Depuis peu les séries télévisées se sont mises à piocher en masse dans l’inconscient collectif en adaptant des films à forte résonance. L’Armée des 12 singes, Limitless, Minority Report, Rush Hour, L’Exorciste, Fargo et maintenant L’ARME FATALE (diffusée à partir du 21 septembre 2016 aux Etats-Unis sur la FOX et en France sur MyTF1 VOD en US+24). La méthode n’est pas nouvelle, mais on n’avait rarement vu un tel défilement de projets d’adaptation en quasi simultané. Bien sûr il ne s’agit pas de juger la qualité ou non de ces séries (Fargo est une grande réussite) mais d’observer le système actuel et ses conséquences. A savoir une méthode de recyclage et la baisse d’originalité de la télévision actuellement (voir notre article ici).

En choisissant d’adapter CES films bien particuliers, il y a un sentiment de facilité en attirant le public vers ce qu’il connaît déjà (c’est le même problème des reboots). A l’inverse, quelques séries ont au moins eu « l’audace » de reprendre des œuvres cinématographiques moins connues du grand public, comme les séries à venir Westworld et Frequency (tiré de Westworld réalisé par Michael Crichton en 1973, et de Fréquence interdite réalisé par Gregory Hoblit en 2000). Ces deux dernières, par le côté presque anecdotique des films qui les précèdent, peuvent ainsi utiliser une base scénaristique solide et disposer de davantage de liberté sans être trop influencées.

image de la série L'Arme fatale (Lethal Weapon)

© Richard Foreman/FOX

La question de l’influence, c’est le problème majeur de cette adaptation de L’ARME FATALE (franchise de quatre épisodes réalisés entre 1987 et 1998 par Richard Donner). Devant l’épisode pilote, il se fait ressentir assez vite un sentiment de déjà vu, tant l’évolution du scénario et des personnages, et la réalisation de certaines scènes sont simplement décalqués du produit original. Certes on en verra un peu plus sur la mort de la femme de l’inspecteur Riggs (elle n’était qu’évoquée dans les films). Mais passé cette introduction on retrouvera sans surprise le dépressif, suicidaire et enragé Martin Riggs d’un côté, et le vieux Roger Murtaugh de retour sur le terrain après un problème cardiaque. Si les affaires qu’ils devront résoudre seront différentes, on ne retient évidemment que la naissance de leur relation et les retournements de situation qui mèneront à créer le duo de flic qu’on connait. On assistera par exemple au fameux repas familial chez les Murtaugh durant lequel Riggs révélera la mort de sa femme. A plusieurs reprises on jurerait même entendre à l’identique les dialogues du premier film – à l’exception de la fameuse réplique « Je suis trop vieux pour ces conneries », amenée différemment, seule bonne idée. A l’image de cette dernière scène ; Murtaugh, en peignoir sur le palier de sa porte, demandant à Riggs de ne pas faire de bêtises.

“Clayne Crawford n’a pas le charisme, la bestialité et le regard fou de Mel Gibson. Et Damon Wayans n’a rien du vieux flic bougon qu’était Danny Glover”

On pourrait après tout penser que si cela fonctionne si bien avec les films, il n’y a pas de raison de changer et de proposer autre chose (si tant est que cela soit possible). Mais là où L’ARME FATALE ne parvient jamais à se hisser au niveau des films c’est bien par son duo d’acteurs. On ne s’attendait pas à retrouver les mêmes, et on pourrait louer de légères modifications apportées aux personnages. Mais il est évident que Clayne Crawford n’a pas le charisme, la bestialité et le regard fou de Mel Gibson. Et que Damon Wayans, trop ancré dans une figure comique, n’a rien du vieux flic bougon qu’était Danny Glover. Les deux acteurs n’ont alors d’autres choix que d’en faire des caisses pour exister.
Au final, certes la série parvient à divertir et amuse dans son grand n’importe quoi totalement assumé à la manière des films d’action des années 1990. Et peut-être qu’à la longue on finira par oublier ses origines. Mais pour le moment, seul un sentiment de lassitude se fait ressentir devant L’ARME FATALE. Et clairement pas parce qu’on serait, à notre tour, devenus trop vieux pour ces conneries.

Pierre Siclier

Votre avis ?

BANDE-ANNONCE

Print Friendly, PDF & Email

4
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
3 Comment threads
1 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
FredPierreTerminalAkdesign67 Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Akdesign67
Invité
Akdesign67

Tellement pas d’accord :O
Je ne connaissais pas Clayne Crawford, cet acteur est juste talentueux !!! Au contraire c’est Mel Gibson qui en rajoutait des caisses pour exister à mon propre avis.
Lui n’en fait pas trop justement. Il joue la tristesse et la déchéance du au décès de sa femme de façon magistrale.on a meme peur pour lui.
Quant à Damon Wayans, oui il n’est pas ce vieux grincheux de Danny Glover mais tant mieux le personnage va évoluer, ce n’est que le début de leur rencontre.
Je suis fan des 3 premiers lethal weapon (le 4 boucle l’histoire mais je le trouve moins reussi) et je suis aussi tout à fait fan de la série. On y retrouve l’action, l’humour des 4 films et ce buddy movie sous forme de série se regarde avec grand plaisir.

Terminal
Invité
Terminal

Je crois qu’on a pas regardé la même série, qui pour moi dans l’ambiance reproduis très bien celle des films ! Le duo fonctionne bien, l’environnement est cool, les perso secondaires ont vraiment un caractère (Le légiste est génial). Un épisode de près de 50 minutes qui arrive a avoir un début et une fin plutôt correct, non seulement sur la trame principale, mais également sur les arcs scénaristiques en second plan. Au fil des épisodes le duo se perfectionne pour notre plus grand plaisir. Si cette série est reconduite, elle peut vraiment devenir culte. A force de critiquer rapidement et gratuitement, on perd de vue l’essentiel…

Fred
Invité
Fred

Et bien, entre l’article et la série, je suis mitigé…
L’article souligne les similitudes de manière négative… Mais bon, pour ma part, j’ai dans l’idée que si l’on prend le parti de faire une adaptation, le but est quand même de garder le fond de base… sinon ça ne sert à rien de faire une adaptation… non? J’imagine mal le reboot du Cosby Show avec une famille de grand blond aux yeux bleus dont le patriarche serait un vendeur de voiture triste… Donc tout le contraire de l’original.
Pour l’arme fatale, c’est justement ce dont j’ai eu peur, un remaniement total qui aurait complètement éloigné le rejeton télé de son parent ciné.
Après on peu s’interroger sur la mise en scène, l’évolution, le jeu des acteurs et en débattre. Clairement nous avons un duo qui fonctionne bien, mais qui n’a pas tout a fait la même saveur (mais ça ne me gène pas.) Clayne Crawford, pour rejoindre Akdesign67 est assez doué. Il a donne un bon côté bipolaire au personnage, passant de la tristesse profonde et suicidaire, à une vanne pourrie sous le couvert d’un large sourire. Clairement, il fait son job.
Pour avoir vu jusqu’a l’episode 15 et sans spoiler, l’apparition de Leo Getz, m’a par contre largement plus déçu. Pour moi fade au possible, le code du “ok ok” presque inaperçu, voir limite inexistant. Ce que je dirais de la série en elle même, c’est qu’elle se laisse regarder (beaucoup plus que rush hour totalement raté). Certes, elle ne surclasse pas la saga cinématographique, mais elle a le temps de placer de la profondeur et du vécu aux personnages. (Le décés de la femme de Riggs et de son enfant, l’entrée en jeu de l’agent de la DEA Palmer dont on sait par les films qu’elle deviendra “sa nana” etc…) Pour moi donc au final, connaissant bien l’oeuvre originale, la série est complémentaire et apporte des réponses cohérentes aux interrogations de bases.

[CRITIQUE] L’ARME FATALE – Pilote

4