : Japon
Année de production : 1946
Durée : 1h50min
Distributeur : –
Synopsis : En 1933, le professeur Yagihara est démis de ses fonctions à l’université de Kyoto par le régime militariste. Sa fille Yukie s’éprend d’un activiste antigouvernemental, Noge, qui sera arrêté puis torturé à mort. En 1945, alors que le professeur réintègre l’université, sa fille décide de vivre à la campagne, auprès des parents de Noge.

L

e premier véritable chef d’œuvre d’Akira Kurosawa est ce JE NE REGRETTE RIEN DE MA JEUNESSE, après Le Plus dignement (film de propagande cachant les obsessions humanistes de l’auteur) et Qui marche sur la queue du tigre… (ersatz du divertissement intelligent made in Kurosawa). On y voit cette thématique récurrente dans l’œuvre du maître, où l’on observe comment les parcours individuels interagissent avec la grande Histoire du Japon.

Le pitch : En 1933, Noge, Yukie et Itokawa sont étudiants à l’université de Kyoto. Engagés contre la liberté d’expression face à l’invasion de la Mandchourie, ils assisteront à la violente réprimande militaire contre ce mouvement. Si Yukie, encore frivole, y est relativement indifférente, Itowaka cherche à faire profil bas. D’autres encore comme Noge furent carrément emprisonnés pour leur activisme, bien que celui-ci soit finalement en faveur d’un certain pacifisme. En parallèle, les deux hommes courtisent la jeune femme, chacun à leur manière.

On observera donc, dans JE NE REGRETTE RIEN DE MA JEUNESSE, comment l’état sentimental des protagonistes se calque plus ou moins sur l’humeur politique du pays. Ainsi, de nombreux climax concluront les étapes de vies des protagonistes. Ces climax prennent la forme de petites conversations cruelles mais remplies de sens, déclarées à tour de rôle par orgueil et/ou amour. Le récit évoluera ainsi d’un classique triangle amoureux entre Noge, Yukie et Itokawa, vers des destins assez tragiques – chacun d’une façon très distincte ; on retiendra surtout celui de la belle Yukie/Setsuko Hara, qui en tant qu’objet des attentions, concentre aussi toutes sortes d’évolutions, tant dans le drame que dans sa personnalité.

tv_fullscreen_jeneregrettw0104016_c44f0

YOJIMBO – LE GARDE DU CORPS (1961)

Yojimbo

Titre original : Yojimbo
Réalisation : Akira Kurosawa
Scénario : Akira Kurosawa, Ryuzo Kikushima
Acteurs principaux : Toshirô Mifune, Tatsuya Nakadai, Yoko Tsukasa
Pays d’origine : Japon
Sortie: 1961
Durée : 1h50min
Distributeur : –
Synopsis : Au milieu du XIXe siecle le samourai Sanjuro loue ses services a une des bandes qui regnent sur un village au détriment des villageois. Voyant qu’on veut se debarrasser de lui apres qu’il eut accompli la salle besogne, Sanjuro va decimer les deux bandes qui se dechirent le village.

Avec YOJIMBO, Akira Kurosawa balance une petite bombe dans le genre du film de sabre en faisant de son héros un personnage opportuniste et manipulateur, dont la ligne morale n’est pas dictée par les habituels codes d’honneur et de loyauté, mais plutôt par son appréciation très personnelle des choses. Un héros évoluant en dehors de tout manichéisme, pour qui les notions de vie ou de mort riment avec la question : « quel intérêt ? ».

Toshiro Mifune, décidément l’homme le plus classe du monde, interprète le fameux Yojimbo.
Celui-ci se retrouve ainsi par pur hasard dans un minuscule village ravagé par une guerre sanglante entre deux clans. Après une phase d’observation de l’organisation de ce microcosme (bordel, tripot, « entreprises » locales) et des métiers, habitudes et caractères de ses différents occupants (aubergiste dépité par la violence, menuisier reconverti en croque-mort, collecteur d’impôts à corrompre, têtes pensantes plus ou moins charismatiques et sous-fifres complètement cons), il vendra ses services au plus offrant tout en fomentant un plan d’éradication de la menace locale par la ruse, en les opposant patiemment l’un contre l’autre.

Ça vous rappelle quelque chose ? Normal.
Pour une poignée de Dollars de Sergio Leone, si génial soit-il, n’est « qu’une » relecture recontextualisée dans l’ouest américain, du langage cinématographique proposé par Kurosawa dans YOJIMBO.

[…]

Yojimbo (3)

Le Château de l’araignée
Entre le ciel et l’enfer
Dodes’ka-den
Vivre dans la peur
Les Salauds dorment en paix
Les Bas-Fonds

 

AUTRES SORTIES

Pseudonym de Thierry Sebban
Louis-Ferdinand Céline de Emmanuel Bourdieu
Lettres au Père Jacob de Klaus Härö
La Gueule du Loup de Jérôme Ségur
Suite Armoricaine de Pascale Breton
Little go girls de Eliane de Latour
Pursuit of Loneliness de Laurence Thrush
Leave to Remain de Bruce Goodison

9 mars 2016 -

Semaines précédentes

Sorties du mois

Semaines suivantes

Pour info, la notation de ☆☆☆☆ à ★★★★ n’est qu’un moyen d’indiquer et de comparer nos appréciations des films, à l’intérieur des sorties de la semaine et en fonction de l’appréciation des rédacteurs, et non par rapport aux autres films chroniqués sur le site.