La phase 1 du Marvel Cinematic Universe a commencé le 30 avril 2008 avec la sortie d’IRON MAN, et s’étale jusqu’au 25 avril 2012, avec la sortie d’AVENGERS.

Le MCU se propose de construire patiemment un univers dens et interactif dans lequel films, personnages et intrigues interagissent entre-eux.
La phase 1 présente ces personnages,
La phase 2 poursuit les intrigues (et introduit de nouveaux protagonistes comme Les Gardiens ou Ant-man)
La phase 3 devrait continuer à introduire de nouveaux supers, tout en proposant des intrigues inter-licences (Civil War par exemple, sera un conflit de grande ampleur entre Iron Man et Captain America)

Chaque phase se concluant par un film-anneau-qui-les-rassemble-tous-et-qui-déboîte : AVENGERS.
Enfin chaque phase… non. La phase 2 se conclura différemment, suite à des divergences d’opinions artistiques. (pour en savoir plus : voir ICI)

Voici donc, les films de la phase 1 :

Iron Man, de Jon Favreau (2008)

CRITIQUE

Titre original : Iron Man
Réalisation : Jon Favreau
Scénario : Arthur Marcum, Matt Holloway, Mark Fergus, Hawk Ostby, Art Marcum, D’après l’oeuvre de Stan Lee, Jack Kirby, Larry Lieber, Don Heck
Acteurs principaux : Robert Downey Jr., Terrence Howard, Gwyneth Paltrow
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 30 avril 2008
Durée : 2h5min
Distributeur : SND
Synopsis : Tony Stark, inventeur de génie, vendeur d’armes et playboy milliardaire, est kidnappé en Aghanistan. Forcé par ses ravisseurs de fabriquer une arme redoutable, il construit en secret une armure high-tech révolutionnaire qu’il utilise pour s’échapper…

Avec Iron Man il y a la volonté de frapper fort d’entrée tout en gardant une certaine simplicité. Juste ce qu’il faut de combats, des scènes d’actions bien réalisées et un visuel impeccable. Une bonne dose d’humour et d’ironie grâce à un Tony Stark antipathique et imbu de lui-même que Robert Downey Jr parvient à rendre touchant. Mais surtout il y a un contexte géopolitique abordé avec intelligence par Jon Favreau, qui place Iron Man au-delà du film d’action basique façon Transformers, sorti moins d’un an auparavant, et qui n’offrait, lui, qu’un bon divertissement.

author-twitter@PSiclier

18920664

Jon Favreau ouvre le bal et son IRON MAN frappe fort grâce à Robert Downey Jr totalement impliqué dans son rôle. Du pur divertissement dans la tradition.

author-twitter@TowerProd

18792515

Le IRON MAN interprété par Robert Downey Jr a ouvert la porte de belle manière au MCU : humour, action et respect du matériel d’origine en font un exemple de blockbuster efficace et bien pensé.

author-twitter@nounours1005

18887911

Le premier film du MCU est un exemple d’introduction réussie !
L’installation du mythe est patiente, se fait autant via l’acteur (Robert Downey Jr, génial, EST Tony Stark plus qu’il ne l’interprète) que via le story-telling.
Malheureusement, la mise-en-scène un poil trop classique peine à donner une véritable ampleur à toute action. On pense ici, a la trilogie Spider-Man de Sam Raimi, fraîchement terminée (2007) qui avait mis la barre très haut sur ce niveau.

author-twitter@Georgeslechamea

18920648

Iron Man est au milieu des derniers Batman, Spiderman, X-Men ou Hulk (cette famille de film d’auteur à gros budgets) et les abominations telles Daredevil ou Ghost Rider. En clair, on en redemande !

LIRE SA CRITIQUE

18920664

 

L’Incroyable Hulk, de Louis Letterier (2008)


2008-incredible_hulk-1

Titre original : The Incredible Hulk
Réalisation : Louis Leterrier
Scénario : Zak Penn, Edward Norton, Louis Leterrier
Acteurs principaux : Edward Norton, Liv Tyler, Tim Roth
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 23 juillet 2008
Durée : 1h52min
Distributeur : SND
Synopsis : Le scientifique Bruce Banner cherche désespérément un antidote aux radiations gamma qui ont créé Hulk. Il vit dans l’ombre, toujours amoureux de la belle Betty Ross et parcourt la planète à la recherche d’un remède…

Un film très décrié et souvent mis de côté mais qu’Edward Norton porte très bien selon moi. Il manque juste d’un méchant réellement charismatique et d’une réalisation un peu mieux maîtrisée.

author-twitter@nounours1005

The-Incredible-Hulk-HD-Wallpaper

Bon début par contre la fin est vraiment catastrophique. Pourquoi s’obstiner à vouloir faire affronter Hulk à un homologue toujours mal fait. Le côté fun et le montage vignette façon BD du HULK d’Ang Lee Manque.

author-twitter@TowerProd

l-incroyable-hulk-photo-544906889506c

Le film que tout le monde voulait oublier… Et pourtant, tout n’est pas à jeter dans L’INCROYABLE HULK.
À commencer par la (re)mise-en-place du Hulk, efficace, mais surtout respectueuse de l’autre désavoué, le Hulk d’Ang Lee.
Puis Ed Norton, charismatique, et enfin la dimension manga dantesque de l’affrontement final, en dépit du non-talent de metteur en scène de Letterrier (sa gestion de l’espace est calamiteuse).
Si L’INCROYABLE HULK ne fait au final, pas partie du MCU (acteurs, personnages, ou intrigues ne seront pas récurrents); il n’en reste pas moins un correct film de super-héros.

author-twitter@Georgeslechamea

LIncroyable-Hulk-Image-2

Iron Man 2, de Jon Favreau (2010)


19408942
CRITIQUE

Titre original : Iron Man 2
Réalisation : Jon Favreau
Scénario : Justin Theroux, D’après l’oeuvre de Stan Lee, Jack Kirby, Larry Lieber, Don Heck
Acteurs principaux : Robert Downey Jr, Gwyneth Paltrow, Mickey Rourke, Scarlett Johansson, Don Cheadle
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 28 avril 2010
Durée : 1h57min
Distributeur : Paramount Pictures France
Synopsis : Le monde sait désormais que l’inventeur milliardaire Tony Stark et le super-héros Iron Man ne font qu’un. Avec Pepper Potts et James « Rhodey » Rhodes à ses côtés, Tony va forger de nouvelles alliances et affronter de nouvelles forces toutes-puissantes…

(…) En fait, le film répond de manière très honnête au cahier des charges d’un film d’action. Les acteurs sont globalement à l’aise dans leurs rôles et la mise en scène est efficace.
Par contre, de manière inhérente au genre, il ne faut pas en demander plus qu’un bon divertissement. Pour les fans de comics en particulier, les apports « mythologiques » sont amusants et encourageants, notamment la dernière scène… Après le générique.

LIRE L’INTÉGRALITÉ DE SA CRITIQUE

author-twitter@nounours1005

Iron Man 2

Le deuxième IRON MAN à le mérite de rentrer immédiatement dans le vif du sujet !
L’antagoniste (Mickey Rourke) est intelligemment présenté en tant que tel, ce qui est intéressant par rapport à l’insupportable/orgueilleux/capitaliste/américain Tony Stark – Le scénario est signé Justin Theroux (Tonnerre sous les tropiques) ;
Le MCU est en outre véritablement envisagé dans ce deuxième épisode, avec l’introduction de la Veuve Noire (scarlett Johansson)!
Malgré tout, les scènes les plus dantesques tombent à plat, en dépit de leur longueur. Jon Favreau n’est PAS un action-man.

author-twitter@Georgeslechamea

iron_man_2_02

Après la très bonne surprise du premier opus, on a malheureusement vite fait de déchanter devant Iron Man 2. Le film se perd dans une intrigue trop complexe et devient très bavard sans jamais vraiment aboutir à quoi que ce soit. Les nouveaux personnages font figurations et ceux déjà présentés n’ont pas évolué depuis le précédent volet. L’ensemble n’offre ainsi que peu d’intensité dramatique et les confrontations entre Stark et ses ennemis ne sont qu’anecdotiques. Iron Man 2 n’est pas mauvais, il rentre simplement dans le rang. En somme rien de bien excitant.

author-twitter@PSiclier

Jx8Yk

IM2 a le mérite d’introduire le personnage de la Veuve Noire mais le plaisir s’arrête là. Le film divertit mais sans plus.

author-twitter@TowerProd

8449__scarlett-johansson-rocks-catsuit-iron-man-2

Thor, de Kenneth Branagh (2011)

thor-poster-intl-01
CRITIQUE

Titre original : Thor
Réalisation : Kenneth branagh
Scénario :  Zack Stentz, Don Payne, Ashley Edward Miller, D’après l’oeuvre de Stan Lee, Jack Kirby, Larry Lieber
Acteurs principaux : Chris Hemsworth, Natalie Portman, Anthony Hopkins
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 27 avril 2011
Durée : 1h54min
Distributeur : Paramount Pictures France
Synopsis : Au royaume d’Asgard, Thor est un guerrier aussi puissant qu’arrogant dont les actes téméraires déclenchent une guerre ancestrale. Banni et envoyé sur Terre, par son père Odin, il est condamné à vivre parmi les humains. Mais lorsque les forces du mal de son royaume s’apprêtent à se déchaîner sur la Terre, Thor va apprendre à se comporter en véritable héros…

Le gros plus de THOR est d’aller chercher le dépaysement dans la mythologie intergalactique !
L’occasion, pour le shakespearien Kenneth Branagh de se lâcher sur les intrigues à base de filiation, ou de trahison (et sur le kitsch aussi)
Malheureusement, là encore, Kenneth n’est pas Spielberg et peine à donner aux scènes d’action une consistance digne des super-pouvoirs du DIEU DU TONNERRE. Le spectacle reste toutefois, largement à la hauteur!
Chris Hemsworth y est pour beaucoup, composant un autre personnage à l’égo démesuré, dont la nature de Dieu est confrontée à la « simplicité » de l’Homme (enfin surtout à celle de Natalie Portman).

author-twitter@Georgeslechamea

thor-de-kenneth-branagh-anthony-hopkins-chris-hemsworth-et-tom-6219638lqtog

Avec Kenneth Branagh aux commandes, Thor tente de surprendre par un récit shakespearien. Une histoire de famille royale et de trahisons malheureusement assez réductrice et mince. Le film pêche donc sur son scénario simpliste, mais se rattrape par l’univers qui l’entoure. Il y a d’abord le traitement des différents mondes auxquels les scènes de combats s’adaptent efficacement. D’un côté le Nouveau-Mexique, quasi désertique filmé de manière relativement sobre. De l’autre Asgard, grandiose et tout en couleur. Puis l’utilisation des personnages secondaires que chaque acteur surélèvent (Natalie Portman toujours juste, Tom Hiddleston fascinant et Kat Dennings hilarante). Pas étonnant d’ailleurs de les retrouver pour la plupart au cœur d’Avengers.

author-twitter@PSiclier

19719796.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Vraiment du mal avec l’univers de Thor pourtant la réalisation et les conflits du royaume d’Asgard avait tout pour correspondre au cinéma de Kenneth Branagh. Petite déception.

author-twitter@TowerProd

SNEAKS *******SUNDAY CALENDAR STORY FOR MAY 1, 2011. DO NOT USE PRIOR TO PUBLICATION********** Thor (Chris Hemsworth) in the movie THOR, from Paramount Pictures and Marvel Entertainment. Photo credit: Zade Rosenthal / Marvel Studios

Drôle mais souvent à ses dépends, le premier opus des aventures de Thor a au fil des années perdu de plus en plus à mes yeux et se révèle juste une sympathique introduction au personnage de Loki au sein d’un film médiocre.

SA CRITIQUE de 2011 :
(…)Globalement Thor n’est pas le meilleur des films de super-héros qui ont pu exister mais les principaux écueils que l’adaptation d’un tel personnage (puissant, shakespearien et hautain) dans un film d’action en 2011 ont pu être balayés par des choix assez humoristiques et “tout public”. On retrouve un peu le ton d’un Iron Man (de toute façon très lié avec la présence du SHIELD) avec la puissance d’un dieu en plus (…)

author-twitter@nounours1005

thor-de-kenneth-branagh-anthony-hopkins-chris-hemsworth-et-tom-6219638lqtog

Captain America: First Avenger, de Joe Johnston (2011)

captain America
CRITIQUE

Titre original : Captain America: The First Avenger
Réalisation : Joe Johnston
Scénario : Christopher Markus, Stephen McFeely
Acteurs principaux : Chris Evans, Tommy Lee Jones, Hugo Weaving, Hayley Atwell, Sebastian Stan
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 17 août 2011
Durée : 2h3min
Distributeur : Paramount Pictures France
Synopsis : Captain America: First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation HYDRA dirigée par le redoutable Red Skull.

(…) Le parti-pris scénaristique de le présenter sur le film complet à travers son époque d’origine (la seconde guerre mondiale) est intelligent, humanise beaucoup le personnage et surtout permet au film de se construire une identité propre par rapport aux autres films de super-héros sortis précédemment. (…)
LIRE L’INTÉGRALITÉ DE SA CRITIQUE

author-twitter@nounours1005

captain-america-first-avenger-captain-america-the-first-avenger-captain-a-12-g

Syndrome typique de la « phase 1 »: il y a toujours un manque de finition. Cette fois, c’est le story-telling qui coince. Car si les scènes d’action sont bien shootées, l’empathie ne perce pas, et l’on ne ressent rien à leur vision. On s’ennuie, et c’est peut-être même plus grave que pour les quatre films précédents, surtout en regard du passionnant synopsis: Steve Rogers / Captain America est à mon sens le personnage le plus complexe/cohérent du MCU; son caractère effacé et son manque de charisme allant de pair avec sa fonction première, d’objet. Crée de toutes pièces, propagandaire, militaire.

author-twitter@Georgeslechamea

19589918.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Tout comme Thor, Captain America se différencie des autres films par le lieux et l’époque dans lesquels il se déroule (mythologie nordique et l’espace pour Thor, durant la Seconde Guerre Mondiale pour Captain America). Si le film fonctionne bien dans la mise en place des personnages, aussi bien Steve Rogers et son parcours pour devenir le héros de la nation, que la belle, mais pas que, Peggy Carter (la série Agent Carter lui sera d’ailleurs consacrée), le reste perd vite en intérêt. Visuellement loin d’être irréprochable, Captain America nous dévoile une intrigue qui semble déjà vu (Hellboy) et une mise en scène qui varie de l’ennuie au limite ridicule.

author-twitter@PSiclier

Captain America: The First Avenger

L’adaptation est plutôt réussie dans son ensemble surtout par la présence de Chris Evans. Mais la réalisation manque d’ambition et on a vu tellement mieux dans l’adaptation d’Hellboy qui présente des similitudes dans le scénario par le conflit de la guerre WW2.

author-twitter@TowerProd

The-Red-Skull-Captain-America-2

 

Avengers, de Joss Whedon (2012)

avengers-movie-poster-1
CRITIQUE

Titre original : The Avengers
Réalisation : Joss Whedon
Scénario : Christopher Markus, Stephen McFeely
Acteurs principaux : Robert Downey Jr, Chris Evans, Chris Hemsworth, Jeremy Renner Scarlett Johansson, Mark Ruffalo, Tom Hiddelston, Samuel L. Jackson
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 25 avril 2012
Durée : 2h22min
Distributeur : The Walt Disney Company France
Synopsis : Captain America: First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation HYDRA dirigée par le redoutable Red Skull.

Tout bonnement un plaisir incomparable. Avec certes des défauts (de réalisation ou de jeu d’acteur) mais avec un mélange de « waouh-effect » et de plaisir de gamins sans faille, AVENGERS est un très bon blockbuster super-héroïque, sans doute même un modèle pour le genre.

LIRE SA CRITIQUE

author-twitter@nounours1005

Hulk-The-Avengers-movie-image

Marvel fait le bon choix en faisant appel à Joss Whedon, qui réunit sensibilité, story-telling et talent de réalisation. Il a prouvé avec ses séries Buffy ou Firefly, qu’il savait gérer une mythologie, l’élever voir la transcender, et c’est exactement ce qu’il fait avec l’ensemble de la phase 1 via ce génial AVENGERS.
Soit un film récompense, qui fait converger intelligemment les personnages tout en proposant un divertissement sans failles. Le plus Whedon: L’HUMOUR ! (hulk)

author-twitter@Georgeslechamea

06.-avengers-joss-whedon-2012

En réunissant tous ces super-héros déjà présentés dans les précédents films Marvel, Avengers évite l’habituelle mise en place lente de son l’intrigue. Le ton est donné immédiatement pour aller à l’essentiel. Pas de héros torturés et trop complexes. Ces derniers sont là pour nous en mettre plein les yeux. Avengers impose un esprit comique efficace et jamais lourd, une image parfaite et de l’action suffisamment rythmée pour faire oublier les quelque facilités scénaristiques. Un divertissement assumé et bien fait.

author-twitter@PSiclier

Avengers-photo-Joss-Whedon-Robert-Downey-Jr.

 

Première réunion, premier succès aux BO international. Par contre le Hulk est trop effacé et c’est dommage car c’est lui qui assure vraiment le spectacle. Il manque un petit truc pour en faire un film vraiment spectaculaire car finalement chacun essaye à son tour d’avoir le dessus sur l’autre et ainsi se positionner en chef de clan. La 3D est à éviter.

author-twitter@TowerProd

The_Avengers_2012_1080p_Blu_Ray_DTS_x264_3_Li_01_5

sommaire

Le MCU : présentation
Les super-héros avant le MCU
– Les autres super-héros, notamment DC Comics

Phase 1
Phase 2
Phase 3
– Critique du MCU
Critique d’ANT-MAN
– le RAS-LE-BOL Marvel