© Philippe Warrin / Exilene Films / TF1

LE REMPLAÇANT : rapport d’incident – Critique

Avec ce téléfilm narrant les mésaventures d’un vacataire professeur de français, TF1 ne cherche même plus à éviter les écueils. Pire, la fiction semble désormais devenir un prétexte pour flatter les clichés et rassurer l’audience.

Des mois que les bandes-annonces sont diffusées à toute heure : Joey Starr sera le remplaçant, un professeur de lettres confronté à une classe de lycéens difficiles, en banlieue parisienne. Le postulat ainsi établi attise la curiosité et nous sommes tentés de croire que l’acteur va insuffler un souffle nouveau au sein d’une fiction ludique et engagée. Surtout, l’acteur s’est montré pertinent dans ses choix de carrière, surtout quand il s’agissait de se mettre au service de récits vecteurs d’obsessions sociétales (Polisse, Tout simplement noir). Il n’en sera rien ici.

En refusant toute crédibilité sous couvert de fable, LE REMPLAÇANT accumule, au mieux, les clichés, au pire bascule dans le grotesque. On y apprend que les lycéens aujourd’hui, dans un lycée pourtant huppé, insultent à tour de bras les enseignants. Ces derniers n’ont apparemment que deux possibilités : le renoncement, clamé par un Stéphane Guillon bien à l’aise dans la peau du prof dépité, ou la violence, celle dont fait preuve M. Valere, nouvellement affecté, à l’égard d’un élève tel qu’on en voit plus. Un triste constat initial qui, malheureusement, s’aggrave tout au long de ces deux heures, où l’on assiste, incrédule, à des cours où les élèves crient à travers le lycée, se jettent des ballons de basket en hurlant, ou échangent avec un professeur devenu subitement leur meilleur ami.

© Philippe Warrin / Exilene Films / TF1

On aimerait que Joey Starr se fasse le formateur des futurs enseignants : en deux séances, il parvient, sans forcer son talent et sans préparer le moindre cours, à instaurer son autorité. Le subterfuge fictionnel semble lui octroyer tous les droits. Ainsi, le néo-prof parvient sans formation aucune à transfigurer ses élèves, qui, soudainement, passent d’insultes proférées à l’égard de l’enseignant à un concours d’éloquence. Surtout, la surprise est de mise quand on constate les méthodes revendiquées par celui qui est présenté comme un modèle de vertu pour ses élèves, un père tourmenté. A l’ère du harcèlement, Joey Starr espionne ses élèves sur Instagram, s’amuse à les insulter, les rejoint à une fête, crie quand il a réussi un cours, et constate après quatre jours qu’il aurait besoin d’être en arrêt sans jamais avoir abordé un seul texte avec sa classe (!).

Les clichés font partie intégrante des fictions ancrées dans le domaine de l’éducation : de La vie scolaire à Esprits rebelles ou La journée de la jupe, ils traduisent par instant une certaine forme de réalité, dans laquelle il est possible de se reconnaître. Ce qui inquiète ici, c’est le détachement total avec toute forme de logique dans le but de baigner le spectateur dans les codes réconfortants de la sucess-story. Rien ne justifie la réussite de ces élèves, encore moins celle de l’enseignant. Les élèves sont dénués d’une quelconque humanité, passant leur temps à s’invectiver ou se filmer, avec pour seul recours face aux problématiques du quotidien une violence physique qui surprend. Rien d’étonnant pourtant : les sous-entendus teintés de machisme allégués par Joey Starr pour séduire la principale finissent par la conquérir et ses cours miracles vidés d’une quelconque forme de pédagogie conduisent le rectorat à le replacer sur son poste. Une réalité fictionnelle effarante, qui laisse pantois et amène à la réflexion. On espère que Joséphine Ange-gardien récupérera le prime time du lundi soir et que les 7 millions de téléspectateurs ne convaincront pas les producteurs à se lancer dans une suite.

Emeric

Votre avis ?

Note des lecteurs10 Notes
Titre original :Le Remplaçant • Réalisation : Nicolas Gacheteau • Scénario : Chloé Marçais, Joris Morio, Jean-André Yerlès • Acteurs principaux : Joey Starr, Barbara Schulz, Helena Noguerra, Stéphane Guillon• Date de sortie : 12 avril 2021 • Durée : 2x52min
1
Effarant
Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Nad
Nad
Invité.e
13 avril 2021 21 h 02 min

Pour un prof future prof de ciné, vous avez encore beau pup a apprendre sur les fictions. De plus, mes années lycées étaient exactement comme dans le téléfilm, insulte et prof de français qui fumé son cigare en classe en racontant sa life sans former qui que ce soit. Et c’était il y a 25 ans… J’ai trouvé ces élèves très juste. Peut-être que votre collège est encore un peu trop huppé…

Anonyme
Anonyme
Invité.e
14 avril 2021 17 h 56 min

Nul

Mamiprof
Mamiprof
Invité.e
15 avril 2021 8 h 59 min

Je trouve cette fiction très réaliste, tous les profs devraient se remettre en question, et voir si cette méthode archaïque actuelle, convient encore à nos enfants. J aimerai qu il y ait dans chaque lycée, un prof comme lui, qui essaie le dialogue, et surtout qui soit conscient du mal de vivre de certains de ses élèves. Donner cours et quitter la classe sans se retourner, n est plus de mise.
Nos enfants n accrochent plus à ce genre de cours passif.

Anonyme
Anonyme
Invité.e
15 avril 2021 9 h 09 min

Insignifiant….

Plus d'articles
IT’S A SIN éclaire avec brio l’épidémie de sida des années 80 – Critique
4
0
Un avis sur cet article ?x
()
x