© James Minchin III - USA Network

[CRITIQUE SÉRIE] DIG – SAISON 1

Mise en scène
6
Scénario
5
Casting
8
Photographie
7
Musique
5
Note lecteurs2 Notes
7.45
6.2

[dropcap size=small]T[/dropcap]

ombé quelque peu par hasard sur cette première saison de DIG, on n’en attendait pas grand chose même si, au premier abord, le milieu archéologique dans lequel elle évolue était séduisant. Malgré un personnage principal qui est – TVshow américain oblige – un agent du FBI, DIG ne se repose pas tant sur ça et les personnages secondaires ont une place importante dans le processus d’avancement de la quête ce qui rend le tout bien plus digeste, surtout grâce au petit syndrome Ned Stark désormais cher à tous les créateurs de séries. En parlant créateurs, on retrouve sur DIG un duo déjà célèbres : Tim Kring – le papa de Heroes – et Gideon Raff – celui d’Hatufim et de son adaptation brillante Homeland. On attend donc de DIG un certain niveau de narration.

Dans DIG, on suit l’enquête de notre ‘FBI agent’ Peter Connelly en poste à Jérusalem autour du meurtre d’une archéologue spécialiste de la ville Sainte, avec tout ce que ça englobe historiquement et religieusement : conspirations, sociétés secrètes, prophéties et autres Armageddons.

© USA Network
Jason Isaacs – Alison Sudol © USA Network

Il a fallu être vigilant aux créateurs de ne pas tomber dans le cliché et malheureusement, parfois, on y sombre. Surtout sur les sociétés secrètes. Sans mentir, parfois, on a vraiment l’impression que ces types sont une association loi 1901. Tout comme les ‘bad guys’, qui manquent cruellement de nuances et ne communiquent que par textos. Ils doivent être chez Sosh. Et puis aussi des gentils tellement gentils que ben, ils sont super sympas.

L’histoire est assez banale, comme souvent dans les récits qui traitent de religion mais qui veulent pas trop se mouiller – on est aux States ne l’oublions pas. DIG oppose des fous furieux bien organisés à des sains d’esprit bordéliques. Une armature narrative utilisée jusqu’à la moelle.

« DIG oppose des fous furieux bien organisés à des sains d’esprit bordéliques. Une armature narrative utilisée jusqu’à la moelle. »

Concernant le développement de l’intrigue, DIG est un diesel. Ça met un temps fou à démarrer et les moins persévérants auront abandonné au deuxième épisode sans doute à cause du drapeau «complot» agité maladroitement et sans façon originale. On craint en outre une résolution à la Lost, le toujours triste « ah mais en fait tout ça n’était qu’un rêve » qui devrait être, sinon interdit, du moins réglementé. Pourtant, à partir du milieu de la saison, DIG fait volte face et attise la curiosité. Grâce soit rendue – on l’a dit – aux personnages secondaires auxquels on s’attache volontiers (mention spéciale à Ori Pfeffer en flic israélien) et à Jason Isaacs qui campe un Peter Connelly très juste et, pour une fois, sympathique. La réa est propre, laissée aux mains d’un habitué – S.J. Clarkson – passé par Heroes, Dr House, Dexter et le très bien adapté Turn.

Le cadre de la série est par ailleurs sublime – merci Jérusalem – et participe à l’ambiance générale de façon merveilleuse. Temples, vieilles ruelles et catacombes offrent quelques moments de grâce et parviennent à tirer la résolution de cette première saison vers le haut.

Au final, on sent tout de même que les créateurs de DIG n’étaient pas sur de partir sur une saison 2 et que si la chaîne USA décide de la produire, ça risque d’être douloureux. Pas pour eux mais pour nous.

[divider]INFORMATIONS[/divider]

[column size=one_half position=first ]

© USA Network

[/column]
[column size=one_half position=last ]

Titre original : Dig
Réalisation : S.J. Clarkson
Scénario : Tim Kring, Gideon Raff
Acteurs principaux : Jason Isaacs, Ori Pfeffer, Anne Heche, Alison Sudol, David Costabile, Regina Taylor
Pays d’origine : États-Unis, Israël
Sortie : 2015
Durée : 60min
Distributeur :
Synopsis : Peter Connelly, un agent du FBI en fonction à Jérusalem, est en charge du meurtre d’une archéologue. Son enquête va le mener à mettre à jour une conspiration vieille de 2000 ans qui pourrait bien changer le cours de l’Histoire.

[/column]

[divider]BANDE-ANNONCE[/divider]

https://www.youtube.com/watch?v=MKYh8V0GFUA