THE MARVELOUS MRS MAISEL ou la double vie d’une mère au foyer juive new yorkaise le jour, comique de stand up la nuit, offre une plongée réjouissante dans le New York des années 50 version féminine et féministe. Une série récompensée aux Golden Globes à ne pas manquer !

Il suffit parfois d’un simple texto pour vous rappeler les fondamentaux à côté desquels ne pas passer. Cette fois, c’est à ma voisine que je dois cette fabuleuse découverte. Son texto m’invitait, que dis-je, me sommait de découvrir d’urgence la nouvelle série d’Amy Sherman-Palladino, la créatrice de Gilmore girls. De quoi titiller ma curiosité. Pourtant cela démarrait plutôt mal : la série est signée Amazon, ce qui a tendance d’emblée à me faire grimacer, et je l’ai regardé en vf (pas trouvé de vo disponible), ce qui pour moi est d’habitude absolument rédhibitoire tant je m’érige contre le doublage. Mais c’était sans compter sur le charme irrésistible de Mrs Maisel.

New York dans l’Upper West Side fin des années 50. Miriam Maisel est une femme au foyer parfaite. Belle, intelligente, drôle, elle est aussi un soutien sans faille pour son mari Joel dont le hobby est de faire du stand up le soir à Greenwich Village. Elle tient même un carnet pour noter les blagues qui fonctionnent ou pas, les postures à améliorer, les “lines” à affiner.

Elevée dans un appartement cossu au sein d’une riche famille juive, elle a reçu une éducation stricte et son destin semble tout tracé. Joel et Miriam ont deux enfants, un garçon et une fille avec le “front de Winston Churchill”. “On lui mettra une frange”, lance Miriam pour rassurer sa mère Rose. Il est vrai que dans la famille Weissman, les filles doivent toutes être apprêtées et absolument irréprochables. Tous les matins, Miriam se lève avant son mari pour se repoudrer et se parfumer avant son réveil. Tout comme sa mère. Chez les Weissman, les filles sentent la rose et portent des tailleurs Chanel.

Photo de la série THE MARVELOUS MRS MAISEL

Pourtant tout vole en éclat le jour où Joel décide de la quitter pour sa secrétaire. Ivre, Miriam se rend au Gaslight, le rade où se produit son mari et monte sur scène pour raconter ses mésaventures. Le succès est immédiat, le public hurle de rire. Une future star du stand up est née ce que ne manque pas de flairer Suzie la tenancière qui décide de devenir son impresario.

Ce qui réjouit par dessus tout dans cette série, c’est bien sûr son personnage principal à la dualité renversante, capable de se fondre dans n’importe quel décor de l’Upper West side ou d’une manifestation de Washington Square. Pas la peine de chercher, Miriam “Midge” ne rentre dans aucune case. Si elle se plie aux conventions de son milieu et ne le renie jamais, elle n’en demeure pas moins une femme forte, résolue à vivre sa vie telle qu’elle l’entend et capable de soulever des montagnes pour arriver à ses fins. Mrs Maisel est déterminée,  candide mais toujours lucide et avant tout une femme en pleine émancipation. Car oui THE MARVELOUS MRS MAISEL est une série féministe à l’image de son héroïne, véritable figure de modèle aussi invincible que charmante.

Servie par des dialogues croustillants et une narration qui mêle par fulgurance son histoire passée de femme au foyer rose bonbon à son présent de femme quittée en passe de devenir comique de stand up acide et piquante, THE MARVELOUS MRS MAISEL nous plonge dans une époque révolue où  les femmes devaient tenir leur rang comme leur foyer. La résonance en 2018 reste très probante à l’heure du débat encore d’actualité (y a du boulot les filles !) de l’égalité hommes-femmes et l’énergie contagieuse de Midge porte littéralement la série.

Contrainte à revenir vivre chez ses parents, Midge se retrouve à mener une double vie : respecter le jour les règles d’un autre temps de ses parents et s’éclipser le soir pour retrouver les planches downtown. Le jour comme la nuit, Midge arbore ses tenues de grands couturiers, ses coiffures impeccables et son sourire radieux. Ce contraste saisissant entre son apparence et ses propos n’épargnant aucun membre de sa famille est en soi libérateur. Non l’habit ne fait pas le moine !

Photo de la série THE MARVELOUS MRS MAISEL

On y côtoie Lenny Bruce (interprété par Luke Kirby) le pape du stand up  à qui Bob Fosse a consacré un film avec Dustin Hoffman, mais aussi d’autres figures imaginaires inspirés de cette époque et qui rappellent le formidable Inside Llewyn Davis des frères Coen. Le personnage de Miriam semble lui-même avoir été  inspiré par Joan Rivers, la célèbre reine du stand up fan de chirurgie esthétique.

THE MARVELOUS MRS MAISEL dont la deuxième saison se tourne actuellement a remporté en janvier deux Golden Globes bien mérités de la meilleure actrice  et de la meilleure série comique. Rachel Brosnahan qu’on a déjà pu voir dans House of cards est absolument désopilante et apporte à son personnage une saveur toute particulière. Elle parvient en effet à réaliser le double exploit de nous rassembler autour de son personnage pourtant éloigné de femme au foyer juive et aisée et de livrer un portrait nuancé d’une femme hors du commun. On a tous quelque chose de Mrs Maisel. Mais comme dit son mari Joel, la plupart des femmes ont telle ou telle qualité, Mrs Maisel les réunit toutes et ne nous énerve même pas ! Inconcevable ? Vérifiez vous-mêmes, vous verrez !

Anne Laure Farges

Votre avis ?

The Marvelous Mrs Maisel, série couronnée aux Golden Globes - Critique
Titre original : The marvelous Mrs Maisel
Créateur : Amy Sherman-Palladino
Scénario : Amy Sherman-Palladino et Daniel Palladino
Acteurs principaux : Rachel Brosnahan, Alex Borstein, Michael Zegen
Date de sortie : 7 janvier 2018
4.5Réjouissante
Avis des lecteurs 0 Avis
avatar
  S'abonner  
Notifications :