Après dix jours de Festival, la 69e édition de la Mostra du Cinema de Venise s’est achevée par la remise des prix.

Le Lion d’Or, la récompense ultime, revient au Sud-Coréen Kim Ki-duk pour son film Pieta. Grande déception pour Paul Thomas Anderson qui partait favori. Le président du jury, Michael Mann, a répondu aux rumeurs et révèle que les jurés avaient en premier lieu choisi de décerner ce prix à The Master. Il a annoncé que, selon le règlement, « un film peut remporter un prix d’interprétation et une autre récompense, mais pas le Lion d’or ». Or, il était impossible de ne pas attribuer le prix d’interprétation aux deux acteurs principaux de The Master, Joaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman. Un choix a donc du être fait. Paul Thomas Anderson a tout de même reçu un prix, le Lion d’argent du Meilleur réalisateur.

Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk qui a remporté le Lion d'Or.
Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk qui a remporté le Lion d’Or.

Parmi les autres lauréats, la Coupe Volpi de la meilleure actrice revient à Hadas Yaron pour Lemale Et Ha’Chalal (Fill the Void), tandis que le Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir féminin ou masculin a été remis à Fabrizio Falco, pour ses rôles dans E stato il figlio de Daniele Cipri et La Belle au Bois Dormant de Marco Bellocchio. Le film autrichien, Paradies – Glaube de Ulrich Seidl a reçu le prix spécial du jury. Les jurés entourant Michael Mann, la Française Laetitia Casta, l’Italien Matteo Garrone ou encore, l’Anglaise Samantha Morton ont remis le Prix Osella pour la meilleure contribution technique à l’Italien Daniele Cipri pour son film E stato il figlio.

Le réalisateur Michael Mann et les autres membres du jury.
Le réalisateur Michael Mann et les autres membres du jury.

La France, qui présentait cinq films en compétition, n’est pas rentrée les mains vides. Olivier Assayas a en effet remporté le Prix du meilleur scénario pour son long-métrage Après Mai.

Des critiques et une gaffe

Comme toujours, de nombreuses critiques ont été émises sur les résultats de la compétition. Des médias italiens reprochent notamment aux jurés de ne pas avoir suffisamment valorisé les films italiens, et particulièrement La Bella Addormentata (La Belle au Bois Dormant) de Marco Bellocchio, avec Isabelle Huppert, présenté comme un des favoris.

En outre, une gaffe commise pendant la remise des prix a entaché la crédibilité du jury. Le Lion d’argent du meilleur réalisateur a été remis à l’Autrichien Ulrich Seidl pour Paradis – Glaube, et celui du prix du jury à Paul Thomas Anderson pour The Master. Or, c’était l’inverse. L’actrice française et membre du jury Laetitia Casta, a remarqué l’erreur et rétabli la situation. Finalement, tout le monde a récupéré le prix qu’il devait recevoir et personne ne s’est vexé. Le journal italien le Corriere della Sera a réagi le plus vivement à cette bourde et l’a qualifiée de « lapsus impardonnable ».

En 2013, le Festival du Cinéma de Venise fêtera ses 70 ans. Nous avons hâte de voir ce que le directeur de la Mostra, Alberto Barbera préparera pour marquer cet anniversaire.

L'hôtel Excelsior dans lequel a lieu certains événements de la Mostra.
L’hôtel Excelsior dans lequel a lieu certains événements de la Mostra.

[news] Mostra de Venise 2012 : Kim Ki-duk remporte le Lion d’Or

0