Photo du film VENDREDI 13 CHAPITRE 2
Crédit : D. R.

VENDREDI 13 – CHAPITRE 2 : LE TUEUR DU VENDREDI, naissance d’un mythe – Critique

Lily Rédactrice

Cet article a pu être réalisé grâce à notre partenaire Ciné+. Son contenu est indépendant et conçu par la rédaction.

Longue de douze films, la saga Vendredi 13 n’est réellement née qu’à partir de son deuxième chapitre. C’est en effet ici que le tueur Jason Voorhees prend effectivement vie, en même temps que toute une mythologie.

Dans le premier volet de la saga Vendredi 13, ce n’est point Jason Voorhees qui assassine à tour de bras les animateurs du camp de vacances Crystal Lake, mais son auguste mère, Pamela. En réalité, le rejeton n’apparaît supposément qu’en toute fin de métrage, happant la final girl dans une barque pour l’entraîner au fond du lac… Ou était-ce un simple cauchemar ?

Photo du film VENDREDI 13 CHAPITRE 2
Crédit : D. R.

Le début d’une longue saga

Tourné avec les moyens du bord, improvisé presque scène par scène, Vendredi 13 premier du nom fait partie de ces films d’exploitation à faible budget produits pour capitaliser sur un succès récent – Halloween la nuit des masques, en l’occurrence. Or, ce petit film enregistra de tels records au box-office qu’il devint aussitôt l’un des métrages les plus rentables de l’histoire du cinéma.

En toute logique, les studios s’empressèrent de mettre une suite en chantier pour exploiter la poule aux œufs d’or avant que le phénomène ne s’essouffle. On vit alors sortir en salles VENDREDI 13 CHAPITRE 2 : LE TUEUR DU VENDREDI, tout juste un an après la sortie du premier film en 1981. Et c’est ce second opus qui voit enfin naître Jason Voorhees à l’écran.

Photo du film VENDREDI 13 CHAPITRE 2
Crédit : D. R.

Introducing Jason Voorhees

Se crée dès lors une mythologie. Tel un Michael Myers, Jason instaure sa légende. Sanguinaire et sans pitié, il embrasse toutes les caractéristiques du tueur de slasher : parfaitement increvable, d’une force herculéenne, doté d’un formidable instinct de chasseur silencieux. Pas encore affublé de son célèbre masque de hockey, Jason porte, dans cet épisode, un sac à patates percé d’un trou sur la tête.

Plus écrit et moins brouillon que son prédécesseur, VENDREDI 13 CHAPITRE 2 participe à créer les standards d’un certain cinéma d’exploitation. La saga initie même un sous-genre à part entière, le slasher de camp de vacances, dont les itérations – de Carnage en 1981 à Fear Street plus récemment – sont éminemment nombreuses.

Photo du film VENDREDI 13 CHAPITRE 2
Crédit : D. R.

Un spectacle grandiose

Toutefois, ne lui prêtons pas d’intentions qu’il n’aurait pas. VENDREDI 13 CHAPITRE 2 est loin de briller par sa réalisation ou par son jeu d’acteur, effectivement très oubliable. Sachons raison garder : il s’agit d’un film de série B somme toute assez standard, qui réunit tous les éléments attendus à son évocation. Des sursauts, du sang, du fun et du macabre. Or, il le fait bien. Et même particulièrement bien.

À n’en point douter, l’équipe prend un plaisir fou à mener son film et Tom Savini aux effets spéciaux nous régale d’effusions sanglantes. Parmi les plus iconiques, on pense à ce couple embroché d’un coup de lance, à ce gamin tranché en deux et à cet handicapé, qui dévale les marches du bungalow en fauteuil, une machette plantée dans le crâne. C’est gore, graphique, grotesque… En un mot : grandiose.

Photo du film VENDREDI 13 CHAPITRE 2
Crédit : D. R.

Référence du genre

Dès ce chapitre 2, la saga Vendredi 13 poursuit et instaure une grammaire propre. Au-delà de son concept de slasher constitué de jeunes adultes ultra-stéréotypés et d’autant de façon de les voir se faire massacrer, il crée une atmosphère particulière qui rend la saga unique et ses copycats relativement fades.

VENDREDI 13 CHAPITRE 2 : LE TUEUR DU VENDREDI est d’ailleurs devenu une telle référence que beaucoup de ses ressorts narratifs se lisent désormais comme des clichés de films d’horreur. Du chat qui saute au premier plan, jusqu’au personnage qui « revient vite » pour, en réalité, ne jamais réapparaître. À ce titre, ce deuxième Vendredi 13 vaut effectivement le coup d’œil et mérite reconsidération.

Lily Nelson

Note des lecteurs0 Note
Titre original : Friday the 13th - Part 2
Réalisation : Steve Miner
Scénario : Ron Kurz
Acteurs principaux : Warrington Gillette, Betsy Palmer, Adrienne King
Date de sortie : 13 janvier 1982
Durée : 1h27min
3
Classical
Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x
()
x